lundi 30 septembre 2013

Rouhani est un négationniste soft: " je ne suis pas historien mais politicien ". L'Iran nie qu'il a reconnu la Shoah

Le iranien, Hassan Rohani, a condamné «les crimes que les nazis ont commis envers les juifs», mardi soir dans un entretien sur la chaîne CNN. «Tout contre l'humanité, y compris les crimes commis par les nazis envers les juifs, est répréhensible et condamnable», a-t-il déclaré en réponse à une question sur l'Holocauste.


Du coup tous les médias ont sauté de joie en affirmant que Rohani reconnait que les nazis ont exterminé les juifs et qu'il le condamne. Par rapport à son predecesseur , Ahmadi-Nejad qui niait catégoriquement les faits et qui affrmait qu'il s'agissait d'un faux fabriqué de toutes pièces par les juifs, le ton change . Mais le négationnisme sous la forme " je ne sais pas , je ne suis pas un historien" reste. D'ailleurs l'Iran à protesté en affirmant que Rohani n'a pas reconnu l'Holocauste et que la traduction par CNN était fausse.

Voici l'essentiel de la depêche de l'agence de presse iranienne Fars ( Traduite par JSS ) :

« Bien que le président iranien n’ait pas reconnu l’holocauste, CNN a diffusé une traduction qui contient des mots et des phrases qui n’ont pas été prononcés par le président iranien. » .
Malgré les protestations de l’agence nationale iranienne FARS adressées à CNN, le réseau américain a refusé de modifier sa traduction et son reportage.



Il est à noter que même dans la version de CNN, tout comme son prédecesseur, Rohani nie le droit d'Israël à exister : «Cela ne veut pas dire que puisque les nazis ont commis des crimes contre un groupe, ce groupe doit confisquer la terre d'un autre groupe et l'occuper»   Le Parisien

dimanche 29 septembre 2013

L'Occident découvre l'esclavage de fait pratiqué dans la penisule arabe à l'occasion du futur championnat de foot ball

Le Monde
D'après des documents confiés par l'ambassade du Népal à Doha au journal britannique The Guardian, au moins 44 ouvriers népalais employés sur des chantiers de construction des sites de la Coupe du monde 2022 au Qatar sont morts entre le 4 juin et le 8 août. Jeunes pour la plupart, ils ont été victimes d'attaques et insuffisances cardiaques ainsi que d'accidents sur leur lieu de travail. Tous exerçaient dans des conditions d'exploitation qui s'apparentent à de l'esclavage moderne.

...



L'enquête du Guardian évoque des éléments qui démontrent une vaste exploitation des ouvriers étrangers, du travail forcé – parfois par 50 °C –, un refus d'accès à l'eau potable – pourtant gratuite – et des violations multiples des normes internationales en matière de droit des travailleurs. Dans des conditions sanitaires alarmantes, certains de ces ouvriers étrangers dorment à douze dans une chambre d'hôtel insalubre, en proie aux maladies.

Le voyage depuis le plateau himalayen jusqu'aux déserts de la péninsule arabique coûte une fortune aux migrants, obligés de s'endetter pour payer les agences qui prennent en charge leur transfert. Les taux d'intérêt de leurs emprunts sont exorbitants – le journal parle de 36 %. Sur place, ils sont souvent payés avec plusieurs mois de retard, et leurs salaires retenus pour les empêcher de fuir. Certains ont vu leurs passeport ou pièces d'identité confisqués

Il faut la permission de Qatar Airways pour se marier (et signaler toute grossesse ) si on est hotesse de l'air

