jeudi 18 février 2016

Islam: en guerre contre le monde (et contre lui-même)


Par Dan Calic adapté par l'Observatoire du Moyen Orient le 18/2/16


La guerre non déclarée la plus importante de notre temps - une guerre contre l'islam - a débuté le 4 Novembre 1979, le jour ou l'Iran a pris des citoyens américains en otage, détenant 52 d'entre eux contre leur gré pendant 444 jours. Alors que les attaques du onze septembre 2001 étaient, de loin, le pire coup de ce combat, ce n'était pas le commencement de cette guerre.

Certains répètent qu'il n'y a pas de guerre. D'autres affirment que c'est l'Occident qui a déclaré la guerre à l'Islam. Les deux affirmations sont fausses. Le fait est que c'est l'Islam qui a déclaré la guerre. Guerre contre la démocratie, l'Ouest, les États-Unis, les juifs, les chrétiens et tous les «infidèles», ce qui inclus d'autres musulmans. Nous sommes dans des temps difficiles. Le tissu même du monde libre est sous attaque. Sauf si les nations démocratiques, les États-Unis en particulier, le reconnaissent et prennent des mesures pour lutter contre la menace, il est possible que l'Islam finira par engloutir tout et subjuguer tout le monde.

Le chef le plus important et le plus puissant du monde libre est le président des États-Unis. Il devrait être à la pointe de ce combat. Pourtant, le président Obama a toujours refusé d'identifier correctement ce que tout le monde sait - les Etats-Unis (et le monde libre) sont dans le collimateur de l'Islam. Leur but est de voir le drapeau islamique sur la Maison Blanche .

Une normalité nouvelle
Si vous êtes un de ceux qui ne pensent pas que nous sommes en crise, considérez ceci. Avant la prise de l'ambassade américaine en Iran, combien de fois avez-vous entendu ces termes: «Islam», «jihad», «fondamentalistes islamiques», «martyr», «Allah», «allahu Akbar», ou «charia" ?
Aujourd'hui, ces termes sont monnaie courante et illustrent la nouvelle normalité des États-Unis et tout le monde s'en accommode. Je me souviens du temps où il était possible de se rendre à la porte d'embarquement  de l'aéroport pour accueillir un passager. Que pensez vous de l'époque où il n'existait PAS de contrôle de sécurité dans les aéroports? Je suppose que je montre mon âge ....

Les musulmans n'y prennent pas tous part
Avant d'aller plus loin, une distinction importante doit être faite. Suis-je en train de suggérer que cette guerre est contre tous les musulmans? Non, les musulmans ne sont pas tous des fondamentalistes. En fait, c'est la majorité qui ne l'est pas. Pourtant, la terreur exercée par la minorité affecte presque tout le monde d'une manière ou d'une autre.
La question évidente est de savoir combien y a t-il de fondamentalistes ?
Les estimations varient largement. Allant d'aussi peu que 3% jusqu'à 50% ou plus, en fonction des sources. Ce fait et quelques calculs simples sont tout à fait révélateurs. Selon les estimations actuelles, il y a 1,65 milliard de musulmans à travers le monde. Pour les besoins de cet article, je vais utiliser une estimation prudente que 10% d'entre eux sont des fondamentalistes. Cela signifie que 90% sont pacifiques.
Si 10% sont des fondamentalistes, cela revient à 165 millions. S'ils habitaient tous dans un seul pays, il serait classé 8 dans le monde. Ce sont des chiffres qu'on ne doit rejeter ni prendre à la légère.

Vrais musulmans ?
Alors, qui sont les «vrais» musulmans, les 90% ou les 10%? Ces chiffres impressionnants tendent à suggérer que les 90%. Pourtant, est-ce vraiment le cas? Voyons cela de plus prés.
Les musulmans non-violents vous diront l'Islam est une religion de paix et que les fondamentalistes l'ont détournée. Les musulmans pacifiques peuvent en effet être sincères dans leur engagement en faveur de la non-violence, mais ont-il raison d'accuser les fondamentalistes de dévoyer l'Islam? Cette question doit être abordée sereinement.
Ceux qui commettent la violence au nom d'Allah (les fondamentalistes) se considèrent comme les vrais musulmans. En fait, ils vous diront que ce sont ceux qui les accusent de trahir l'Islam qui ne sont pas de vrais musulmans.

Pourtant, ce le même Coran qui est le livre saint et des musulmans paisibles et des fondamentalistes.
Comment ces deux groupes, si différents, peuvent tous deux prétendre être musulmans alors qu'ils ont lu le même livre saint et voir les choses de manière si différente? Les allégations de l'un de ces deux groupes au sujet du Coran sont-elles fausses?

