mercredi 31 octobre 2012

Tunisie : plan d’enlèvement de juifs déjoué à Zarzis


African Manager Selon de sources sûres et convergentes citées par l’hebdomadaire « Al Haçad » , les unités de la Garde nationale de Médenine et de Gabès viennent de démanteler un dangereux réseau qui projetait des opérations de dimension terroriste consistant en l’enlèvement de citoyens tunisiens de confession israélite , résidant dans la « hara » de Zarzis , en réclamant de fortes rançons. 
Il s’agit aussi d’inciter les ressortissants de confession israélite résidant dans la région de quitter la Tunisie, selon les plans de ce groupe dont le cerveau est un agent de la sécurité chargé de la protection des juifs dans la région du Sud tunisien, qui a entrepris de recruter des jeunes Tunisiens pour les besoins de cette opération qu’il a financée grâce à un crédit bancaire.
Il a aussi acquis une voiture immatriculée en Libye, ainsi que des armes à feu, de même qu’il a loué des voitures. 
La bande devait, sous la houlette du policier connu pour son appartenance à un courant islamiste extrémiste, mettre à exécution son plan, au cours de la dernière période, plus précisément, un vendredi au soir, lorsque les ressortissants israélites sortent pour une promenade en bord de mer. 
Le plan a été déjoué et tous les suspects ont été arrêtés. Ils ont reconnu la constitution de la bande et ont été déférés au Parquet du tribunal de première instance de Tunis, lequel les a déférés à son tour devant le cabinet d’instruction.

Avigdor Lieberman n'est vraiment pas un extrémiste de droite si on prend la peine de lire ses propos



Le Dr. Aaron Lerner est le  directeur IMRA (Independent Media Review & Analysis) voici son analyse des positions d'Avigdor Lieberman , chef du parti "Israël est Notre Maison" (Israel Beitenou) :

(Mail POB 982 Kfar Sava) 
Tél 972-9-7604719/Fax 972-3-7255730 
ADRESSE INTERNET: imra@netvision.net.il 
Site Web: http:// www.imra.org.il)




Avigdor Lieberman n'est vraiment pas un extrémiste de droite si on prend la peine de lire ses propos


Dr. Aaron Lerner le 25 Octobre 2012

Beaucoup de gens de gauche ont réagi à l'annonce ce soir de la coalition du parti Israel Beitenou du ministre des affaires étrangeres Avigdor Lieberman avec le Likoud dans les prochaines élections en prétendant que cela représentait un virage marqué vers la «droite radicale ".

Mais si l'on considère les positions actuelles de Lieberman c'est tout le contraire.

Passons en revue quelques-unes de ses prises de position clés au cours des dernières années.

N ° 1)

 28 octobre 2007:  «Principes de l'entente permanente" [Lieberman est POUR un état palestinien]

1. L'entrée en négociations pour le statut final  exige d'abord et avant tout la réalisation de la sécurité de l'État et Israël et une importante amélioration des conditions économiques des Palestiniens.

Toute tentative visant à imposer un arrangement diplomatique avant la diminution substantielle [il n'exige pas un arrêt total comme préalable]de la terreur, et en particulier des tirs de roquettes Qassam, et le fait que il y a plus de 60% ​​au chômage sur le côté Palestiniens - est vouée à l'échec.

2. La solution du conflit doit être basé sur un accord d'échange de la terre et des populations et la création d'une réalité à l'échelle nationale de deux états homogènes, afin que la situation n'aboutisse pas de facto à un état palestinien et demi ...

... 5. La communauté internationale a l'obligation de faire partie de l'accord, tout en donnant des garanties et la participation active dans la sécurité, l'Etat et des affaires économiques. Dans la mesure où les Palestiniens ont du mal à établir un dispositif de sécurité efficace pour mettre fin à l'activité terroriste, l'OTAN comblera le vide créé. ... [Lieberman accepte une force internationale pour garantir la paix]

N ° 2.)
 Mon plan pour une solution par Avigdor Lieberman
The Jerusalem Post 23 Juin 2010

.... Pour une solution durable et équitable, il doit y avoir un échange de territoires peuplés afin créer deux états largement homogènes, l'un juif israélien et l'autre palestinien arabe ...

... Cet état ​​doit être démilitarisé et Israël devra maintenir une présence sur son territoire afin de garantir l'absence d'un trafic d'armes. À mon avis, ça devrait constituer nos lignes rouges.

Dans la plupart des cas ... il n'y aura a pas de transfert de population physique ni de démolition de maisons, mais la création d'une frontière où il n'en existait pas, selon les données démographiques.
[Lieberman ne veut pas expulser les arabes d'Israël , il veut donner les zones à majorité arabe aux palestiniens en échange des zones à majorité juive dans en Judée et Samarie]

# 3)

 Discours à l'Assemblée générale de l'ONU Septembre 28 2010 du vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman


En essayant de résoudre le conflit entre Israël et les Palestiniens, nous avons affaire à deux types de problèmes: des problèmes émotionnels et des problèmes pratiques . C'est pourquoi la solution doit aussi se faire en deux étapes.

Les problèmes émotionnels sont d'abord et avant tout l'absence totale de confiance entre les parties et les questions telles que Jérusalem, la reconnaissance d'Israël comme l'Etat-nation du peuple juif et la question des réfugiés.

Dans ces conditions, nous devrions nous concentrer à aboutir à un accord intérimaire de long terme, quelque chose qui pourrait prendre quelques décennies. Nous devons susciter une génération entièrement nouvelle qui aura une confiance mutuelle et qui ne sera pas influencée par l'incitation à la haine ni par  des messages extrémistes.

Pour parvenir à un accord sur le statut final, nous devons comprendre que le principal obstacle pratique est la friction entre les deux nations.

... Le principe directeur pour un accord sur le statut final ne doit pas être la terre contre la paix, mais plutôt, échange de territoires peuplés. Permettez-moi d'être très clair: je ne parle pas de déplacer des populations, mais plutôt de  déplacer les frontières pour mieux refléter les réalités démographiques.

N ° 4)

Le ministère des affaires étrangères nie l'existence d'une «Carte Lieberman'pour la paix 
Par HERB KEINON The Jerusalem Post 23 Janvier 2011

Dans un discours ... au sein du ministère des Affaires étrangères il y a un mois, Lieberman a réitéré sa
position selon laquelle il ne croyait pas qu'il était possible de parvenir à un statut final avec les Palestiniens accord sur ce point, et que la meilleure option maintenant serait une entente provisoire à long terme . Il a dit que le plan d'un accord au long terme existait «sur l'étagère», qu'il juste besoin de polissage avant d'être présenté.

Lieberman n'a pas précisé ce qu'il avait à l'esprit, au-delà de l'info qu'une équipe du ministère des Affaires étrangères a travaillé sur un plan B.Un responsable du ministère a déclaré que les principales composantes du plan B avaient à voir avec le renforcement de la coopération Israël-Palestinienne sur la sécurité et la coopération économique, et que de nombreuses idées avaient circulé.

"Alors que certaines personnes examinent une éventuelle carte, elle n'a pas été officiellement approuvée par Lieberman, "a dit la source.

+ + + + + + +

La conclusion?