 Air Journal du 28 septembre
Selon la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF), la compagnie aérienne qatarie oblige ses hôtesses de l’air à demander son autorisation quand elles veulent se marier. Elle porte l’affaire devant la 38ème assemblée de l’OACI (Organisation de l’aviation civile internationale) qui a débuté le 24 septembre et se terminera le 4 octobre prochain, afin qu’elle prenne des mesures
« Vous êtes tenue de demander l’autorisation de la compagnie dans le cas où vous souhaitez changer de statut marital et vous marier », indiquerait le contrat signé par les hôtesses de l’air de Qatar Airways, révèle le journal Libération. Selon le quotidien, l’affaire va plus loin encore. Ainsi, elles seraient tenues de « notifier à leur employeur leur grossesse dès le moment où elles en ont elle-même connaissance. L’employeur se réserve le droit de mettre fin au contrat à compter de la date de notification de la grossesse. Toute dissimulation de la grossesse sera considérée comme une rupture de contrat. » (sic !) Couvre-feu et incitation à dénoncer leurs collègues feraient aussi partie des pratiques au sein de la compagnie du Qatar qui compte 28 000 employés.
L’ITF crie à des « abus flagrants des droits des travailleurs dans l’aviation » et entend le dénoncer devant l’OACI pour plusieurs compagnies aériennes du golfe, notamment l’absence de liberté syndicale. « L’un des sept dossiers à examiner sera la situation aux Émirats arabes unis et au Qatar, où la liberté syndicale et le droit à la négociation collective sont refusés aux personnels d’assistance en escale et aux équipages de cabine alors qu’ils sont employés par des compagnies aériennes florissantes et en forte expansion », a prévenu l’ITF.

dimanche 22 septembre 2013

Un sniper palestinien tue un soldat israélien

Un soldat israélien tué dans une attaque à Hébron i24news

Evacué d'urgence vers une unité de soins intensifs, le soldat a succombé à ses blessures
L'armée israélienne a confirmé dimanche soir la mort du sergent Gabriel Kobi, 20 ans, originaire de Tirat HaCarmel, tué par balles à Hebron. Un sniper palestinien a ouvert le feu depuis les hauteurs de la ville sur la patrouille de Tsahal dont il faisait partie et a touché le soldat au coup, selon un rapport initial.
L'attaque a eu lieu alors que les soldats se trouvaient à proximité du secteur très sensible du Tombeau des Patriarches, visité chaque jour par des milliers de pèlerins juifs et musulmans.
Dans un communiqué officiel, Tsahal indique que "le soldat participait aux activités de routine de Tsahal dont le but est de défendre et protéger le quartier juif de Hébron et les quelques 11 000 civils venus visiter la région durant les fêtes de Souccoth".

Un palestinien tue un ami juif pour monnayer son corps

Tomer Hazan
Nidal Amer, 42 ans, de Beit Amin avait convaincu Tomer Hazan- ils travaillaient ensemble dans un restaurant de Bat Yam et avaient sympathisé – de l’accompagner à son domicile. Quand les deux sont arrivés au village, Nidal a demandé à Tomer Hazan de l’accompagner dans un champ, où il l’a assassiné, puis, a ensuite jeté son corps dans un puits.
....Il avait assassiné Hazan afin d’échanger son corps pour libérer son frère, Nur al-Din Amar, un membre du Tanzim.
Times of Israel  : Nur al-Din Amar, un membre du groupe terroriste Tanzim du Fatah, a été jugé et condamné pour son implication dans la planification ou l'exécution de plusieurs attentats terroristes en Israël et en Cisjordanie:
-En 2001, Nur Al-Din Amar  a été impliqué dans une fusillade dans le village de Azun, dans lequel un citoyen israélien a été blessé.
-Par la suite, il a été impliqué dans une attaque contre des soldats de Tsahal à l'aide d'explosifs.
-En 2003, Nur al-Din Amar a participé à la planification d'un attentat suicide qui devait être effectué par une femme à l'intérieur d'Israël. Le complot a été déjoué par les forces de sécurité israéliennes.

mardi 17 septembre 2013

Personne n'en parle : un arabe agresse un juif en Israël

Une Vidéo que vous ne verrez pas sur TF1 ni sur France2 : un Juif qui attendait son tour dans une clinique dans une ville arabe est frappé à la tête sans raison. Un info que j'ai adapté ici:
Arutz 7 Par Gil Ronen
Première publication: 15/09/2013, 21:45


Attentat à la clinique
 Agression dans la clinique
 Capture d'écran
 
 Un juif qui venait consulter un médecin dans une clinique dans une ville arabe la semaine dernière a été violemment frappé par un arabe local sans aucune raison apparente.

