Rechercher dans ce blog

Chargement...

samedi 12 mars 2011

Histoire: la traite des noirs par les arabes





La vidéo (supprimée pour "violation de droits d'auteur" ) peut être vue ici
C’est avec des prières qu’ils leurraient les pauvres bougres. Dès le 7ème siècle, les Arabes ont imposé l’islam en Afrique et l’esclavage qui est inhérent à l’islam. Quiconque refusait de se convertir à l’islam était déporté comme esclave vers les pays musulmans. Dix-sept millions de Noirs ont subi ce triste sort. L’histoire de ce trafic d’êtres humains est encore de nos jours un tabou. L’anthropologue sénégalais, Tidiane N’Diaye, rompt le silence et demande que l’esclavage organisé par les musulmans soit enfin dévoilé. Dans son livre « Le génocide voilé », N’Diaye décrit ce chapitre de l’Histoire, si peu exploré.
Ces traites négrières à grande échelle furent les plus longues de l’Histoire et ont perduré pendant plus de  treize siècles, elles ont fait aussi beaucoup plus de victimes que celles des Amériques qui ont duré quatre siècles.
Le plus ignoble est la castration généralisée pratiquée par les arabo-musulmans. Les Africains noirs étaient acheminés à pied vers le monde arabe, la Turquie, la Perse et l’Inde ou encore, à travers le Sahara vers l’Afrique du Nord.

Beaucoup de Noirs mouraient pendant les attaques contre leur  village et leur capture, d’autres mouraient pendant la pénible déportation à pied et ceux qui parvenaient sur les marchés aux esclaves étaient castrés.
Seulement un sur cinq survivait à cette dangereuse opération selon N’Diaye. Tous les esclaves devaient subir cette pratique cruelle, qu’ils travaillent dans les plantations ou les mines, comme domestiques ou gardiens de harems. Au début du 20ème siècle, ces eunuques étaient encore nombreux. Vu la mentalité très raciste des Arabes et des Nord-Africains, ils ne voulaient pas que les Noirs se reproduisent et fassent souche, c’est ce qui explique qu’il n’y ait pas de diaspora africaine comme  aux USA, alors on ne peut parler ni de mémoire ni parler de réparations.
Sur l’île de Gorée au Sénégal,  le trafic des esclaves dû aux Européens est commémoré. Ici des milliers d’esclaves étaient amenés et transportés vers les Amériques. Tidiane N’Diaye demande que de tels lieux de mémoire soient établis aussi pour le trafic musulman des esclaves.
Pour lui, c’est un génocide. Un peuple castré ne peut se reproduire et est menacé de disparition. De plus, cet esclavage se pratiquait au nom d’Allah. Le coran n’a jamais interdit l’esclavage, au contraire, il y a même des versets du coran qui préconisent l’esclavage des non-musulmans.
Alors que dans l’Europe des Lumières on considérait l’esclavage comme une abomination, il ne s’est trouvé aucun intellectuel arabe pour défendre la cause des Noirs. Au Soudan, l’appel au djihad, la guerre sainte contre les Noirs a commencé dès le 7ème siècle.
Encore de nos jours, des milliers de Noirs sont réduits en esclavage par les gens de leur peuple. Beaucoup d’Africains prient dans des mosquées, alors que leurs ancêtres ont subi l’esclavage au nom de l’islam.
Pendant des siècles, les chefs africains étaient forcés de se soumettre au joug de l’islam et de fournir des contingents d’esclaves en tribut de « protection » (ndlt : la dhimma), sinon ils étaient pourchassés. Beaucoup de monarques africains se faisaient ainsi les complices de la servitude des Noirs, à cause de l’islamisation. La population soumise à l’islam pouvait – en théorie – échapper à l’esclavage, mais si quelqu’un refusait de se convertir à l’islam alors il devenait une proie licite. C’était la raison de cette collaboration et cela a été la cause de nombreuses guerres contre les monarques islamisés.
Les Européens ont laissé faire ces pratiques de l’esclavage jusqu’au début du 20ème siècle, malgré l’abolition de l’esclavage depuis longtemps, car les armées coloniales fermaient les yeux sur les pratiques locales.
L’un des grands centres de ce trafic ignoble était l’île de Zanzibar en Afrique de l’Est. Là, suite à l’abolition de l’esclavage par les Européens, des esclaves noirs étaient cachés dans ces souterrains par les musulmans. Le tristement célèbre Tippu Tip était devenu le second homme le plus fortuné de Zanzibar grâce à la traite et même après 1920, des esclaves venus de Zanzibar peinaient  encore dans les champs.
Treize siècles d’esclavage que ni les pays de l’islam ni les Africains ne veulent évoquer. Tout ceci à cause de la solidarité entre Africains et Arabes, parce que les uns et les autres ont la même religion. Ils préfèrent occulter cette part honteuse de leur histoire. Ils préfèrent diriger leur attention vers ceux qui ont reconnu leur culpabilité, à savoir les Européens et les Américains.
Tidiane N’Diaye refuse d’accepter cette omission, ni en tant qu’intellectuel ni en tant que petit-fils d’un monarque sénégalais ni en tant que musulman non plus.
Merci à Universe Freedom pour cette vidéo.
Traduction par Capucine pour Poste de veille.

1 commentaire:

  1. Anonyme27/10/12

    La mentalité arabo-musulmane n'a pas changée, il faut réformer le Coran qui est un objet moyenâgeux et contraindre les populations musulmanes à la tolérance et l'acceptation des autres religions..
    Un sacré job si on lit les sourates de Méddine
    et le corpus de la Charia !

    RépondreSupprimer