Avant d’étudier cette question il faut garder une chose à l'esprit. Il y a environ 40 000 sectes chrétiennes . Sur de nombreux sujets il existe de grandes différences entre elles . Pourtant, serait-il justifiée pour un pentecôtiste d'accuser un presbytérien de ne pas être un chrétien?

Il y a un livre sacré pour ceux qui croient dans le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob: c'est la Bible. Bien que différents livres sont utilisés par les chrétiens et par les juifs, et qu'il existe quelques différences entre les versions catholiques et protestantes, un presbytérien se considère tout autant chrétien qu'un pentecôtiste. Ce même principe vaut pour les musulmans.

Il faut examiner le Coran pour voir s'il y a des versets qui justifient le point de vue violent des fondamentalistes.
Voici quelques exemples coraniques qui vont dans ce sens:
  • Et tuez-les [les mécréants], où que vous les rencontriez ( 2: 191 )
  • La guerre est ordonné par Allah. Tous les musulmans doivent être prêts à se battre, qu'ils le veuillent ou non. ( 2: 216 )
  • Allah a transformé le juifs qui n'ont pas respecté le Sabbat. ( 2:65 )
  • Les croyants doivent riposter. ( 2: 178 )
  • Juifs et chrétiens sont rebelle contre Allah ( 05:59 )
  • Ne prenez pas les juifs et les chrétiens comme des amis (05:51 )
La violence tolérée
Ce ne sont que quelques-uns des nombreux versets dans le Coran qui montrent clairement que la violence est non seulement tolérée, mais nécessaire contre les mécréants. Cette violence concerne aussi les musulmans pacifiques qui ne participent pas à la violence, comme indiqué dans le Coran. Au total, il y a plus de 160 versets du Coran qui soutiennent la violence ou la guerre sainte-jihad.
De plus, le mépris pour les Juifs et les Chrétiens est clair.
Ce qui est aussi remarquable est que Mohammed lui-même a pris part à la violence. Il était responsable de nombreux meurtres, qui comprenait le massacre de plusieurs centaines de Juifs de la tribu de Qurayza à Médine en 627.
Aujourd'hui, les dirigeants religieux musulmans poursuivent leurs appels à verser le sang juif .
Sur la base de l'information mentionnée ci-dessus, je crois pouvoir tirer certaines conclusions-
  • Il existe un large éventail de musulmans
  • Le Coran justifie et appelle à la violence
  • Le Coran enseigne le mépris pour les non-musulmans
  • Les musulmans sont à la fois paisibles et violents
  • Les fondamentalistes musulmans sont bien des musulmans à part entière, ils n'ont pas trahi l'Islam
Quant à savoir si l'islam est une religion pacifique, après la confirmation de ce que dit le Coran, il semblerait qu'une telle qualification est non seulement naïve, elle est erronée, potentiellement dangereuse. En outre, si un presbytérien n'a pas le droit de dire qu'un pentecôtiste n'est pas un chrétien, il s'en suit que le musulman pacifique n'a pas le droit de dire qu'un fondamentaliste n'est pas un musulman.
Si un «vrai croyant» est celui qui suit tout dans son livre sacré, et que les fondamentalistes y adhèrent, comment devrions-nous voire les musulmans pacifiques? Même si je crois qu'ils sont en effet des musulmans, se peut-il que ce sont en fait les fondamentalistes les vrais musulmans?

Conclusion ?
Le monde libre doit ouvrir les yeux, comprendre qu'il ya une guerre en cours. L'ignorer ne la féra pas partir. Cela va lui permettre de continuer sans relâche. Nous devrions cesser de laisser la naïveté et la rectitude politique diriger nos opinions ou nos lois. Des décisions difficiles devront être faites, et vite. Si le statu quo continue, le mode de vie libre auquel se sont habitués les gens, deviendra bientôt une chose du passé.
Il y a quelques années il y avait une publicité par un fabricant de filtres à huile de moteur qui a suggéré de ne pas ignorer l'importance de changer les filtres si nécessaire. Les derniers mots de la publicité ont été "payez maintenant ... ou vous me payerez plus tard."

Dan Calic est un écrivain, étudiant en histoire et polémiste. Voir d'autres articles sur sa  page Facebook .


adapté de : http://www.americanthinker.com/articles/2016/02/islam_at_war_with_the_world_and_itself.html#ixzz404YVlxLR
Follow us: @AmericanThinker on Twitter | AmericanThinker on Facebook

samedi 13 février 2016

Un Égyptien est persécuté parce qu'il prend la défense du 'super-vilain', Israël.