Si et quand il sera possible de négocier un accord final, Liberman est d'accord pour  tailler de gros morceaux de territoire israélien habités par des arabes Israéliens, la frontière résultant étant bien pire d'un point de vue militaire que la "ligne verte" de démarcation de 1967.

Lieberman apparaît également disposés à se fier à l'efficacité des troupes étrangères déployées dans l'Etat palestinien comme une garantie pour la sécurité d'Israël.

Ces idées sont tout sauf des positions radicales d'extrême droite.


lundi 29 octobre 2012

Gaza : encore 20 roquettes sur Israël, portant le total de 2011 à 615 roquettes !


20 roquettes ont été tirées sur le sud d'Israël depuis la bande de Gaza dans la nuit du dimanche au lundi.

Aucun dégât n'a été signalé, les roquettes sont tombées dans des terrains vagues ou des champs.

L'aile militaire du Hamas, al-Qassam, en a revendiqué la responsabilité. Dans une déclaration, ils ont dit que les tirs de roquettes était "en réponse à l'agression continue d'Israël à Gaza."

Plusieurs de ces roquettes ont atterri près de la ville de Beersheba, forçant la fermeture des écoles.
En réponse Tsahal a effectué des frappes sur plusieurs cibles terroristes dans la bande de Gaza. Selon les FDI les cibles comprenaient un site de lancement de roquettes et un site d'activité terroriste dans le nord de la bande de Gaza ainsi que d'un site d'activité terroriste dans la bande de Gaza. Selon les FDI tous les coups ont porté au but.

Selon le quotidien israélien Yediot Aharonot , des sources dans la bande de Gaza ont indiqué que certaines des cibles bombardées étaient dans des espaces ouverts et inclus deux postes appartenant à l'aile militaire du Hamas. Aucun blessé n'a été signalé.

L'armée israélienne affirme qu'en 2011 plus de 615 roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza sur  les communautés du sud d'Israël année. En Octobre c'est plus de 150 roquettes qui ont été tirées.

samedi 27 octobre 2012

Duels d'artillerie entre la Syrie et la Turquie : 12 soldats syriens tués entre le 3 et le 20 octobre




Le journal liberal turc Milliyet rapporte (traduit via operationpaix) que le nombre de duels d’artillerie se multiplie entre la Syrie et la Turquie:
Syrie : au moins 12 soldats syriens tués par les tirs de riposte turcs

Le journal turc, Milliyet, rapporte aujourd’hui [le 20/10/2012] qu’en réponse aux tirs de mortier syrien atterrissant sur le territoire turc, l’armée turque a tiré 87 fois sur la Syrie, provoquant la mort de 12 soldats syriens ainsi que la destruction de plusieurs tanks. 
« Les tirs de ripostes ont été fait en réponse des 27 mortiers ou obus tirés depuis la Syrie. La Turquie a répondu à chaque incident […] 12 soldats syriens ont été tués par les tirs turcs. Cinq chars syriens, trois véhicules blindés, un canon à mortier, un camion de munition et deux canons anti-DCA ont également été détruits et beaucoup d’autres véhicules militaires ont été endommagés » peut-on lire dans le média turc. 
Depuis qu’un obus syrien a provoqué la mort de cinq civils turcs, le 3 octobre dans le village frontalier turc d’Akçakale, Ankara a affirmé à plusieurs reprises qu’elle répondrait a chaque violation de son territoire et qu’elle défendrait à n’importe quel prix sa sécurité nationale. (Source : Reuters)

Aïd en Egypte: 87 cas recensés d'harcèlement sexuel au Caire en une journée

 Photo :
 Tarek Alfaramawy
Alexandrie 7 novembre 2011
Le journal égyptien Egypt Independent nous rappelle la réalité de la vie des femmes dans ce pays.

La direction de la sécurité du Caire a déclaré dans un communiqué publié samedi avoir enregistré 87 cas de harcèlement verbal et 6 autres cas de harcèlement physique, ce vendredi, le premier jour de l'Aïd al-Adha.
Un problème persistant, le harcèlement sexuel devient une préoccupation particulière pendant les vacances et les jours fériés, en dépit des nombreuses manifestations prônant le droit des femmes à marcher en toute sécurité dans les rues.
Les militants qui ont lancé une initiative baptisée «J'ai été témoin de harcèlement", ont déclaré dans un rapport vendredi que plus de 60 pour cent des femmes qui se trouvaient dans le centre du Caire ont été victimes de harcèlement sexuel, y compris dans les secteurs de la ville tels que Qasr al-Nil Bridge, Abdel Moneim Riad Square, et la rue Talaat Harb. Le communiqué ajoute que certains incidents impliquaient de la violence.
La plupart des agressions ont été commises par les garçons entre huit et 20 ans, avec quelques cas des auteurs de plus de 20 ans. L'âge des filles harcelées variait de 11 à 20 ans.
Le rapport critique la police: les militants bénévoles qui ont observé les incidents de harcèlement, affirment que les policiers ont vérifié l'identité des militants sans prendre aucune action contre les harceleurs.
Le rapport cite un incident de harcèlement collectif à la Corniche El Nil à Maadi, où un groupe de pas moins de 40 hommes ont attaqué 50 filles. Le rapport a ajouté la police n'est pas intervenue pour arrêter les harceleurs, sauf lorsque des militants ont commencé à filmer l'incident.

vendredi 26 octobre 2012

80 roquettes sur Israël.L'ONU encourage les terroristes en ne les condamnant pas


L'ambassadeur d'Israël aux Nations unies, Ron Prosor a appelé mercredi le Conseil de sécurité à condamner les attaques de Gaza après que plus de 80 roquettes se soient abattues sur le sud d'Israël en une seule journée.

Ron Prosor a averti les membres du Conseil de sécurité que leur absence de condamnation pourrait avoir des conséquences tragiques parce que le Hamas et les autres groupes terroristes interprètent ce silence comme un feu vert pour les actes de terreur et de provocation.

Mercredi, les terroristes ont tiré un barrage de roquettes sur les villes qui entourent la Bande de Gaza, blessant cinq civils dont trois sont des travailleurs étrangers et endommageant huit maisons. Les frappes israéliennes sur la bande de Gaza ont tué trois Palestiniens.

« L'objectif des attaques de roquettes est de tuer des civils israéliens pour provoquer une escalade de la situation dans la région et déclencher une confrontation » a écrit Ron Prosor.

Le cessez-le-feu négocié par l'intermédiaire du Caire doit prendre effet à minuit.

Prosor a souvent demandé au Conseil de sécurité de condamner les attaques de roquettes dans le sud sans grand succès. Il a envoyé une lettre à cet organisme il y a juste quelques jours pour lui reprocher de rester silencieux sur les attaques en provenance de Gaza alors qu'il a été très rapide à condamner les violations syriennes [sur la Turquie]

« Le Conseil est resté endormi pendant plus de 12.000 attaques de roquettes contre Israël au cours de la dernière décennie. Nous saluons la condamnation émise par le Conseil de sécurité la semaine dernière et nous espérons qu'il agira avec la même rapidité et la même détermination pour condamner le feu de roquettes qui vise un million de civils israéliens » a-t-il écrit dans sa lettre.

