mardi 18 janvier 2011

La Révolution de Jasmin Tunisienne n'installera pas forcement la démocratie

 Washington Post 
Par Anne Applebaum  17 Janvier 2011; 00:00
PARIS

De violentes manifestations de rue, suivies par le renversement d'un dictateur, sont un moyen exaltant pour apporter la démocratie à une société autoritaire. Cependant ce n'est pas  la meilleure façon d'apporter la démocratie à une société autoritaire.

Tout en regardant se dérouler  la "Révolution de Jasmin " Tunisienne  , n'oubliez pas ceci: Les manifestations de rue peuvent  porter de façon inattendue les extrémistes au pouvoir, comme elles l'avaient  fait en Iran en 1979. Elles peuvent créer des attentes irréalistes, qui se dissipent, tout comme la révolution orange en Ukraine qui a commencé en 2004. Et elles peuvent se terminer mal , avec la violence réactionnaire, comme les manifestations de 1989 sur la place Tiananmen.

En revanche, les transitions les plus réussies de la démocratie sont rarement dramatiques. Considérez l'Espagne, après la mort de Franco, le Chili, après la démission de Pinochet, la Pologne, qui a négocié sa sortie du communisme; toutes ces transitions démocratiques avaient traîné en longueur, créé peu de  photos spectaculaires - et ont finalement abouti à des systèmes politiques stables.

Mais toutes ces transitions ont été rendues possibles par des dirigeants autoritaires qui ont reconnu que le jeu était fini ou qui, comme Franco, ont eu le bon sens de mourir. Le président tunisien, Zine el-Abidine Ben Ali - à partir de samedi, un résident de l'Arabie saoudite - n'ont pas eu ce genre de prevention. Au lieu de cela, il a créé de faux partis d'opposition et un parlement bidon, a mis en place un régime draconien qui contrôlait l'Internet et de passait à tabac le dissident occasionnel pour garder tout le monde apeuré. Un ami français qui était à Tunis il ya quelques semaines m'a dit que les journaux étaient si favorables au président qu'il avait l'impression à les lire qu'elles avaient été écrites par la maman de Ben Ali.



Pourtant, la récente flambée de colère en Tunisie a été non seulement prévisible, il était prévue: j'ai été brièvement à Tunis il ya trois ans , et les gens ne parlaient de rien d'autre, sauf du très grand nombre de scolarisés et des jeunes chômeurs. Certains pensaient qu'ils se transformeront en une vague d'immigrants, d'autres s'inquiètent de leur adhésion à l'islam radical, beaucoup craignaient que le chaos en Irak ne les éloigne de la notion de la démocratie.

Il ya un mois, ils se tournent vers des manifestations de rue. Jusqu'à présent, ce n'est pas une révolution islamique - mais ce n'est pas une révolution démocratique, mais, que ce soit. Au lieu de cela, nous assistons à une révolution démographique: la révolte des jeunes frustrés contre leurs aînés corrompus. Toute personne qui a regardé les chiffres de population et de données sur l'emploi aurait pu deviner,que ça pouvait arriver, et, comme je le dis, beaucoup l'ont fait.

Pourtant, si elle était si évidente, pourquoi  cette explosion n'a t-elle pas été anticipée, de gérée, canalisée dans des élections? Si cela pouvait être fait au Chili, pourquoi  pas en Tunisie? Il est clair que Ben Ali et sa famille étaient trop à l'aise et trop riche. Contrairement aux Espagnols ou les Polonais, il ne partageaient pas  un continent avec d'autres démocraties. La guerre contre le terrorisme lui a donné une façon de justifier son autoritarisme: comme un allié dans la lutte contre l'islamisme radical, il a superbement évité la pression américaine.

Mais les Américains n'ont pas beaucoup d'importance en Tunisie, où la France, l'ancienne puissance coloniale et premier investisseur, s'est laissé allé  et a soutenu Ben Ali depuis des décennies, à la fois matériellement et idéologiquement. Bien qu'au 18ème siècle la France a développé la philosophie moderne de la démocratie, les commentateurs français contemporains ont mis au point quelque chose comme une philosophie de l'anti-démocratie. Rejetant les Américains et leur croyance naïve dans «promotion de la démocratie», un chroniqueur du Figaro a fait valoir la semaine dernière que toutes les nations ont un «droit à leur propre histoire», qui est plus important que leur «droit à la démocratie", quoi que cela signifie.

Dans cette école de pensée, Ben Ali a été un dictateur modèle: Il a défendu les droits des femmes, éduqué ses classes moyennes, a empêché les islamistes radicaux d'arriver au pouvoir - et cela suffisait. L'ancien président français Jacques Chirac a déclaré que «les droits de l'homme les plus importants sont le droit d'être nourris, d'avoir la santé, de s'instruire et de se loger." Par cette norme, at-il conclu, le bilan  Tunisien des droits de l'homme est "très avancé."

Ben Ali en est clairement venu à croire cela lui-même. En public, il jaillissait de faux «réforme» rhétorique. Pendant ce temps, son entourage corrompu (dont beaucoup sont arrivés en France au cours du week-end, s'installer dans un hôtel à côté de Disneyland Paris) ont créé une société stagnante et abrutissante, dans laquelle ces jeunes hommes instruits et en blue-jean et ces  jeunes femmes avaient peu de perspectives et il le savait. Ces manifestations ont débuté avec le spectaculaire suicide d'un jeune  homme de 26 ans  issu des études universitaires du public qui ne pouvait pas gagner sa vie comme un vendeur à la sauvette . Ils ont grandi rapidement parce que tant de jeunes ont sympathisé avec sa situation.

Les Français ont été surpris. L'élite tunisienne a été surprise. N'auraient-ils pas été surpris - n'auraient ils pas, comme leurs homologues en Égypte ou la Biélorussie, été induits en erreur par leur propre idéologie  anti-démocratique et par les discours sur une dictature bienveillante - nous serions  en train d'observer un transfert pacifique et ordonnée du pouvoir à Tunis au lieu des émeutes de la rue  . Je suis très heureuse d'applaudir le départ de Ben Ali. J'espère que le gouvernement qui se dégage dans son sillage ramène aux tunisiens plus de liberté et de prospérité. J'aurai souhaité être plus confiante que cela arrivera.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire