Rechercher dans ce blog

Chargement...

dimanche 7 août 2016

Pour lutter contre la radicalisation il faut renoncer à l'apaisement et dénoncer les mensonges






L'arme inutilisée de l'instruction de masse


Mélanie Philips adapté par Observatoire du Moyen Orient le 7/8/16 

"Le terrorisme n'a rien à voir avec la Religion"
Des musulmans enturbannés symbolisent 
"ne rien entendre, dire ni voir"
Dénonciation du Politiquement Correct
et du déni généralisé des musulmans








A la suite des attaques djihadistes de cet été en France et en Allemagne, le débat public sur ​​la façon de lutter contre la radicalisation islamiste est devenu encore plus urgent .

Au fil des ans, de nombreuses explications ont été avancées pour montrer que le terrorisme islamique n'a en fait rien à voir avec l' Islam : la pauvreté, l'exclusion sociale, l'islamophobie et «griefs» sur les conflits tels que la Bosnie, le Cachemire, l'Irak, la Tchétchénie, la Palestine et maintenant la Syrie.

Pour l'esprit occidental, ces «griefs» n'ont rien en commun - alors même que les terroristes, ainsi que d'autres djihadistes qui brûlent vifs des chrétiens en Afrique ou massacrent des civils à Londres à Paris ou en Tunisie, crient "Allahu akhbar" car ils commettent des atrocités au nom de la guerre sainte islamique.


La montée de l' Etat islamique, qui s'efforce d'établir un califat musulman, démontre la vacuité des excuses. Pourquoi les dizaines de milliers de jeunes musulmans occidentaux adhèrent à une secte islamique suprématiste mortifère ? Dans l'urgence, les politiciens occidentaux toujours déterminés à nier la réalité du fanatisme religieux, sont sûrs d'une chose. L'État Islamique est «non islamique» ou même,  «anti-islamique" ! La religion ne peut pas être la cause d' une telle dépravation.

Dans le sillage des attaques de cet été, de nouvelles explications ont été entendues. Si les terroristes semblent avoir agi seul (ce qui s'avère souvent ne pas être le cas) , ce sont des «loups solitaires» , donc pas des djihadistes. S'ils semblent avoir des antécédents psychiatriques, ce sont censés des malades mentaux, donc pas des djihadistes.

C'est absurde. Il est parfaitement possible d'agir seul ou être mentalement dérangé et AUSSI être un soldat djihadiste.

En effet, les recruteurs djihadistes ciblent spécifiquement les gens perturbés. Cela arrive au point à propos de la radicalisation.


Ce n'est pas un processus caricatural, uni-dimensionnel. Il est complexe. Il n'existerait pas sans idées islamiques, mais c'est le terrain explosif. Les étincelles viennent d'ailleurs.


Les idées djihadistes deviennent explosives lorsque les jeunes musulmans sont vulnérables. Cela est souvent dû à un sens aigu de déracinement et de dislocation culturelle, un dégoût de leur vie hédoniste dans l'Ouest et un profond besoin d'un but élevé à leur existence.

L'étincelle, cependant, c'est leur sentiment de grief. Et c'est là où les gouvernements occidentaux passent à côté dans une analyse profondément erronée.


Ils pensent que si les conflits dans le monde impliquant des musulmans sont résolus, la radicalisation se terminera. Voilà pourquoi ils font pression sur Israël pour faciliter la création d'un état ​​de Palestine. Ils pensent ainsi éteindre la colère musulmane. Voilà pourquoi ils favorisent la construction de mosquées, la fondation et le financement de centres culturels musulmans par des pays aussi fondamentalistes que l'Arabie Saoudite ou le Qatar. Voilà l'explication de la fuite en avant dans le communautarisme et le multiculturalisme et la négation des racines chrétiennes de l'occident.

Les politiciens occidentaux vont exactement dans le sens contraire de la réalité. C'est la néfaste mode arabe et musulmane de la rage contre Israël et contre le peuple juif qui empêche une solution à ce conflit au Moyen - Orient.

Le point crucial des griefs ressentis par tant de musulmans contre Israël, les Juifs et l'Occident est qu'ils sont tous basés sur les mensonges. Ceux-ci sont si incendiaires qu'il serait étonnant s'ils n'incitaient pas des sentiments violents de haine et de vengeance. 

Des millions de musulmans croient le mensonge que les Palestiniens sont la population autochtone de la Terre d'Israël. Donc , bien sûr , ils sont furieux que «leur» terre a été «volée» par les Juifs.

Ils croient le mensonge que l'Occident entend détruire le monde islamique. Alors bien sûr , ils pensent que les attaques musulmanes contre l'Occident sont justifiées par l' auto-défense.


Ils croient le mensonge (d'inspiration religieuse) que les Juifs sont un mal cosmique. Donc , bien sûr , ils veulent tuer les Juifs partout où ils se trouvent. 

De plus, leur croyance folle dans la puissance mondiale et démoniaque juive contrôle l' Amérique et donc la modernité est le facteur le plus important qui alimente leur assaut contre l'Occident.

Ces croyances et d' autres fantasmes tout aussi paranoïaques sont les "griefs" qui poussent tant de jeunes musulmans dans les bras des djihadistes. Toute stratégie efficace de lutte contre la radicalisation doit donc dire aux musulmans des faits réels pour les forcer à ouvrir les yeux. Les dirigeants occidentaux doivent être en leur disant, par exemple, la vérité historique que les Juifs est le seul peuple pour qui Israël a été une patrie nationale.

Ils devraient leur dire que l'armée israélienne établit une norme morale sans précédent, qu'aucune armée occidentale n'essayerait jamais d'égaliser, en essayant d'éviter de tuer des civils innocents, même au risque d'augmenter les pertes de Tsahal.

Ils devraient être en leur disant qu'une caractéristique fondamentale de la pensée islamique qui est que l'Islam est la perfection doctrinale et que le judaïsme et le christianisme sont des religions corrompues par les juifs et les chrétiens, est une inversion de la réalité. Que cette conception travestit les attaques islamique contre Israël et l'Occident en défense et la défense de ces deux derniers en agression.

Ils doivent leur dire qu'en réalité, ceux qui projettent de tuer des musulmans sont d'autres musulmans, et que les mensonges qui leur sont inculqués à propos d' Israël et de l'Occident sont conçus pour protéger les tyrans en détournant la colère des gens qu'ils ont asservis.

Si ces faits et d' autres vérités seront dites, l'emprise islamiste sur l'esprit des musulmans occidentaux qui n'entendent rien hormis la propagande islamique commencera à faiblir.

Bien sûr, ça ne suffira pas pour résoudre le problème. La raison n'est pas un antidote au fanatisme. Mais beaucoup de jeunes musulmans sont radicalisés non pas par la piété , mais par des mensonges politiques, qui à l' heure actuelle ne sont pas seulement incontestés mais en réalité amplifiés par les médias auto-destructeurs de l'Ouest et de la chambre d'écho politique.


Actuellement, l'Occident traite  les "griefs" musulmans comme rationnels. Ainsi , les extrémistes semblent venir de nulle part. Ce n'est pas le cas.


Ils sont créés et soutenus par un récit cousu de mensonges. La contre-radicalisation doit impliquer a dire aux musulmans la vérité - une arme inutilisée par l'Ouest de l' instruction de masse. 

Melanie Phillips est un chroniqueur pour le Times (UK).

mercredi 20 juillet 2016

Erdogan s'empare du pouvoir judiciaire et de l'armée

Patrick Goodenough | 19 juillet 2016 | 04:40 EDT
adapté par observatoire du moyen orient le 20/07/2016
Les partisans du président turc, Recep Tayyip Erdogan affichent son portrait le jour où son parti, AKP,  a regagné sa majorité aux élections du 1er Novembre, 2015. (AP Photo, File)
(CNSNews.com) - Suite à la tentative de coup d'Etat en Turquie, la répression  a touché des milliers de détenus ou suspendus, mais l'appareil des droits de l'homme de l'Organisation des Nations Unies reste silencieux alors même que l'administration Obama continue à exprimer son soutien public pour le "gouvernement démocratiquement élu" de la Turquie. 
Selon le Premier ministre Binali Yildirim, plus de7500 membres de l'armée et de la justice ont été arrêtés, y compris des juges de la Cour suprême, des procureurs et des officiers supérieurs, dont des dizaines de généraux.
Pendant ce temps, le ministère de l'Intérieur a suspendu près de 9000 fonctionnaires, y compris30 gouverneurs de province et 47 gouverneurs de districts, près de 8000 agents de police, et plus de 600 officiers de la gendarmerie (soldats exerçant des fonctions de police), selon l'Agence de nouvelles d'Etat Anadolu.
La répression survient après la tentative de coup d'Etat avorté de ce week-end, mais le gouvernement du président islamiste Recep Tayyip Erdogan a attiré de plus en plus critiques au cours des dernières années pour des mesures autocratiques, y compris la suppression de la liberté d'expression et de réunion.
(La Turquie est classée 151e sur 180 pays dans le classement  mondial de l' indice de liberté de la presse  de Reporters Sans Frontières en 2016 -. Un mauvais classement pour un membre de l' OTAN qui aspire à rejoindre l'Union européenne)
La dernière élection générale turque, tenue Novembre dernier, a également attiré quelques critiques des observateurs européens.
A Washington, le porte-parole du département d'Etat Mark Toner a déclaré lundi que l'administration a dès le départ "été très claire que nous sommes avec le gouvernement démocratiquement élu de la Turquie."
Il a également offert d'aider les Turcs dans leurs efforts pour traduire les auteurs en justice, at-il ajouté.
Toner a refusé de commenter sur le nombre élevé de détenus.
«Je ne veux pas commenter nécessairement sur les 20000 [détentions signalées] at-il dit. "Ce que je veux dire est que nous avons mis en garde contre une portée - si vous voulez - qui va au-delà d'un effort légitime pour amener les auteurs du coup en justice."
Toner a souligné l'importance du fait que le gouvernement turc reste "fidèle aux idéaux démocratiques qui leur sont chères."
«Silence radio complet '
Malgré la répression, il n'y a pas eu de réaction du commissaire des droits de l'homme de l'ONU Zeid Ra'ad Al Hussein ni des  entités des Nations Unies à Genève qui se concentrent spécifiquement sur les détentions arbitraires et l'indépendance judiciaire.
Une organisation non-gouvernementale basée à Genève qui surveille les organes des droits de l'homme de l'ONU, UN Watch, les a exhortés de s'exprimer.
«Jamais auparavant dans l'histoire moderne, une démocratie n'a ordonné le retrait arbitraire de milliers de juges, alors que l'on constate le silence radio complet de l'ensemble du système des droits de l'homme de l'ONU", a déclaré le directeur exécutif de UN WATCH, Hillel Neuer.
"Ce silence" , at - il continué, "émane du haut-commissaire, du Conseil des droits de l' homme de l'ONU, du rapporteur spécial sur l'indépendance des juges et des avocats " et du groupe de travail sur la détention arbitraire ."
"Le gouvernement turc, en  effectuant une purge massive,  consistant à emprisonner des milliers de juges, procureurs, fonctionnaires de police, officiers et soldats, donne toutes les indications que des listes ont été préparées à l'avance, dans l'attente d'être utilisé au moment opportun", a déclaré Neuer .
«Il n'y a pas de précédent moderne d'une démocratie - encore moins une qui a demandé l'adhésion à l'UE - de fouler aux pieds la primauté du droit à cette échelle avec l'arrestation ou le renvoi de milliers de juges, tout en réalisant des milliers de détentions arbitraires."
Le président Erdogan a accusé le chef religieux turc-américain, Fethullah Gulen, et ses partisans d'être derrière la tentative de coup d'Etat. Gulen a condamné le coup d' Etat et a nié toute implication.