      © Traduit par Danilette

jeudi 25 octobre 2012

Les USA defendent le droit d'UN Watch d'appeller à poursuivre Ahmanidejad pour incitation au génocide

22 OCT. 2012




Débat : Protestations de l'Iran après qu'UN Watch demande qu'Ahmadinejad soit inculpé

Les Etats-Unis défendent le droit à la parole d'UN Watch et réfutent les objections de Téhéran



Lors de la récente réunion du Conseil des droits de l'homme, l'Iran a essayé d'interrompre le discours d'UN Watch qui prônait la poursuite de Mahmoud Ahmadinejad pour incitation au génocide. Le délégué du régime fondamentaliste n'était pas tout à fait cohérent. Bien que la Présidente de ce Conseil ait d'abord semblé approuver les objections de l'Iran, dans une intervention forte la délégation américaine a réaffirmé le droit à la parole d'UN Watch.



Voir la vidéo et le texte ci-dessous.








Débat au Conseil des droits de l'homme, 24 septembre 2012

Ordre du Jour, Point 8 : la Déclaration de Vienne sur les droits de l'homme



La Présidente du Conseil Laura Dupuy Lasserre : J'appelle UN Watch.



Le Directeur exécutif d'UN Watch Hillel Neuer : Je vous remercie, Madame la Présidente. La Déclaration de Vienne reconnaît que la promotion et la protection de tous les droits de l'homme est une préoccupation légitime de la communauté internationale. Mais comment ce Conseil devrait-il attirer l'attention du monde ?



Lorsqu'il a pris la parole ici il y a quinze jours, le Secrétaire général Ban Ki-moon nous a exhortés à examiner attentivement ceux qui aspirent à devenir membres de ce Conseil.



L'un des candidats à la prochaine élection est le Pakistan. En dépit des engagements solennels s'inscrivant dans le cadre de la Déclaration de Vienne et d'autres instruments internationaux, qu'il a pris, le gouvernement du Pakistan continue à commettre systématiquement de graves violations des droits de l'homme :



· Il ferme les yeux alors que de l'acide est jeté aux visage des femmes partout au Pakistan, des actes censés promouvoir l'honneur;



· Une jeune fille handicapée chrétienne a été arrêté pour blasphème;



· Et Asia Bibi, une chrétienne, mère de cinq enfants, reste condamnée à mort, pour blasphème . également



Un autre candidat est le Venezuela. En 2009, le Conseil avait demandé au Venezuela de libérer un prisonnier détenu arbitrairement. La Juge, Maria Afiuni, a libéré ce prisonnier, se conformant à la demande du Groupe de travail sur les détentions arbitraires du Conseil. La juge a été rapidement jetée en prison et le Président vénézuélien, Hugo Chavez, est intervenu à la télévision en direct, exigeant qu'elle soit condamnée à 30 ans de prison, ajoutant qu'en d'autres temps elle aurait été fusillée.



Enfin, nous devons considérer des pays qui, dans ces lieux mêmes, évoquent leur promotion des droits de l'homme.



Plus tôt dans la journée, s'est tenu ici un événement parrainé par la République islamique d'Iran.



Il y a été déclaré que la situation de la femme en Iran est un modèle pour le monde.



Pourtant, selon la BBC, plus de 30 universités iraniennes viennent d'introduire une réglementation interdisant aux étudiantes de suivre près de 80 différents cursus allant de l'ingénierie à la physique nucléaire, l'informatique, la littérature anglaise, l'archéologie et les affaires.



Madame la Présidente, est-ce cela respecter les droits des femmes?



De même, selon le dernier rapport annuel d'Amnesty International, les femmes sont victimes de discriminations que ce soit dans la législation ou la pratique, y compris en raison d'un code vestimentaire obligatoire.



Enfin, Madame la Présidente, le Président de l'Iran appelle à un génocide contre un État membre des Nations Unies mais doit prendre la parole devant l'ONU.



Ne devrait-il pas être tenu pour responsables et poursuivi pour le crime d'incitation au génocide, plutôt que de se voir accorder la parole depuis la tribune de l'ONU?



Je vous remercie, Madame la Présidente.



La Présidente : Je vous remercie. J'appelle maintenant l'Iran, pour une motion de procédure.



L'Iran (M. Seyed Hossein Zolfaghari) : Madame la Présidente.Veuillez rappeler s'il vous plaît à l'orateur de parler sur une langue acceptable du Conseil et d'éviter irrévo ... ivertible ... accepter [sic]. Merci.



La Présidente : Merci beaucoup, l'Iran. Et merci pour ce rappel à l’assemblée qui s'applique à toutes les délégations. Je tiens également à vous rappeler que les organisations gouvernementales peuvent exercer un droit de réponse ultérieurement - mais je vois maintenant les États-Unis, pour une motion de procédure.



Les États-Unis d'Amérique : (Mme Sarah M. Brooks) : Je vous remercie, Madame la Présidente. Nous soulignons que les États-Unis sont fermement convaincus que les ONG accréditées doivent être autorisées à prendre la parole au sein du Conseil. Bien que les États membres, y compris les États-Unis, peuvent parfois être en désaccord avec le contenu des déclarations des ONG, il est essentiel que la voix de la société civile se fasse entendre ici dans un climat de libre expression.



Sans aborder le fond de la déclaration de l'intervenant, nous sommes d'avis que ce que nous avons entendu dans cette intervention abordait bien le sujet traité devant ce Conseil à propos de la Déclaration de Vienne. Madame la Présidente, nous vous demandons respectueusement – ou, en fait, tenons à vous remercier d'avoir permis à l'orateur de terminer sa présentation. Merci.



La Présidente : Merci aux États-Unis. Nous débattons effectivement du point 8 de l'ordre du jour qui porte sur la Déclaration de Vienne et le Programme d'action, qui contient de nombreux engagements politiques, contenus dans divers chapitres et rubriques, pris par tous les États membres. Plusieurs délégations ont pu se référer à ces situations particulières compte tenu du cadre de la discussion.



Traduit par Hélène Keller-Lind, Desinfos

mercredi 24 octobre 2012

Le Hamas s'allie au Qatar et envoie 80 roquettes et obus de mortiers en 24 heures sur Israël

Les obus de mortier et les roquettes s’abattent tous les jours sur Israël mais on n'en parle pas : personne n'est touché et c'est considéré fair-play dans une "guerre asymétrique" par les journalistes qui ne savent plus ce qu'objectivité et justice veulent dire.

La semaine dernière un soldat israélien a été blessé dans l'explosion sur l’itinéraire d'une patrouille de routine.