Les images de la caméra de sécurité de l'incident, dans une clinique dans un village du nord de Ibillin, montre le Juif, assis dans la salle d'attente, qui ne fait rien et qui ne regarde même pas l'homme arabe.

L'homme arabe se lève, se dirige vers le Juif et le frappe fort sur la tempe.  Le Juif tombe en se tordant sur le sol. Les hommes qui étaient présents dans la salle d'attente escortent l'attaquant à un siège dans la salle, puis aident le hors à quitter la salle.Personne ne semble trop perturbé.

Le juif a été emmené à l'hôpital pour traitement.

Le procureur Itamar Ben Gvir, qui représente l'homme qui a été battu, a déclaré qu'il est facile d'imaginer ce qui se serait passé si les rôles étaient inversés et qu'un Juif avait attaqué un Arabe dans une ville juive: "Le président Peres l'aurait sévèrement dénoncé , Tzipi Livni aurait proposé de nouvelles lois et les grands rabbins auraient visité la victime [c'est précisément ce qui s'est passé lorsqu'un arabe avait été agressé par des juifs à Jérusalem cette année].
Mais quand un Juif est attaqué, c'est comme si rien ne s'était passé et l'hypocrisie régne. Nous exigeons que toute la force de la loi soit amenée contre l'attaquant et je le recommande à la victime de déposer une plainte civile ».




L'assassin de 38 civils est un modèle pour les palestiniens, depuis des décennies. Portrait de Dalal Mughrabi

Dalal Moughrabi a prit part au meurtre de 38 civils israéliens (une excursion de chauffeurs de bus avec leurs familles), elle est donné en modèle aux enfants et aux adultes palestiniens depuis de nombreuses années.

 Voici l'adaptation de l'article Par Itamar Marcus et Nan Jacques Zilberdik qui dirigent Palestinan Media Watch, une ONG qui analyse les médias palestiniens et dénonce l'incitation à la haine qui y sévit depuis des décennies:

 Palestinian Media Watch démontre depuis des années que l'Autorité palestinienne et le Fatah ont donné à la société palestinienne les terroristes comme des modèles par tous les moyens [institutionnels] et à tous les niveaux, même pour les enfants.

L'un des plus grands héros présentés à la société palestinienne est Dalal Mughrabi, qui en 1978 a conduit un groupe de terroristes dans le détournement d'un bus, tuant 37 civils, dont 12 enfants.


L'actrice jordanienne, Najla Sahwil a récemment déclaré à la télévision d'Etat palestinienne qu'elle et ses collègues jordaniens aussi "ont grandi sur" Dalal Mughrabi:




 «Quand j'étais jeune, je rêvais de jouer le rôle de cette grande personnalité, Dalal Mughrabi. Nous avons grandi à l'école sur le fond de la personnalité de cette combattante palestinienne. En première année, je jetais des pierres. Quand nous étions petits enfants, nous avons été nourris de la politique de la Palestine à l'école".

 PMW a démontré que l'enseignement des jeunes Palestiniens leur propose les terroristes dans le rôle de modèles et les incite à adopter comme idéal, la mort en martyre pour la Palestine.

;
Des Universités Palestiniennes accueillent des comités du Fatah baptisés «Sœurs de Dalal." Le coordinateur de ces comités, Ayyat Salah Al-Din, a décrit Dalal Mughrabi, Wafa Idris, et d'autres femmes terroristes qui ont tué des civils en tant que modèles pour les étudiants.

Cliquer pour voir le clip

Récemment, le Fatah baptisé une classe dans une institution de jeunesse la:  " Classe Dalal Mughrabi "et le Président de l'Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, a accordé une subvention de 6000 $ à un groupe de danse nommé d'après la même terroriste.

Plus tôt cette année, une école primaire de filles a été choisie par le Ministère de la Culture de l'Autorité Palestinienne comme le théâtre d'un événement marquant le 25e anniversaire de la mort de l'archi-terroriste Abu Jihad .