Un Égyptien est persécuté parce qu'il prend la défense du 'super-vilain', Israël.
par Dan Pine 
http://www.jweekly.com/includes/print/76800/article/egyptian-defends-supervillain-israel-and-is-shunned/
Suivez j. suret

Ce n'est pas tous les jours qu'on rencontre un arabe musulman né au Caire conditionné à voir dans les Juifs comme des singes et des porcs, qui  se déclare maintenant un fervent sioniste et fier de l'être.

Rencontrez Hussein Mansour. Persécuté dans son pays natal pour avoir osé promouvoir une vision positive de Juifs et Israël. Mansour a demandé l'asile politique aux Etats-Unis où il s'est construit une nouvelle vie. Il  defend Israël tout en donnant des cours de langue en Californie du Nord.

La langue qu'il enseigne? L' Hébreu.
Mansour, 26 ans, a raconté son histoire lors d'une réunion tenue le 27 janvier dans une maison privée à Berkeley.L'événement était parrainé par l'ONG pro-Israëlienne, StandWithUs. Il a fait salle comble avec 30 participants pendus à ses levres.

Hussein Mansour
le 27/1/16
Photo: Dan Pin

Il a commencé par décrire une enfance heureuse, dans la classe moyenne au Caire avec ses parents, frères et sœurs. Comme il a grandi, ce fils de banquier a appris ce que la plupart des Egyptiens acceptent comme un fait - qu'ils font partie d'une grande nation avec une grande histoire, et que tous les autres sont inférieurs. Le 9 Septembre 2011, Mansour raconte que ses parents se sont réjouis de la destruction des tours jumelles, en criant "Allah le tou-puissant a puni les infidèles."

"Il y a un super-méchant dans cette vision du monde," at-il dit, «Le mal pur, absolu qui cherche à détruire le monde: les Juifs. Nous allions à la mosquée et y apprenions la façon dont Israël essaie de détruire le monde musulman. C'était ainsi que nous comprenions la vie. Je n'ai eu aucune raison de remettre en question ces idées".


Jeune adolescent, il voulait contribuer à "cette grande bataille entre le bien et le mal» et débarrasser le monde de ce super-vilain. Le "nerd grasssouillet", comme il se décrit lui-même, a décidé d'apprendre la langue de l'ennemi pour "décoder leurs plans diaboliques." Il a commencé à apprendre l'hébreu en auto-didacte.

Se tournant vers Internet, il s'est non seulement constitué des leçons d'hébreu, il a également découvert un monde différent du sien. "Pour la première fois," se rappelle Mansour, «Je me suis exposé à d'autres histoires, d'autres récits sur le Moyen-Orient, Israël et les Juifs, le véritable peuple autochtone. Ces histoires avaient beaucoup plus de sens. Je n'ai pas trouvé, quoi que ce soit, qui confirme , même de loin, ce qu'on m'a dit à l'enfance ".

Il a commencé lentement à croire que tout le monde autour de lui avait tort, et qu'il avait raison.
Après avoir essayé une carrière dans la banque, Mansour s'est inscrit en hébreu et en études juives à l'Université du Caire. Il rapporte que la négation de l'Holocauste, la diffamation monstrueuse du judaïsme, datant du moyen age et importée d'Europe au 19eme siècle,  qui affirme que les juifs pratiquent le meurtre rituel pour utiliser le sang de leurs victimes pour la confection du pain azyme, et d'autres caricatures antisémites sont acceptées partout comme un fait établi et incontestable.

Un jour, Mansour a décidé de visiter le Centre universitaire d'Israël au Caire, une relique largement ignorée du traité de paix israélo-égyptien de 1979. Il y a rencontre une personne juive pour la première fois de sa vie et a été chaleureusement accueilli.
Dans les minutes suivant sa visite, le personnel égyptiens de sécurité de l'Etat l'ont interpelle, lui intimant l'ordre de trouver un nouveau centre d'intérêt. Mais il ne le pouvait pas. Les études juives "m'ont complètement changé" at-il dit. "Ils m'ont redéfini."

Il a commencé par un blog combattant les stéréotypes antisémites qui sévissent dans la société musulmane. Cela lui a porté encore plus d'harcèlement, et a jeté la honte sur sa famille. Mais Mansour ne pouvait pas reculer. En 2010, il a été arrêté à plusieurs reprises, jeté dans une prison militaire où il affirme avoir été torturé.