GAZA, Bande de Gaza (Sipa-AP) -- L'émir du Qatar, cheikh Hamad ben Khalifa al-Thani, a reçu un accueil digne d'un héros mardi lors de sa visite à Gaza, la première d'un chef d'Etat depuis que le Hamas dirige ce territoire, voilà cinq ans.
Dans son discours à l'Université islamique de Gaza, l'émir a démandé aux factions palestiniennes de se réconcilier. "Pourquoi restez-vous divisés?", s'est-il interrogé. "Il n'y a pas de négociations de paix, et il n'y a pas de stratégie claire (...) Ne devriez-vous pas vous asseoir comme des frères et vous réconcilier?"
L'émir a été reçu par le Premier ministre de Gaza, Ismaïl Haniyeh, qui a déclaré que cette visite envoyait un message fort. "Gaza n'est pas seul et les Palestiniens sont dans le coeur des arabes", a-t-il déclaré, ajoutant: "votre visite aujourd'hui annonce officiellement une rupture dans le blocus économique, dans le blocus politique imposé à la Bande de Gaza par les forces de l'injustice".
L'émir du Qatar -un pays riche en pétrole- a lancé des investissements à hauteur de 400 millions de dollars (308 millions d'euros) pour différents projets, dont la construction de logements, d'un hôpital et de routes. Nouvel Observateur
Notez bien que l'Emir du Qatar n'a pas demandé au Hamas de renoncer à la violence, de reconnaître le droit d'existence d'un état du peuple juif et  de cesser l'emprise totalitaire sur la population de Gaza.
Double langage?

Pour mémoire le Qatar est étiqueté allié des Etats Unis et de l'Europe alors qu'ils ont mis le Hamas sur la liste des organisations terroristes avec lesquelles il ne faut pas avoir de lien. L’Émir du Qatar n'est jamais venu à Ramallah rencontrer Mahmoud Abbas. Il donne de la légitimité au Hamas , normal il est islamiste lui aussi.

Dans une autre perspective Le Hamas qui était le protégé de l'Iran via la Syrie change clairement de protecteur: désormais se sera le Qatar et l'Egypte.

Les habitants de Gaza étaient si heureux qu'ils ont égorgé des moutons sur la route de l’Émir , le sang des animaux à servi de tapis rouge pour sa Mercedes :

via EoZ
Oui le sang n’était pas assez voyant :
les auteurs palestiniens ont rendu les taches plus rouge criard
comme on peut le voir sur leur blog
paldf
 La visite de l’Émir n'a pas eu d'effets pacificateur...

Depuis hier mardi, 70 roquettes ont été tirées par le Hamas depuis la bande de Gaza dont une trentaine a atteint la région d’Eshkol faisant trois blessés et touchant 5 habitations. La faible densité de population explique le nombre peu élevé de blessés comparé au nombre de roquettes lancées. Une chance dans une région où les habitants se sentent abandonnés par le pays.
Trois travailleurs étrangers résidents de la région ont été blessés et transportés directement au centre Médical Soroka de Beer Sheva. Une femme a également été blessée alors qu’elle se dirigeait vers son abri à Hof Ashkelon.  Le Petitjounal

Voici un clip du Hamas (via EoZ) montrant un barrage de roquettes. Ça n'a rien d’inoffensif:

L'armée Israélienne a tué 4 terroristes

lundi 22 octobre 2012

Le président égyptien approuve un appel à l'extermination des juifs mais écrit au président d'Israël "Cher et bon Ami"

Que le véritable Morsi lève la main! Car il est impossible à une même personne de dire "Amen" à la prière appelant à la destruction des juifs et d’écrire au Président de leur pays "Mon cher et bon Ami" ni exprimer le souhait de renforcer les heureuses relations CORDIALES qui existent entre les égyptiens et les juifs.

A moins que...double langage? Non!!! Ça serait de la médisance!


MEMRI Ci-dessous des extraits d'un sermon prononcé par l'ecclésiastique égyptien Futouh Abd Al-Nabi Mansour, responsable des  affaires religieuses du gouvernorat de Matrouh (équivalent d’Évêque) , en présence du président égyptien Mohammed Morsi

Le sermon a été diffusé sur la première chaîne  le 19 Octobre 2012.

Futouh Abd Al-Nabi Mansour : [...]

Ô Allah, remets nos péchés, fortifie nous et accorde nous la victoire sur les infidèles.

Ô Allah, détruis les Juifs et leurs partisans.

Ô Allah, disperse les , désunis les .

Ô Allah, fais leur sentir ta force et ta grandeur. Montre-nous ta toute-puissance, ô Seigneur.

On lit sur les lèvres du Président Morsi,  distinctement et à chaque phrase,  :  "Amen" .

 



C'est le même Morsi qui a écrit la lettre suivante au Président israélien Pères : "Mon cher et bon ami," écrit Morsi à Pères, "désireux de maintenir et de renforcer les relations cordiales qui existent si heureusement entre nos deux pays, j'ai choisi monsieur Atef Mohamed Salem Sayed El Ahl pour être notre ambassadeur…", Morsi terminant ensuite la lettre en exprimant sa "très haute considération".
Lettre de Morsi à Pères
Photo Times of Israel

Une lettre similaire écrite par Morsi en août, également adressée à Shimon Pères, avait également été accueillie avec scepticisme par les égyptiens, mais avait de la même manière été confirmée authentique par la suite. Dans la lettre, Morsi a exprimé son désir de paix dans la région, écrivant : "je saisis cette occasion pour réaffirmer que je suis impatient d'exercer nos meilleurs efforts pour remettre le processus de paix au Proche Orient sur la bonne voie en vue d'atteindre la sécurité et la stabilité pour les peuples de la région, y compris le peuple israélien."

Une autre journaliste occidentale agressée sexuelement place Tahrir au Caire

Lara Logan  a décrit courageusement le viol collectif et la tentative de lynchage subie place Tahrir tout comme Caroline Sinz , avec consternation nous apprenons qu'une autre journaliste Sonia Dridi a subi de sattouchements par des dizaines de jeunes sur cette même place de la Liberté (Tahrir) ...de violer. Il n'existe pas de loi sur le harcelement sexuel en Egypte.
France 24  vidéo ici
La correspondante de FRANCE 24 en Égypte, Sonia Dridi, a été agressée et molestée par des dizaines d'hommes, vendredi soir, alors qu'elle couvrait une manifestation place Tahrir dans la capitale égyptienne. Elle a annoncé qu'elle porterait plainte.
La correspondante de FRANCE 24 au Caire a annoncé samedi qu’elle porterait plainte après avoir été agressée sur la place Tahrir en marge d’une manifestation dans la capitale égyptienne. Sonia Dridi a été violemment prise à partie, vendredi soir vers 22h30, aux abords de la célèbre place du Caire.
Après avoir terminé son intervention sur notre antenne, la journaliste s’est retrouvée encerclée par une foule menaçante. Des dizaines de jeunes hommes ont alors commencé à l’agresser : "J'ai été agrippée de partout. J'ai réalisé (plus tard), quand quelqu'un a reboutonné ma chemise, qu'elle était ouverte, mais pas déchirée. J'ai évité le pire grâce à la ceinture solide (que je portais)" et l'aide d'un ami, a-t-elle affirmé à l’AFP.
...Dans les rues du Caire, le harcèlement des femmes, voilées ou non, les remarques obscènes et parfois les gestes déplacés sont un phénomène courant. Mais récemment, les témoignages venant de la place Tahrir faisant état de véritables agressions sexuelles, voire des viols, se sont multipliés, sans susciter de réaction des autorités.