Le Chef du bureau du ministère de la Culture, Abd al-Fattah al-Kam, a cité "la voie de la lutte d'Abou Jihad, qui débordait de l'esprit de l'engagement total à la Palestine et du combat pour elle." Selon l'agence de nouvelles officielle de l'Autorité Palestinienne, WAFA, Abou Jihad était responsable de la mort d'au moins 125 Israéliens .

En 2012, PMW a alerté qu'un camp d'été avait été nommé Dala Mughrabi. Les participants du Camp Dalal Mughrabi, ont été harangués par le gouverneur du district de Jéricho, Majed Al-Fatiani, qu '«il est de notre devoir national d'être fidèles à nos ancêtres qui ont donné d'eux mêmes et se sont sacrifié pour la Palestine, et ils devraient être un modèle pour nous dans nos activités et dans le maintien des acquis et des capacités de notre peuple ".

En 2012, dans le sud du Liban, lors d'une cérémonie du FATAH en l'honneur des étudiants exceptionnels du secondaire, Rifat Shanaah, secrétaire du Fatah au Liban, a déclaré que "notre munition est la connaissance, parce que le fusil a besoin de quelqu'un pour le porter et qui sait viser. "

Les élèves du secondaire ont appris à considérer les femmes comme des combattantes lors d'une question préliminaire de l'examen du baccalauréat de l'Autorité Palestinienne en 2011:
"Ajoutez le verbe« être »... à la phrase suivante ...:
«Les femmes palestiniennes sont des combattantes».

Une autre question faisait la promotion de la "mort en martyre" comme idéal:
"Ponctuez la phrase soulignée:« Nous mourrons pour que notre pays puisse vivre. "


Les enfants sont endoctrinés  à la guerre aussi par la musique. Une chanson avec les paroles "Oh mère, marie-moi à une jeune Palestinienne ... qui va élever mes enfants en vue de porter le fusil", a été diffusé à la télévision officielle de l'Autorité Palestinienne  plusieurs fois chaque année depuis 2011.

Cliquer pour voir l'extrait 

Lors d'une délivrance publique du diplôme d'études secondaires en 2010 sous les auspices du Président de l'Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas et organisée par le Fatah, une chanson glorifiant l'attaque terroriste de Dalal Mughrabi a comparé les terroristes à des « oiseaux de proie . "
;

En 2009, Abbas a financé un centre informatique du nom de Dalal Mughrabi.

Une fête dans une école élémentaire palestinienne en 2008 comprenait le récit d'un jeune enfant, contenant les mots suivants:
«J'ai laissé la terre boire mon sang,
  J'ai aimé la voie du martyre ".
 Cliquer pour voir l'extrait 

 Et les jeunes Palestiniens sont complètement formatés. Dans un lycée , lors d'une

cérémonie de remise des diplômes en 2009, un des garçons diplômés a fait le vœu suivant à l'auditoire:
«Au nom des Martyrs, au nom des prisonniers, au nom de la pierre et du fusil ... Le Fatah est [toujours] avec le fusil. Et nos fusils ne sont pas rouillés même s'ils ont tiré des milliers de balles ».
 Cliquer pour voir l'extrait

PMW a documenté de nombreux exemples de l'endoctrinement et la glorification de la violence et du terrorisme aussi bien par l'Autorité Palestinienne que par le parti au pouvoir , le Fatah, la glorification de terroristes ,
et l'enseignement qui mène des enfants à voir la mort en martyre comme un idéal .

Mais qu'a donc fait précisément Dalal Mughrabi pour mériter de servir de modèle pour les Palestiniens ?

Le crime commis par Dalal Moughrabi, pour lequel elle a été, et continue d'être, donnée comme exemple à des générations d'arabes palestiniens, est le meurtre de 38 civils israéliens (une excursion de chauffeurs de bus avec leurs familles) et d'une photographe américaine. En voici le détail adapté de la page Wikipédia en anglais.