Le printemps arabe en 2011 lui a donné une lueur d'espoir, mais Mansour se trouva désillusionné lorsque les Frères musulmans se sont hissés au pouvoir en intimidant les révolutionnaires. Une fois que le gouvernement islamiste du président désormais déchu Mohamed Morsi a pris le pouvoir, la répression de toute dissidence a empiré. Mansour n'avait pas d'autre choix que de fuir.

Désavoué par ses parents, il sait qu'il ne reverra jamais sa famille ni sa patrie.
"Peu importe combien c'est difficile," at-il dit, «Je suis parvenu à faire tout ce qu'ils ont essayé de m'empêcher de faire. J'enseigne l'hébreu. Je vais au campus et je défends Israël. L'éducation est le seul moyen de résoudre le problème le plus urgent de notre temps, l'Islam radical. "

Mansour n'est pas encore allé en Israël, et à cause de restrictions sur les demandeurs d'asile, il se peut qu'il n'y soit pas autorisés à s'y rendre de si tôt. Il dit que c'est son vœu le plus cher que de visiter le pays.

«Je sais qu'Israël n'est pas parfait," dit-il. "Mais j'espère qu'un jour, Israël pourra cesser de lutter pour son existence, pour sa survie."

Quand un intervenant a demandé comment la communauté juive et pro-Israëlienne peut aider à combattre la montée du sentiment anti-Israëlien et anti-juif, Mansour a eu une réponse succincte. "Ne pas rester silencieux."

dimanche 7 février 2016

C'est officiel: la Turquie suit l'exemple d'Hitler vers un Islamo-fascisme

Forum du Moyen-Orient
Promotion des intérêts américains



MEF Accueil   |   Recherche & Écrits   |   Faire un don

Le démantèlement de la liberté d'expression en Turquie va au-delà du qualificatif : »Inquiétant»

par Burak Bekdil  Gatestone Institute 27 Janvier, 2016 
adapté le 7/2/2016 par l'Observatoire du Moyen Orient
Partagez: Facebook Gazouillement
  Soyez le premier de vos amis à aimer cela.
Initialement publié sous le titre "Turquie: Mort à la liberté d'expression."


Un acte d'accusation criminelle a été déposée contre Sedat Ergin (à gauche), rédacteur en chef du journal le plus influent du pays, Hurriyet, pour avoir prétendument insulté le président turc, Recep Tayyip Erdogan (à droite).

Pour défendre sa quête pour un système présidentiel fort, le Président turc Recep Tayyip Erdogan a cité l'Allemagne de Hitler comme une forme efficace de gouvernement.

Oui, at-il dit, vous pouvez avoir un système présidentiel dans un Etat non-fédéral comme dans l'Allemagne de Hitler.

Plus tard son bureau a affirmé que la métaphore présidentielle de «Hitler en Allemagne" avait été "déformée" par les médias.

Les paroles d'Erdogan sur l'Allemagne hitlérienne peuvent ou non avoir été déformés, mais la façon dont il gouverne la Turquie rappellent fortement la façon dont Hitler a gouverné le Troisième Reich.

Avec ou sans la distorsion des mots de M. Erdogan, un acte d'accusation criminelle a été déposée contre Sedat Ergin, rédacteur en chef du journal le plus influent du pays, Hurriyet. Les procureurs ont demandé jusqu'à cinq ans de prison pour Ergin, pour avoir prétendument insulté Erdogan. L'acte d'accusation affirme que Hurriyet  a insulté le président en paraphrasant sa remaraque du 6 septembre 2015 au sujet d'une attaque par le PKK à la frontière irakienne, qui a tué 16 soldats turcs.

Ces accusations insensées ne sont plus nouvelles dans la Turquie d'Erdogan. Le 11 janvier, les procureurs ont ouvert une enquête pénale contre l'hôte et producteur d'un talk show populaire sur des accusations de «propagande terroriste». Cette enquête a été déclenchée après qu'un appelant, se présentant comme instituteur, a protesté contre les pertes civiles lors des opérations de sécurité récentes contre le PKK. Il a exhorte le public à faire entendre sa voix contre la mort de "l'enfant à naître, les bébés et leurs mères." Il n'a même pas mentionné le PKK.

En Turquie, 500 journalistes auraient été licenciés en 2015, tandis que 70 autres ont été soumis à des violences physiques.
Selon un rapport de l'Association turque des journalistes, 500 journalistes ont été licenciés  en Turquie en 2015, tandis que 70 autres ont été soumis à des violences physiques.

Trente journalistes restent en prison, la plupart du temps sur des accusations de terrorisme. Inutile de dire qu'invariablement les journalistes malheureux sont connus pour être critiques de M. Erdogan.