Depuis 6 semaines les missiles du Hezbollah du Liban pillonnent la Syrie

Un journaliste du Daily Telegraph décrit comment les armes du Hezbollah soi disant destinées à combattre Israël sont en fait utilisées en Syrie pour écraser l'opposition:
C'est un signal inquiétant que le Liban se laisser entraîner d'avantage dans le conflit syrien: le groupe chiite soutenu par l'Iran,est accusé d'utiliser ses bases militaires dans la vallée de la Bekaa pour pilloner des positions rebelles en Syrie.

"Ils se concentrent sur les villages où est l'Armée syrienne libre, pour les affaiblir avant de lancer une attaque au sol", a déclaré Abou Obeida, un résident libanais de la ville frontalière d'Al-Qaa. «J'ai vu les tirs de roquettes, ils vous passent au-dessus de la tête."

Traversant les plaines du Hermel au nord de la Bekaa, à 10 miles de la frontière avec la Syrie, le correspondant du The Daily Telegraph pouvait entendre le bruit des tirs de roquettes. Les salves venaient par vagues - les bruits sourds des lanceurs font voler en éclats la tranquillité nocturne de l'air. Une demi-heure plus tard, le tempo s'accélère jusqu'a devenir un bruit prèsque constant, remplissant la vallée avec les sons de la guerre jusqu'aux premières heures de la matinée.

Hermel est le cœur du territoire Hezbollah. C'est le territoire des villages chiites, de l'agriculture et des zones militaires interdites du groupe.

«Vous êtes en plein pays du Hezbollah ici", a déclaré M. Obeida, nous conduisant sur une piste poussiéreuse qui avait été signalée comme menant à un centre de canoë-kayak, mais cela nous a rapidement mené contre la barrière du camp des combattants du Hezbollah



La nuit, les hommes dans les véhicules SUV aux vitres teintées et des plaques d'immatriculation vierges - une marque de fabrique du Hezbollah, selon les habitants - patrouillent les routes, à la recherche de toute personne curieuse.
M. Obeida a montré un poste d'observation et des forêts où il affirme que sont cachés les lanceurs de roquettes ont été cachés. «Dans la journée, vous pouvez voir la fumée lorsqu'ils envoient des missiles", at-il dit.
Les résidents de la ville frontalière syrienne d'Al-Qusair ont déclaré que les attaques ont commencé il ya six semaines. "Le Hezbollah fait cela presque tous les soirs. C'est plus intense lorsque les combats font rage ici. J'ai vu les missiles venant du Liban, «A déclaré Ahmed, un activiste syrien dans une interview sur Skype.
Ces evenements font suite à l'affirmation que le Hezbollah a envoyé des combattants pour soutenir Bachar Al Assad dans son combat contre l'intensification, de l'insurrection majoritairement sunnite.
Plus tôt ce mois-ci, plus de 1.000 personnes ont assisté aux funérailles de Ali Nassif, un commandant du Hezbollah décédé en exercant son "droit au Jihad" selon le cheikh Nasrallah, chef du Hezbollah.

"Sayyed Nasrallah a pleuré quand Nassif a été tué. Maintenant, le Hezbollah veut se venger ", a déclaré une source libanaise qui a de la famille dans le groupe. "Les combattants du Hezbollah dans le quartier Dahiyeh de Beyrouth (fief du Hezballah, zone de non-droit,iinterdite à la police )  ont reçu l'ordre de se mattre en alerte car à tout moment ils pourraient être envoyés en Syrie».
L'attaque par fusées vise les positions rebelles à proximité des villages chiites et chrétiens du côté syrien de la frontière.
Les rebelles de l'Armée syrienne libre admettrent qu'ils attaquent les positions du gouvernement syrien à l'intérieur des villes. Deux ressortissants libanais ont été tués dans une attaque armée contre la ville majoritairement chrétienne de Rableh, a rapporté dimanche l'Agence d'Information Nationale libanaise .
Après 18 mois de guerre et avec le soutien de pays étrangers, dont le Qatar et l'Arabie saoudite, les rebelles syriens sont de plus en une redoutable force de combat.
"La seule raison pour que la FSL n'ait pas pris le contrôle de Rableh c'est parce que la ville est en ligne de mire de la ville Hosh Sayyed Ali du Hezbollah à la frontière libanaise", a déclaré Abou Obeida, qui a de la famille du côté syrien de la frontière. «C'est d'ici qu'ils pillonent et envoient des armes et de combattants. Si la FSL prenait le contrôle de Hosh Sayyed Ali, ils fonceraient vers le Sud-Liban. Le Hezbollah ne peut pas se permettre de perdre les villes frontalières. "
Un analyste libanais avec des contacts à l'intérieur du Hezbollah a déclaré: «Le Hezbollah ne protège pas seulement le régime syrien, ils se protège lui même.
"Ils protègent les routes de la contrebande en Syrie qu'ils utilisent pour obtenir des armes en provenance d'Iran et de leurs partisans chiites à la frontière."
  The Telegraph

Liban : les anti-syriens se mobilisent pour faire tomber le gouvernement dominé par le Hezballah

Tiré du journal libanais l'Orient le Jour:

 ...à la fin des funérailles qui se sont tenues à la mosquée al-Amine, l'ancien Premier ministre Fouad Siniora a appelé le Premier ministre Nagib Mikati à partir.

"Il n’y a rien à dire avant la chute du gouvernement de Nagib Mikati, il n’y aura pas de dialogue sur le sang des martyrs et des Libanais", a lancé Fouad Siniora à la foule rassemblée sur la place des Martyrs, à Beyrouth, pour les funérailles de Wissam el-Hassan et de son chauffeur, Ahmad Mahmoud Sahyouni.
"Ce gouvernement est responsable de l’assassinat du général Hassan et des autres martyrs, nous appelons à sa chute".
Il y a eu un complot contre Hassan qui a découvert le plan diabolique de Michel Samaha et de Ali Mamlouk" respectivement un ancien ministre libanais proche du régime Syrien, et le chef des renseignements syriens, a poursuivi l'ancien Premier ministre.
"Nous ne pouvons plus accepter la couverture politique des assassins. Nous voulons un gouvernement qui protège tous les Libanais et non pas une partie d’entre eux", a-t-il ajouté.
"Va-t-en donc Nagib Mikati! Si tu ne démissionnes pas tu seras accusé de comploter contre le peuple libanais. Dégage, tu es responsable", a-t-il ensuite lancé.
Dans le reste du Liban, des échanges de tirs ont été signalés à Tripoli (nord), entre les quartiers de Bab el-Tebbaneh (sunnite) et Jabal Mohsen (alaouite). Selon la chaîne de télévision LBC, une personne a été tuée. Dans le Koura, différents médias ont signalé le déploiement d'hommes armés appartenant au PSNS, proche de la Syrie.
Plusieurs routes ont également été coupées à l'aide de pneus enflammés à Saïda (sud).

Le PSNS est le Parti Social Nationaliste Syrien , fascisant crée dans les années 30 par un chrétien. Il prône la Grande Syrie : Syrie + Chypre+Palestine+ Israel+ une partie de l'Iraq.

dimanche 21 octobre 2012

Sénat: des gauchistes et des palestiniens organisent un colloque anti-israélien. Il n'y a aucun representant d'Israël

Pas un mot sur le terrorisme, sur l'antisémitisme, sur la négation du droit d'existence d'israël, la négation même de l'existence du peuple juif, qui suinte des médias , des programmes scolaires et des mosquées officielles palestiniennes. Pas une seule voix discordante. On reste entre soi avec des petits fours (halal) au frais du contribuable. Une honte pour la France.