Le massacre de la route côtière de 1978 était une attaque impliquant le détournement d'un bus sur la route côtière d'Israël où 38 civils israéliens, dont 13 enfants, ont été tués et 71 ont été blessés. [1] [2]

L'attaque a été planifiée par Abou Jihad [3] et réalisée par la faction Fatah de l'OLP. Le plan était de naviguer du Liban, de s'emparer d'un hôtel de luxe à Tel-Aviv et de prendre les touristes et les ambassadeurs étrangers en otage afin de les échanger contre des prisonniers palestiniens détenus par Israël. [4]

L'objectif final était de saborder les pourparlers de paix entre Menahem Begin et Anouar el-Sadate. [5 ]

Cependant, en raison d'une erreur de navigation, les assaillants ont débarqué 64 km au nord de leur cible et ont été contraints de trouver un autre moyen de transport pour atteindre leur destination. [6] Selon un commandant du Fatah qui avait aidé à planifier l'attaque, il a été conçu pour faire dérailler les pourparlers de paix israélo-égyptien et d'endommager le tourisme en Israël. [6] Le magazine Time a caractérisée comme «la pire attaque terroriste de l'histoire d'Israël.» [5] Le Fatah a baptisé l'attaque "Opération du martyr Kamal Adwan," [7] nom d'un chef de l'OLP tué dans le raid d'un commando israélien à Beyrouth en Avril 1973. [8] [9] . Suite au massacre, trois jours plus tard, les forces militaires israéliennes ont lancé l'Opération Litani contre les bases de l'OLP au Liban.

Les Faits 

Dans la matinée du 11 Mars 1978, onze militants palestiniens, dont une femme, Dalal Mughrabi [10], après avoir quitté le Liban, ont débarqué par des bateaux Zodiac sur une plage près de Ma'agan Michael au nord de Tel-Aviv,  avec une réserve de fusils d'assaut Kalachnikov, des grenades propulsées par fusée, des mortiers légers et des explosifs. Ils ont tombés sur la photographe américaine Gail Rubin, qui prenait des photos de la nature sur la plage, et après qu'elle leur a dit où ils étaient en réalité, ils l'ont tuée. [6] Ils ont ensuite marché moins d'un mile jusqu'à l'autoroute à quatre voies, ouvert le feu sur les voitures qui passaient et détourné un taxi Mercedes blanc, tuant ses occupants. [5] Sur la route vers Tel Aviv, ils ont détourné un bus transportant des chauffeurs d'autobus Egged avec leurs familles pour une excursion d'une journée, le long de la route côtière. Pendant le trajet, les militants ont tiré et lancé des grenades sur les voitures qui passaient, tiré sur les passagers et ont jeté au moins un corps hors de l'autobus. [5] À un moment donné, ils ont réquisitionné un autre bus, et ont forcé les passagers du premier bus de monter sur le second [5]. Le bus a finalement été arrêté par un barrage de police près de Herzliya, et une longue fusillade s'en est suivie. [5] Les passagers qui ont tenté de s'échapper ont été abattus par l'un des terroristes. [5]

 Time Magazine a spéculé que d'autres otages auraient été tuées par le tir désordonné des policiers de la circulation israélienne, "terrifiés" par les militants, car il n'y avait pas assez de temps pour que les escouades spéciales antiterroristes israélienness arrivent sur les lieux. En outre, il a été spéculé que la fusillade a poussé certains des terroristes à se suicider, en tuant autant de passagers que possible avec eux. [6] Une explosion, causée soit par un réservoir de carburant  ou par une grenade, à incendié le le bus. [11]

38 civils israéliens ont été tués dans l'attaque, dont 13 enfants, et 71 ont été blessés.