Les journalistes ne sont pas les seuls menacés par un appareil judiciaire et policier résolument fidèle à Erdogan. Le 15 janvier, la police a détenu des dizaines de chercheurs qu'Erdogan avait étiquetés «peuple des ténèbres» pour avoir signé une déclaration dénonçant les opérations militaires contre le PKK.
Plus de 1.100 turc et 300 universitaires étrangers ont signé la déclaration que les procureurs turcs accusent "d'insulter l'Etat et engagée dans la propagande terroriste au nom du PKK." Juste avant les arrestations, Erdogan a dénoncé les signataires et a appelé le pouvoir judiciaire à agir contre la «trahison».

"Juste parce qu'ils ont des titres tels que professeur ou docteur en face de leurs noms ne les rend pas éclairés. Ce sont des gens sombres," a déclaré M. Erdogan. "Ils sont méchants et vils parce que ceux qui siègent du côté des méchants sont méchants eux-mêmes."

Dans leur déclaration, ces «traîtres», ont dit qu'ils refusaient de "se taire sur le crime" et ont appelé le gouvernement à mettre un terme à ce qu'ils ont appelé un «massacre».
Un chef de la mafia condamné, un homme notoirement ultra-nationaliste, a menacé publiquement les signataires: «nous allons nous doucher dans leur sang." Contrairement aux universitaires «terroristes», il n'a pas, jusqu'à présent, été mis en examen pour cette menace.

"Pour la démocratie turque (quelle que soit le sens de ce terme) c'est une nouveau point bas . Cette affaire confirme que c'est une« démocratie » où la liberté d'expression disparaît de plus en plus vite. C'est une « démocratie », où la« voix de la nation », qui est, en pratique, la voix de la majorité politique et de son leader glorifié, intimide et muselle les voix dissidentes ", a écrit le chroniqueur du Hurriyet, Mustafa Akyol.

Les statistiques du  Ministère de la Justice turc  expliquent peut être le mieux l'énorme déficit de la démocratie dans la Turquie d'Erdogan. Les prisons de la Turquie ont une capacité totale de 180176 détenus. En date du 13 Janvier, la Turquie avait un total de 179611 détenus, ce qui signifie qu'il n'y aura pas d'espace si les procureurs turcs détiennent seulement 565 personnes de plus.


L'Europe, chérissant ses relations «transactionnelles» avec la Turquie, préfère regarder ailleurs.



Tout cela ne se passe pas en Allemagne des années 1930, mais dans la Turquie du 21 ème siècle.

Pendant ce temps, l'Europe, chérissant ses relations «transactionnelles» avec la Turquie, préfère regarder de l'autre en sifflotant.






Tout ce que l'Union européenne a trouvé à déclarer au sujet de la poursuite des universitaires qui ont signé la déclaration, était que c'est: "extrêmement préoccupant". Bruxelles ne peut pas voir que les affaires en Turquie ont dépassé il y a longtemps le seuil du "extrêmement préoccupant".

Le journaliste éminent Can Dundar, qui a été jeté en prison sur des accusations de terrorisme le 26 novembre avait raison quand il a écrit dans une lettre ouverte au Premier ministre de l'Italie, Matteo Renzi, que «le rapprochement entre la Turquie et l'Union européenne sur les réfugiés ne doit pas occulter les violations des droits et des libertés fondamentales en Turquie pendant le processus d'adhésion du pays à l'UE ".

En réalité, les irrégularités de la Turquie sont trop gros pour être cachés derrière les expressions diplomatiques habituelles telles que «préoccupation» et «inquiétant». Avant la réunion du Premier ministre turc à Londres, Ahmet Davutoglu avec David Cameron, plus de deux douzaines de grands écrivains, dont David Hare, Tom Stoppard, Hari Kunzru, William Boyd, Ali Smith, Sarah Waters et Monica Ali, ont appelé le Premier ministre britannique à exhorter le gouvernement turc à mettre fin à la répression contre la liberté d'expression.
Les branches anglaise, galloise et écossaise du PEN le disent en langage clair: "Au cours des cinq derniers mois, l'intimidation, les menaces et même les agressions physiques contre des journalistes, des écrivains et des éditeurs sont devenus la norme [en Turquie]."