Voici le programme et les intervenants (telechargé sur le site de... l'OLP - mission de Palestine en France) :

Colloque du 10 novembre 2012
Palestine-Israël : le piège »
Programme

8.30 à 9.00 : Accueil des participants, contrôle à l’entrée du Sénat, et installation dans la salle de conférence.
9.00 précises : Ouverture du colloque.
Allocutions de M. Gilbert ROGER, sénateur, président du Groupe d’information international France-Territoires palestiniens du Sénat , de M. Hael AL FAHOUM, ambassadeur de Palestine en France et de Me Maurice BUTTIN, président du CVPR PO, qui présentera les objectifs du colloque et la méthode de travail proposée.
9.30 à 10.15 Conférence inaugurale : « Le face-à-face Palestine-Israël : comment le piège fut inventé » : Sandrine MANSOUR MERIEN, historienne au CRHIA (Centre de cherche en Histoire internationale et Atlantique ) de l’Université de Nantes et assistante de recherches aux Archives diplomatiques,retracera les grandes étapes d’un processus engagé depuis les origines du sionisme, avec l’adoption du « plan de partage » par les Nations Unies, la proclamation de l’Etat d’Israël et jusqu’à l’impasse actuelle.
10.15 à 11.00 : projection du film « Maloul fête sa destruction » (1985) du réalisateur palestinien Michel KLEÏFI, (auteur de « Noces en Galilée »), qui montrait la situation politique et humaine des Palestiniens à l’avant-veille des accords d’Oslo, étape décisive… de l’invention du piège.
11.00 à 12.15 Table ronde modérée par l’ambassadeur Pierre LAFRANCE, vice-président du CVPR PO :
 « Le fonctionnement du piège et ses effets : bilan de 20 années du « processus de paix » :le « sociocide » du peuple palestinien ; la politique suicidaire de l’Etat d’Israël ; le désastre politique des Etats du Proche/ Moyen-Orient ; l’impuissance des Nations-Unies ; la dévaluation du Droit international dans la conscience publique.

12.15 à 13.45 Pause-déjeuner

13.45 à 14.15.Accueil et contrôle des participants à l’entrée du Sénat, et installation dans la salle de conférence..
14.15 précises : reprise des travaux
14.15 à 15.45 : Table rondemodérée par Ghaïss JASSER, docteur es-Lettres, présidente du Festival International du Film de Femmes, vice-présidente du CVPR PO : « Palestiniens et Israéliens peuvent-il sortir du piège de l’enfermement dans leur face-à-face ? ».
Il n’y a pas d’avenir pour les Palestiniens - en tant que peuple -, ni pour les Israéliens - en tant qu’Etat - dans la poursuite de leur face-à-face actuel. Mais,
-        Un « autre Israël » est-il possible ?
-        Le peuple palestinien saura-t-il triompher de la désunion de ses dirigeants ?
-        Un « autre » Proche/Moyen-Orient est-il en train de naître ?
-        L’avènement d’une « autre » Communauté internationale capable de faire prévaloir le Droit sur le Fait est-il envisageable ?
-        Quels espoirs fonder aujourd’hui sur l’action des sociétés civiles ?
15.45 à 16.45 : Table rondemodérée par Me Maurice BUTTIN, avocat honoraire à la Cour de Paris,président du CVPR PO : « Réponses aux questions écrites des participants»,
16.45 à 17.00 : Allocution de clôture de l’ambassadeur Stéphane HESSEL.

Intervenants prévus dans les Tables rondes : Sandrine MANSOUR MERIEN ; Michel KHLEIFI ; Monique CERISIER ben GUIGA, ancienne sénatrice ; présidente de Français du Monde ((ADFE) ;  Gadi ALGAZI (Université de Tel-Aviv) ;  Jean-Paul CHAGNOLLAUD (Université de Cergy-Pontoise) ; Ilan HALEVI, conseiller auprès des ambassades palestiniennes de Paris et de Berlin; Mahmoud LABADI, conseiller d’information et membre du Conseil dirigeant de la Commission relations internationales du Fatah ; Géraud de la PRADELLE, professeur émérite des Universités.

Israêl : l'Education Nationale consacre 60 millions d'euros pour augmenter le nombre d'arabes dans l'enseignement superieur

Tandis qu'en Israël, ce dimanche, commence l'année universitaire 2012/2013, des importantes et persistantes differernces demeurent entre Juifs et Arabes en ce qui concerne les études supérieures. Un rapport interne de l'enseignement supérieur obtenu par le journal Haaretz ( derrière un paywall ici , en intégral en anglais sur ce blog) montre que seulement environ 11 pour cent des étudiants du premier cycle sont des Arabes.

Le document du conseil de l'éducation est le résultat de sa propre étude approfondie, prenant en compte toutes les personnes impliquées dans le processus d'accès à l'enseignement supérieur - de l'école secondaire en passant par la faculté supérieurs et les établissements d'enseignement supérieur.

Le rapport a été élaboré en vue d'un vaste plan doté de 300 millions de Nouveaux Shekels (NIS) soit 60 millions d'Euros, que lance le Conseil pour rendre l'enseignement supérieur plus accessible aux minorités.

Les détails sont présentés ici pour la première fois:  au cours de cette année scolaire, des centres d'information ouvriront dans les villes arabes et les villages, avec à terme 25 centres de ce type en 2016.

Dans chaque communauté, un coordinateur fournira des informations sur les établissements d'enseignement superieur, les domaines d'études pour les élèves du secondaire, leur proposera des ateliers pré-universitaires et fournira des informations sur les bourses. Ces coordinateurs seront supervisées par un comité de pilotage composé de personnalités publiques et universitaires, issus pour la plupart la plupart des communautés minoritaires.

Le conseil d'education mettra en place des cours de rattrapage en hebreu et anglais pour combler les disparités dans ces matières critiques pour l'enseignement superieur

samedi 20 octobre 2012

Forces et faiblesses des salafistes en Syrie

L'International Crisis Group  (ICG) est une organisation non gouvernementale indépendante et à but non lucratif qui œuvre en faveur de la prévention et de la résolution des conflits armés.Crée en 1995 elle est forte de près de 130 analystes à travers le monde, de 49 nationalités, parlant 47 langues différentes.

L'ICG vient de publier un rapport (que vous pouvez télecharger en anglais ici) sur l'importance et le risque des salafistes dans l'insurrection en Syrie.

Loin d'être rigide ou monolithique, le salafisme syrien est éclectique et fluide. Bien qu'en théorie tous les salafistes appliquent une  interprétation littérale de l'Écriture basée sur l'exemple donné par le Prophète et ses compagnons, dont certains n'ont qu'une connaissance superficielle, dépourvue de toute véritable vision idéologique, d'autres cherchent à remplacer le régime laïc par une forme de gouvernance  islamiste, tandis qu'une troisième tendance englobe le concept du jihad mondial prôné par Al-Qaïda.