Liste des victimes:





References

  1. ^ Jump up to:a b c "1978, March 11. The Coastal Road Massacre" Richard Ernest Dupuy, Trevor Nevitt Dupuy (chamel). The Encyclopedia of Military History from 3500 B.C. to the Present, Harper & Row, 1986, ISBN 0-06-181235-8, p. 1362.
  2. Jump up^ "Operation Litani is launched in retaliation for that month's Coastal Road massacre." Gregory S. Mahler. Politics and Government in Israel: The Maturation of a Modern State, Rowman & Littlefield, 2004, ISBN 0-7425-1611-3, p. 259.
  3. Jump up^ "Israel's successful assassinations" (in Hebrew). MSN. Retrieved 2008-03-29.
  4. Jump up^ Moshe Brilliant, "Israeli officials Say Gunmen Intended to Seize Hotel," The New York Times, March 13, 1978
  5. ^ Jump up to:a b c d e f g h "A Sabbath of Terror", Time magazine, March 20, 1978.
  6. ^ Jump up to:a b c d e "Tragedy of errors". Time (magazine) March 27, 1978. March 27, 1978. Retrieved 2008-06-01.
  7. Jump up^ Edgar O'Ballance (1979). "Language of Violence: The Blood Politics of Terrorism", p.289, Presidio Press (Original from the University of Michigan), ISBN 0-89141-020-1, ISBN 978-0-89141-020-1
  8. Jump up^ "An Eye for an Eye". CBS. November 20, 2001. Retrieved 2001-11-21.
  9. Jump up^ Greenaway, HDS, "Arab Terrorist Raid in Israel Kills 30," Washington Post, March 12, 1978.
  10. Jump up^ Coastal road terrorist: No apologies, Haaretz. Selon Abu Absa, un des terroristes palestiniens survivants, Mughrabi était l'unique femme du groupe et ne le commandait pas.
  11. Jump up^ Kim Willenson, Milan J. Kubic and William E. Schmidt, "Slaughter in Israel," Newsweek, March 20, 1978
  12. Jump up^ Deeb, Marius (July 2003). Syria's Terrorist War on Lebanon and the Peace Process. Palgrave McMillian. p. 39. ISBN 1-4039-6248-0.
  13. ^ Jump up to:a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae found at National Insurance Institute of Israel (NII)
  14. Jump up^ רויטל טלי אהרונוביץ ז"ל  (Hebrew)
  15. Jump up^ נעמי אליחי ז"ל  (Hebrew)
  16. Jump up^ ארז אלפנד ז"ל  (Hebrew)
  17. Jump up^ יצחק אלפנד ז"ל  (Hebrew)
  18. Jump up^ גלית אנקווה ז"ל  (Hebrew)
  19. Jump up^ יצחק איציק אנקווה ז"ל  (Hebrew)
  20. Jump up^ חביב אנקווה ז"ל  NII (Hebrew)
  21. Jump up^ מטילדה מטי אשכנזי דניאל ז"ל  (Hebrew)
  22. Jump up^ יהודה בסטרמן ז"ל  (Hebrew)
  23. Jump up^ רינה בושקניץ ז"ל  (Hebrew)
  24. Jump up^ דב בושקניץ ז"ל  (Hebrew)
  25. Jump up^ ליאת גלאון ז"ל  (Hebrew)
  26. Jump up^ שמעון גלוטמן ז"ל  (Hebrew)
  27. Jump up^ אמנון דרורי ז"ל  (Hebrew)
  28. Jump up^ נעמה הדני ז"ל  (Hebrew)
  29. Jump up^ אילן הוכמן ז"ל  (Hebrew)
  30. Jump up^ רועי הוכמן ז"ל  (Hebrew)
  31. Jump up^ רבקה הוכמן ז"ל  (Hebrew)
  32. Jump up^ מרדכי מוטי זית ז"ל  (Hebrew)
  33. Jump up^ יוסף חלואני ז"ל  (Hebrew)
  34. Jump up^ מלכה טוני ליבוביץ וייס ז"ל  (Hebrew)
  35. Jump up^ ציונה לוזיה כהן ז"ל  (Hebrew)
  36. Jump up^ אברהם לוזיה ז"ל  (Hebrew)
  37. Jump up^ אוטרי מנשרוב ז"ל  (Hebrew)
  38. Jump up^ יואב יואבי משקל ז"ל  (Hebrew)
  39. Jump up^ טוביה רוזנר ז"ל  (Hebrew)
  40. Jump up^ 'Gail Rubin,' Jewish Women's Encyclopedia
  41. Jump up^ גייל רובין ז"ל  (Hebrew)