La Turquie est maintenant plus que "préoccupante".
Burak Bekdil est un chroniqueur du journal turc Hürriyet Daily  et membre du Forum du Moyen-Orient.

samedi 6 février 2016

Ban Ki Moon justifie le terrorisme antisémite palestinien et ne voit qu'une solution à tous les problèmes du Moyen Orient: la Capitulation d'Israël

Voici le discours de Ban Ki Moon au conseil de sécurité sur la situation au Moyen Orient. La quasi totalité est consacrée à Israël et aux palestiniens. Les 11 millions de réfugiés, les 250 000 morts , la présence de l'armée et de l'aviation russe en conflit avec la Turquie qui vire de plus en plus vers une dictature islamiste-fasciste, l'argent des riches saoudiens et qataris qui finance Al Qaida et l'Etat Islamique ne comptent pas pour Ban. Son unique obsession ? Israël, la seule démocratie, le seul état stable de la région doit céder la place à un Etat Palestinien qui sera aux mains du Hamas ou de l'Etat Islamique si des élections libres y sont tenues. L'Urgence pour Ban est la création d'un nième nid d'islamistes et de chaos.



Remarques au Conseil de sécurité sur 
la situation au Moyen-Orient

adapté par l'Observatoire du Moyen Orient

Malheureusement, 2016 a commencé un peu comme s'était fini 2015 - avec des niveaux inacceptables de violence et un discours public extrémiste de tout part en Israël tout comme dans les territoires palestiniens occupés. [Ban Ki Moon met au même plan l'incitation à la haine et au génocide par les palestiniens et la colère et exaspération des israéliens devant les attaques terroristes quotidiens]

Les coups de couteau, les attaques avec des véhicules, et des tirs des Palestiniens qui prennent pour cible des civils israéliens - que je condamne - et des affrontements entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes, ont continué a faire des victimes. [Ici, Ban met au même plan victimes du terrorisme et terroristes neutralisés]

Mais les mesures de sécurité à elles seules ne mettront pas fin à la violence.  Elles ne peuvent pas répondre au profond sentiment d'aliénation et de désespoir que ressentent certains Palestiniens, en particulier les jeunes. [Une fois appréhendés , tous les terroristes ont affirmé agir pour sauver la mosquée Al Aqsa , pas par exaspération. Ban ment sans vergogne]

La force de la loi doit être exercée sur tous ceux qui commettent des crimes - avec une justice s'appliquant de manière égale aussi bien à l'encontre des Israéliens qu'à l'encontre des Palestiniens.     [Ban insinue que la justice israélienne est partiale]

La frustration des Palestiniens grandit de plus en plus sous la pression d'un demi-siècle d'occupation et de la paralysie du processus de paix. [La frustration des juifs Israéliens devant le négationnisme de leur existence en tant que peuple autochtone, du rejet systématique de toutes leurs offres de paix et devant des attaques terroristes qui ont fait plus de 1400 victimes en 20 ans grandit elle aussi. Mais cette frustration là , Ban la passe sous silence]

Certains m'ont pris à partie pour avoir souligné cette indiscutable vérité . [Ban rejette du revers de la main la vérité: il ment et il justifie les attentats terroristes.]

Pourtant, comme les peuples opprimés l'ont démontré à travers les âges, il dans la nature humaine de réagir à l'occupation, qui devient souvent un puissant incubateur de haine et d'extrémisme. [Donc, le terrorisme est justifié ! Ni les esclaves noirs, ni les amérindiens, ni les tibétains, ni les juifs européens n'ont commis des actes de terrorisme! L'histoire contredit Ban...]

Les faits sur le terrain [la construction de logements et la barrière de sécurité, ndlr] en Cisjordanie occupée ont régulièrement grignoté la viabilité d'un Etat palestinien et la capacité du peuple palestinien à vivre dans la dignité. [Encore des affirmations sans preuves]

Dans un effort pour surmonter l'impasse politique, les envoyés du Quartet ont rencontré des responsables israéliens et palestiniens le 17 Décembre de l'année dernière.

Ils ont réitéré le besoin urgent de mesures importantes, en conformité avec les accords précédents, à renforcer les institutions palestiniennes, leur sécurité et leurs perspectives économiques tout en répondant aux préoccupations de sécurité d'Israël. [...ils n'ont pas exigé l'arrêt total de la diabolisation des juifs par l'Autorité Palestinienne du "modéré" Mahmoud Abbas]

La modification de la politique israélienne est primordiale  pour atteindre cet objectif, en particulier dans la zone C, contrôlée par Israël, qui comprend 61 pour cent du territoire de la Cisjordanie où vivent prés de 300 000 Palestiniens.

L'approbation de plans d'urbanisme pour les palestiniens de la zone C, permettraient leur croissance qui est tellement nécessaires et empêcheraient les démolitions. [Il faut qu’Israël cède toute la zone C des accords d'Oslo sans négociation. Il faut qu'Israël capitule sans conditions !]