Le degré d'intolérance envers les membres d'autres religions varie également considérablement. Le précédent irakien souligne combien ces distinctions comptent et comment, par exemple, les objectifs locaux de groupes d'insurgés traditionnels, y compris ceux qui ont des tendances salafistes, peuvent être menacés par les ambitions mondiales de salafistes jihadistes.

Il n'est pas toujours facile de distinguer les salafistes de non-salafistes: dans certains cas, l'adoption de la nomenclature salafiste de la rhétorique et des symboles reflète un engagement sincère envers les idéaux religieux, dans d'autres, il n'exprime qu'une tentative essentiellement pragmatique pour s'attirer les faveurs des bailleurs de fond , les gouvernants riches et conservateurs du Golfe.

La plupart des groupes armés sont encore instables : le chefs changent  , les combattants changent de groupe en fonction des  fonds et des armes et des relations personnelles. Ce sont des facteurs indépendants de la croyance.

Bien sûr, on ne peut nier les progrès remarquables réalisés par le salafisme - qui n'étaient dans un premier temps, au mieux, qu'une tendance marginale - au début du mouvement de protestation.

Il y a également peu de doutes sur les raisons de cette croissance.
Les conditions étaient favorables: le soulèvement était enracinée dans une catégorie sociale favorable aux prédicateurs salafistes, le sous-prolétariat rural, pauvre, qui, au fil des ans, ont migré vers les milieux urbains bruts, impersonnelles et éloignés de ses réseaux de soutien traditionnels. Les conditions de leur croissance:  la violence aggravée, reculant l'espoir d'une solution rapide, et les approches alternatives (partisans du dialogue, des manifestants pacifiques, les dirigeants exilés, les islamistes modérés) ont montré leurs limites.
Ainsi de nombreux opposants ont naturellement afflué vers des alternatives salafistes.

La réticence initiale de l'Occident à agir - et la réticence persistante à agir de manière décisive - couplée avec les fonds rapidement mis à disposition par des initiatives privées d'arabes du Golfe, riches et religieusement conservateurs ont rempli les coffres des salafistes et étayé leur discours présentant les Etats Unis et l'Europe comme des complices passifs des crimes du régime.


Plus largement, le salafisme a fourni des réponses que d'autres ne pouvaient pas donner.
Un accès rapide aux armes et une forme facile et commode d’accès à la  légitimité, une définition simplificatrice du but à atteindre dans un moment de souffrance et de confusion. L'ennemi est défini comme un non-musulman, son régime est apostat.

Aussi, les salafistes ont bénéficié de l'expérience de ses militants qui s'était accumulée sur d'autres champs de bataille, ils se sont portés volontaires pour combattre, partageant ainsi leurs connaissances avec des groupes armés domestiques inexpérimentés.

Au moment où ces groupes ont lutté pour survivre contre un puissant ennemi impitoyable et se croyaient à la fois isolés et abandonnés, ces actifs ont fait immédiatement une différence tangible. Il n'est pas étonnant que, dès Janvier 2012, le salafisme était en train de devenir plus visibles sur la scène de l'opposition.

Le régime ne peut pas échapper à sa part de responsabilité. Pendant des années, les salafistes ont été parmi ceux qui ont prétendu que les sunnites traditionnels font face à une grave menace de l'Iran et de ses alliés chiites, une catégorie dans laquelle ils ont inclus les Alaouites. Grâce à la dépendance croissante sur les plus fidèles forces de sécurité dominées par des éléments alaouite pour réprimer un soulèvement essentiellement sunnite, et parce qu'il a reçu le soutien de ses deux partenaires principalement chiites  (l'Iran et le Hezbollah), le régime a finalement confirmé ce scénario sectaire: de nombreux opposants ont assimilé la lutte contre Assad avec un djihad contre un occupant.

Pourtant, il serait faux de conclure que, pour les salafistes, la voie est libre.La  Syrie jouit d'une histoire d'une pratique islamique modérée et a longtemps été fière de la coexistence inter-confessionnelle pacifique. Ses citoyens ont vu de première main les conséquences calamiteuses des conflits sectaires qui a détruit deux de ses voisins dans la guerre civile. D'abord au Liban, puis en Irak.

Des figures clés de l'insurrection ainsi que sa base populaire ont souvent épousé des idéologies et des objectifs incompatibles.

Les attaques de grande envergure contre les forces du régime en Juillet et Août 2012, au cours de laquelle des groupes salafistes ont joué un rôle très visible, se sont soldées par un échec. Cela a dégonflé une partie de la foi préexistante. 

Et l'opposition est bien consciente des écueils: la montée du salafisme valide pour l'essentiel la thèse du régime et contribue ainsi à justifier sa répression; inquiète les réels et les potentiels bailleurs de fonds étrangers, et, tout en mobilisant certains Syriens, les volontaires djihadistes et en dehors des sponsors islamistes à la cause, en même temps sape le  large appel de l'opposition et améliore la capacité du régime à mobiliser sa propre base sociale et ses alliés.


Tous ceci met les salafistes dans la position inconfortable de renforcer, par leur comportement et leur rhétorique, l'argument central du régime qu'ils cherchent à renverser. Et cela explique pourquoi l'opposition traditionnelle a lancé plusieurs campagnes infructueuses - à ce jour - d'unifier les rangs des rebelles,  renforcer leur efficacité globale, contenir ou au moins canaliser les plus radicaux.

La Syrie est au bord de la faillite

Dario S résume la situation économique de Bachar Al Assad sur Mediarabe
"Depuis l’éclatement de la révolution syrienne, en mars 2011, l’Iran a injecté en Syrie près de 10 milliards de dollars, au point que sa monnaie s’est effondrée. Le dollar est passé de 11.000 rials en juin 2011 à 35.000 rials actuellement. Ne pouvant plus supporter seul le coût de la guerre menée par Assad contre le peuple syrien, Téhéran a sollicité la contribution de l’Irak, qui facilite désormais le transit des armes et des munitions iraniennes vers la Syrie, et qui aide financièrement Damas.

Le régime syrien frôle la banqueroute. L’agriculture est anéantie pour la deuxième saison consécutive. Les champs sont arrachés en guise de punition collective. Le tourisme est au point mort. A l’exception des candidats au martyre, les étrangers qui se rendent en Syrie sont peu nombreux. Les hôtels et les restaurants ont fermé et licencié. Le secteur pétrolier est à l’arrêt depuis le retrait des compagnies étrangères, soit sous l’effet des sanctions, soit en raison de l’insécurité. Les installations pétrolières, gazières et électriques ont subi d’importants dégâts en raison des sabotages…


Si ces facteurs privent le régime de recettes financières, le plus grave demeure le prix de la guerre. Depuis 19 mois, Assad doit rémunérer au prix fort ses militaires et ses miliciens. Le régime doit payer les armes et les munitions et prévoir le remplacement des pertes matérielles.

Depuis le printemps dernier, l’armée régulière a perdu 61 avions et appareils, dont une grande partie a été détruite au sol, sans compter les dizaines de chars d’assaut et les centaines de blindés.
D’ores et déjà, et avant même de chiffrer la reconstruction du pays dévasté par le régime, qui utilise toutes ses armes lourdes contre les opposants, les réserves de change syriennes ont fondu, passant de 18 milliards de dollars en mars 2011 à moins de 4 milliards aujourd’hui."