  42. Jump up^ מאיר סגל ז"ל  (Hebrew)
  43. Jump up^ קטיה רינה סוסינסקי ז"ל  (Hebrew)
  44. Jump up^ יוסף סוסינסקי ז"ל  (Hebrew)
  45. Jump up^ צבי צביקה עשת ז"ל  (Hebrew)
  46. Jump up^ אמרי תל-אורן ז"ל  (Hebrew)
  47. Jump up^ Said, Edward (1992). The Question of Palestin. Vintage Books. p. 201.
  48. Jump up^ Said, Edward (1992). The Question of Palestine. Vintage Books. p. 201.
  49. Jump up^ Khouri, Fred. The Arab-Israeli Dilemma. pp. 397–398.
  50. Jump up^ Said, Edward (1992). The Question of Palestin. Vintage Books. p. 202.
  51. Jump up^ The dolls' journey to Israel, Jerusalem Post
  52. Jump up^ The Telegraph-Herald – Google News Archive Search
  53. ^ Jump up to:a b Reading Eagle – Google News Archive Search
  54. Jump up^ The Pittsburgh Press – Google News Archive Search
  55. Jump up^ "Statement to the press by Prime Minister Begin on the massacre of Israelis on the Haifa – Tel Aviv Road". Israeli Ministry of Foreign Affairs. March 12, 1978. Retrieved April 18, 2010.
  56. Jump up^ "Statement to the Knesset by Prime Minister Begin on the terrorist raid and the Knesset resolution". Israeli Ministry of Foreign Affairs. March 13, 1978. Retrieved April 18, 2010.
  57. Jump up^ "Israel Defense Forces statement on the operation in Lebanon". Israeli Ministry of Foreign Affairs. March 15, 1978. Retrieved April 18, 2010.
  58. Jump up^ Augustus Richard Norton; Jillian Schwedler (1993). "(In)security Zones in South Lebanon". Journal of Palestine Studies (University of California Press) 23 (1): 61–79.JSTOR 2537858.
  59. Jump up^ Israeli Violations of Human Rights of Lebanese Civilians.B'Tselem. 2000. pp. 12–13.
  60. Jump up^ "Palestinian Media Watch web site".
  61. Jump up^ Special report # 39: Palestinian Culture and Society (Study No. 6 -March 12, 2002) "Encouraging Women Terrorists" by Itamar Marcus,http://palwatch.org/STORAGE/special%20reports/Encouraging_Women_Terrorists.pdf, accessed July 24, 2008
  62. Jump up^ ""Case study: Dalal Mughrabi from terrorist to hero", Palestinian Media Watch web site, accessed 2/21/2012".
  63. Jump up^ http://www.imra.org.il/story.php3?id=13227 accessed July 23, 2008
  64. Jump up^ Marcus, Itamar; Zilberdik, Nan Jacques (February 13, 2011)."UN asks PMW to publicize that UN was not behind Arab media campaign presenting terrorist as role model". Palestine Media Watch. Retrieved February 15, 2011.
  65. Jump up^ 32 Years Since Coast Road Attack – Defense/Middle East – News – Israel National News
  66. Jump up^ Incitement is not one-sided – JPost – Opinion – Op-Eds
  67. Jump up^ PA TV songs glorify most lethal terror attack in Israel's history
  68. Jump up^ PA summer camp names children's group after Dalal Mughrabi, Palestinian Media Watch, July 20, 2011
  69. Jump up^ Israel-Hizbullah prisoner exchange: profiles – Ian Black and Hugh McLeod – The Guardian
  70. Jump up^ Israel-Hezbollah prisoner swap – Hugh McLeod – San Francisco Gate
  71. Jump up^ Who’s who of the prisoner swap – Zahra Hankir and Sharad Venkat – NOW Lebanon
  72. Jump up^ Encouraging Women Terrorists
  73. Jump up^ Globalsecurity.org: Ehud Barak