Les progrès vers la paix exige un gel de la colonisation par Israël. [Un gel était appliqué depuis 18 mois, Ban ment par omission. ]

La poursuite des activités de peuplement est un affront au peuple palestinien et à la communauté internationale. Elle soulève, à juste titre, des questions fondamentales sur l'engagement d'Israël pour une solution à deux Etats. [La poursuite de la diabolisation des juifs ("Les juifs profanent notre Al Aqsa avec les pieds impurs ", phrase prononcée à la TV officielle par le modéré négationniste de la Shoah Mahmoud Abbas il y a deux mois) et les attaques terroristes quotidiennes contre des civils juifs sont un affront au peuple juif et à la morale universelle, mais cela Ban l'ignore].

Je suis profondément troublé par les rapports aujourd'hui que le gouvernement israélien a approuvé des plans pour plus de 150 nouveaux logements dans les colonies illégales en Cisjordanie occupée.[les femmes israéliennes ont en moyenne 3 enfants, il y a une croissance naturelle qui nécessite des logements où est le trouble? ]

De plus cette décision s'ajoute à l'annonce de la semaine dernière du classement de 370 acres dans la Cisjordanie, au sud de Jéricho, en "terre d'Etat". En plus de l'exacerbation des tensions, Ces actions provocantes majorent la croissance des populations des colons, et elles minent toute perspective pour une solution politique à venir. [Cela fait plus de dix ans que cette zone est réservée à l'armée. La Cour Suprême a statué que ces terres ne sont la propriété de personne et selon la loi du pays, héritée de l'Empire ottoman, reviennent à l'Etat.]

Je demande instamment au gouvernement israélien de ne pas appliquer la récente décision de la Haute Cour israélienne qui a confirmé le classement d'une grande étendue de terre au sud de Bethléem comme terres d'Etat, pour faire avancer les activités de colonisation.

Les démolitions de maisons palestiniennes dans la zone C de la Cisjordanie occupée continuent. Donc, ne durent pendant des décennies les difficultés des Palestiniens d'obtenir des permis de construire.[Selon les accords d'Oslo signés par Arafat, l'administration israélienne est souveraine pour les permis de construire. En absence de permis, toute construction est illégale - tout comme les paillotes en Corse ou à Marseille]

La communauté bédouine, en particulier, est de payer un lourd tribut. Je réitère l'appel de l'ONU pour une fin immédiate de plans israéliens pour transférer de force les communautés bédouines vivant actuellement dans le territoire palestinien occupé dans la région de Jérusalem. [Les bédouins sont...NOMADES, ils ne sont pas propriétaires des terrains qu'ils squattent]

Dans le même temps, la situation humanitaire à Gaza reste périlleuse. [Pas par la faute d'Israël, 500 camions passent par jour]

Dix-huit mois après la fin des hostilités, les conditions ne sont pas sensiblement améliorée. Je condamne les tirs de roquettes sur Israël depuis la poursuite des groupes militants à Gaza. [Pourquoi? Ne sont ils pas le résultat de "50 ans d'occupation" ?!?]

Le défis chroniques en matière de sécurité et de gouvernance et le manque de financement ont ralenti le rythme de la reconstruction. Beaucoup de travail reste à faire. Pendant ce temps, les habitants de Gaza font face à des besoins en eau et électricité et d'emploi dont le manque est désastreux. [Ban passe sous silence la confiscation des matériaux de construction au profit des tunnels et des roquettes destinées à attaquer les civils juifs israéliens.]

Répondre à ces préoccupations doit être une priorité absolue. Cependant rien de tout cela peut être accompli sans un soutien essentiel de donateurs, le respect des engagements de la Conférence du Caire, ainsi que le retour complet de l'Autorité palestinienne à Gaza. [Ah, le serpent de mer de           " l'Unité Palestinienne" ! ]

Je continue à penser que les conditions à Gaza posent une menace grave pour la paix et la sécurité sur le long terme dans la région.

Les Palestiniens doivent aussi démontrer leur engagement à aborder les divisions entre les Palestiniens eux-mêmes. [Mais pas leur engagement pour laisser le peuple juif vivre en paix dans son Etat...]

Je demande instamment aux factions palestiniennes pour faire avancer une véritable unité palestinienne sur la base de la démocratie et les principes de l'OLP. [Ban appelle à l'Unité Palestinienne mais pas à l'abandon par le Hamas de la théologie génocidaire antisémite professée dans sa charte]

La réconciliation est essentielle afin de réunifier la Cisjordanie et la bande de Gaza sous une seule autorité palestinienne légitime.[Idem]

Aplanir les divisions palestiniennes est également essentiel afin que les Palestiniens puissent se concentrer plutôt leurs énergies sur la création d'un état stable dans le cadre d'une solution négociée à deux Etats.