Les oliviers du Jardin des Oliviers datent du XII siècle

Des chercheurs ont daté les oliviers du jardin de Getsemani  ils datent du XII siècle. Leur opinion est qu'il s'agit de boutures d'un olivier unique plus ancien.

Extrait du blog du père Patrice Sabater Prado
Des recherches scientifiques menées depuis 2009 sur huit arbres très anciens avaient été commandées par la Custodie de Terre Sainte. Des experts du Conseil National de recherches (CNR), le plus prestigieux Institut de recherche italien, et de diverses universités italiennes y ont participé, notamment le Professeur Giovanni Gianfrate, spécialiste de l’Histoire de l’olivier en Méditerranée.

Leurs recherches ont permis de dater le tronc de trois des huit oliviers du milieu du XIIe siècle, une partie des racines étant certainement plus ancienne, selon ces chercheurs.

Le jardin a en effet été réaménagé par les croisés entre 1150 et 1170, et une intervention aurait alors été effectuée pour récupérer les oliviers présents, ont-ils expliqué. Les chercheurs ont travaillé sur le patrimoine génétique des huit arbres et leur analyse montre « des profils génétiques similaires ». « Cela ne peut signifier qu’une seule chose », affirment-ils : qu’il y avait à l’origine « une unique plante mère ».

vendredi 19 octobre 2012

La Turquie est elle toujours laïque? Le pianiste Fazil Say est en procès pour atteinte aux valeurs de l'Islam.


Le Figaro


Fazil Say, icône de la Turquie moderne et fervent défenseur des valeurs laïques, est en procès pour «atteinte aux valeurs religieuses de l'islam.»
En cause? Plusieurs déclarations lapidaires de l'artiste sur son compte Twitter, en avril. L'une moquait un chant quelque peu hâtif du muezzin et suggérait que le religieux devait être occupé par une affaire amoureuse urgente ou un repas arrosé au raki.
Dans une déclaration rapportée mercredi par le quotidien turc Hürriyet, Say affirme avoir passé toute sa vie de musicien «à vouloir comprendre la culture, l'histoire et l'esprit de ce pays», dénonçant «une attaque d'autant plus insupportable» qu'il fut l'un des principaux ambassadeurs pour l'entrée de la Turquie dans l'Europe. Il a aussi redit sa conviction profonde que la liberté de pensée et de parole était «un droit pour tout individu».
Bien qu'il ait hier rejeté en bloc toutes les accusations, son acquittement a pour le moment été refusé. La prochaine audience est fixée au 18 février.

Le chef anti-syrien des services des renseignement libanais tué dans une explosion à Beyrouth

STR/AFP
L'Orient le Jour  et Le Figaro relatent l’explosion qui à fait 8 morts et plus de 70 blessés dans un quartier chrétien de la capitale du Liban

La branche des renseignements des FSI est à l'origine de l'arrestation, le 9 août dernier, de l'ancien ministre libanais Michel Samaha, accusé, ainsi que de hauts responsables sécuritaires syriens, d'avoir préparé des attentats au Liban dans le but de provoquer des dissensions confessionnelles.

Le chef des renseignements des Forces de sécurité intérieure (FSI) au Liban, Wissam al-Hassan, a été tué dans l'attentat qui a secoué Beyrouth vendredi.

Wissam al-Hassan
Photo STR/AFP


Le général Hassan, un musulman sunnite, est un proche de Saad Hariri, chef de l'opposition libanaise hostile au régime de Damas, et était pressenti pour prendre la tête des FSI à la fin de l'année.

Les renseignements des FSI ont joué un grand rôle dans la recherche des responsables des attentats et assassinats qui ont visé des personnalités politiques entre 2005 et 2008 et pour lesquels Damas été pointé du doigt, notamment celui en 2005 de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri, père de Saad.

L'Union des Avocats Arabes rend hommage à une avocate kamikaze qui a tué 21 juifs en 2003

Dépêche PMW du 18 octobre 2012 via le CRIF

 Remise d'une distinction de l'Union des Avocats Arabes à la famille de Jaradat Hanadi,   le 14/10/2012 anniversaire de l'attentat qui a tué 21 Israéliens.

L’Union des avocats arabes (UAA) bénéficie du statut d'observateur auprès de l'UNESCO et est consultante auprès de l'ECOSOC (Conseil économique et social des Nations Unies). Une femme kamikaze palestinienne nommée Hanadi Jaradat, qui a tué 21 Israéliens et en a blessé plus de 50 lors d’un attentat suicide, dans un restaurant de Haïfa en 2003, a été jugée digne de «la plus haute distinction» par l’UAA.




Une maman fière de sa fille qui a tué 21 juifs...
Photo Paltoday















Le quotidien palestinien « Al-Ayyam » a rapporté, le 14 octobre 2012, que l’UAA avait inauguré une plaque commémorative en honneur « à la martyre Hanadi Jaradat », qu’une délégation de l’institution a présentée à la famille Jaradat, lors d'une visite médiatisée.

La plaque honorifique rappelle le jour de son attentat-suicide comme «l'anniversaire de la douce martyre». Elle est signée par le président de l’UAA, l’avocat Saïd Abd Al-Ghani.






Remis par l'Union des avocats arabes - Comité Palestine
à la famille du martyr , l'avocate
Jaradat Hanadi
à la date anniversaire de son doux martyre

[Signé:]
Président du Comité
l'avocat Saïd Abd Al-Ghani


Le journal palestinien rapporte: « La délégation a insisté sur la fierté de l'Union des avocats, pour ce que leur fille a fait pour la défense de la Palestine et de la nation ».

L’UAA, qui est à la fois une ONG et une confédération panarabe de barreaux et cabinets d’avocats, est basée au Caire. Elle affirme sur son site internet être « dotée du statut consultatif auprès de l'ECOSOC, du statut d’observateur auprès d’organisations membres de l'UNESCO (telles que l’UIA, l’IADL, l’ILAC), et être membre de plusieurs comités au sein de l'ONU ».

L’UAA y définit aussi ses missions : « Promouvoir et protéger les droits de l'homme, des libertés fondamentales et la primauté du droit ; soutenir la lutte du peuple arabe palestinien pour libérer la Palestine des colons sionistes ; lutter contre le sionisme et son avidité comme contre une forme de racisme ; résister à toutes les formes de naturalisation avec l'ennemi sioniste et à tous les projets qui visent à dominer la région arabe et à l'élimination de son identité ».

En 2005, la Kamikaze Hanadi Jaradat a également été honorée par le ministère de la Culture de l’Autorité palestinienne, lorsque ce ministère a publié un livret de poésie intitulé «Ce que Hanadi a dit », qui a été distribué gratuitement au public avec le quotidien Al-Ayyam. La dédicace de ce livre était : «Pour la rose de la Palestine, l'iris du Carmel, le Martyr Hanadi Jaradat ».

Extrait d’un poème : « Oh Hanadi!... C'est mon mariage… C'est le mariage de Hanadi, le jour où sa mort en martyr pour Allah est devenue le but suprême, qui a racheté ma terre ». "

[Al-Ayyam, 22 août 2005