Une véritable unité permettra également d'améliorer la capacité du gouvernement palestinien pour répondre à des problèmes économiques pressants, qui s'ajoutent à la frustration et la colère de conduire la violence palestinienne.

La communauté internationale a également une responsabilité - pas moins en répondant généreusement au récent appel de fonds de l'UNRWA de plus de 400 millions $ pour soutenir les Palestiniens en detresse.

Et comme nous continuons à défendre le droit des Palestiniens à l'autodétermination, soyons tout aussi fermes en affirmant que l'incitation à la haine et à la violence n'a pas sa place, et que la remise en question du droit d'Israël à exister ne peut être tolérée. [Enfin Ban dit une chose vraie ! ]

Dans un environnement régional déjà tendu, il est impératif de promouvoir et de consolider la stabilité dans la mesure du possible. [Le démantèlement de l'Iraq et de la Syrie avec plus de 11 millions de réfugiés et plus de 250 000 morts ne sont qu'un "environnement régional tendu" ?!?  Pas une Catastrophe ?]


Au Liban, je demande instamment à tous les dirigeants politiques à travailler avec le Premier ministre Tammam Salam et d'intensifier les efforts pour résoudre la crise présidentielle.

La Conférence des donateurs Syrie le 4 Février à Londres sera une occasion importante pour mobiliser la communauté internationale. Ceci doit inclure les pays voisins pour répondre aux énormes besoins humanitaires, des infrastructures et de stabilisation pour pallier à la crise des réfugiés. Nous sommes tous conscients des charges qui pèsent sur le Liban, la Jordanie et la Turquie.

Je me félicite de la reprise du calme le long de la Ligne bleue et dans la zone de la FINUL des opérations suivant les incidents graves du 20 Décembre et 4 Janvier. [Encore un passage qui concerne Israël !]

Toutes les parties ont la responsabilité de respecter la cessation des hostilités et d'assurer le plein respect de la résolution 1701 du Conseil de sécurité. [Idem]

Sur le Golan, il reste essentiel que les parties à l'Accord de désengagement de maintenir la liaison avec la FNUOD. Ils doivent abstenir de toute action qui pourrait aggraver la situation à travers la ligne de cessez-le feu. [Idem]

Certains peuvent dire qu’étant donné la volatilité actuelle dans la région, il est trop risqué de rechercher la paix. J'affirme que le plus grand danger est de ne pas chercher une solution à la question palestinienne. [Idem !]

Certains disent que les deux côtés sont retranchés dans leurs positions respectives. Je dis que nous ne devons pas succomber à la passivité, la résignation ou de désespoir. Une résolution complète du conflit est réalisable. [Idem]

Un accord durable exigera des compromis difficiles, tant par les dirigeants israéliens et palestiniens.

Oui - mais quelles sont les alternatives?

La continuation de la vague meurtrière des attaques terroristes et des assassinats? [Le mot "terrorisme" est enfin prononcé ! Suivent encore des phrases sur le conflit arabo-israélien]

Le possible effondrement financier du gouvernement palestinien?

De plus en plus l'isolement du gouvernement israélien?

Une nouvelle détérioration de la situation humanitaire à Gaza et l'angoissante accumulation d'armes jusqu'à une autre guerre terrible?

Un creusement du fondement moral de deux sociétés, israéliennes et palestiniennes, une cécité morale rampante qui ignore la souffrance - et même l'humanité - de son voisin?

Encore plus d'actes unilatéraux par chaque côté, intentionnellement conçus pour anticiper les négociations et de provoquer l'autre côté?

Les parties prenantes doivent agir, et agir maintenant, pour empêcher la solution à deux États de disparaître à tout jamais.

Mettre en œuvre cette vision – deux Etats vivant côte à côte dans la paix et la sécurité - offre le seul moyen à Israël de conserver à la fois sa majorité juive et son statut démocratique.

Alors que l'ensemble du Moyen-Orient continue d'être en proie à une vague incessante de terreur extrémiste, Israéliens et Palestiniens ont l'occasion de redonner espoir à une région déchirée par l'intolérance et la cruauté. Je leur demande instamment d'accepter ce défi historique

L'appui des partenaires régionaux dans cette poursuite est essentielle. L'Initiative de paix arabe offre une base précieuse pour un soutien plus large.

Et enfin, l'ensemble de la communauté internationale doit être de plus en plus déterminé à aider activement Palestiniens et les Israéliens pour rétablir la confiance et parvenir à une paix durable avant qu'il ne soit trop tard.

Je vous remercie.

Merci beaucoup.