«Gouvernement démocratiquement élu»
Les États-Unis et d'autres gouvernements ont exprimé leur soutien tout au long pour le gouvernement turc, mais pas sans la résistance de certains milieux.
Une tentative pour obtenir du Conseil de sécurité des Nations Unies d'émettre une déclaration à la fin de la semaine condamnant la violence a échoué, lorsque l'Egypte, l'un des dix membres non permanents pendant deux ans, s'est opposé à l'expression «gouvernement démocratiquement élu de la Turquie» dans un texte rédigé par les Etats-Unis.
Les déclarations du Conseil doivent être adoptées par consensus, donc les objections de l'Egypte ont contrecarré la tentative. L'envoyé de l'Egypte a déclaré à Reuters qu'il a proposé une formulation alternative appelant toutes les parties en Turquie à «respecter les principes démocratiques et constitutionnels et la primauté du droit», mais elle n'a pas été adoptée.
(Il n'y a pas d'amour entre le président égyptien Abdel Fattah el-Sisi et Erdogan, un fervent partisan des Frères musulmans en Egypte dont le règne a a pris fin dans un coup d'Etat dirigé par Sisi mi-2013. Sisi est arrivé au pouvoir par des moyens inconstitutionnels, bien que un an plus tard, il a remporté une élection par une écrasante majorité. La situation des droits de l'homme sous son gouvernement a également été critiquée.)

Erdogan, qui a servi comme Premier ministre de la Turquie à partir de 2003, a été élu président en 2014. Lors d'une élection générale tenue en Juin 2015, il espérait que son parti islamiste AKP gagnerait une majorité assez large pour faire passer des changements constitutionnels pour transformer la Turquie en régime Présidentiel très fort .
Au contraire, l'AKP a obtenu un piètre résultat lors d'une élection qui a abouti à un parlement divisé, sans majorité. Après des négociations de coalition qui ont échoué, Erdogan a appelé à de nouvelles élections, qui ont eu lieu Novembre dernier.
Le parti d'Erdogan,  AKP a récuperé la majorité dans ces élections, mais les moniteurs étrangers ont exprimé des doutes sur la liberté et l'équité du vote.
Les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ont exprimé des préoccupations , citant des incidents violents, des attaques contre les candidats qui ont entravé leur capacité à faire campagne librement et des restrictions de la liberté des médias.
Une mission d'observation de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), un corps qui comprend des législateurs des parlements nationaux européens, a déclaré que bien que  les élections elles - mêmes ont été bien organisées, "la campagne électorale a été marquée par l'injustice et, à un degré important, par la peur ».
Lundi, le président de l'APCE Pedro Agramunt dans un communiqué a exprimé un malaise à la répression turque.
Alors qu'il était important de traduire les responsables en justice, at-il dit, "pour protéger les institutions démocratiques, il est tout aussi important que les procédures juridiques soient effectuées conformément à la règle du droit et des normes des droits de l'homme" , normes auxquelles asouscrit la Turquie.
"Dans ce contexte, le renvoi rapide et l'arrestation de milliers de juges, procureurs, officiers de police et des hauts fonctionnaires soulève des questions graves», a déclaré Agramunt.
Patrick Goodenough
Patrick Goodenough

vendredi 15 juillet 2016

La télé de Mahmoud Abbas enseigne aux enfants:
Sur terre, les Juifs sont les suppôts de Satan



par Itamar Marcus et Nan Jacques Zilberdik le 7/7/16
adapté par l'Observatoire du Moyen Orient le 15/07/16

A l'occasion du Ramadan, la télé Palestinienne officielle du Fatah, présidé par Mahmoud ABBAS, a diffusé une série de dessins animés de catéchisme musulman pour les enfants. La série présente les Juifs comme les envoyés de plusieurs démons, pour qui ils se battent et font leur travail sur terre. Le message éducatif donné aux enfants palestiniens est que que les Juifs sont des pleutres méchants et fourbes, que les démons, forces du mal, complotent pour combattre et détruire Mahomet et qu'ils utilisent les juifs pour le combattre en se servant des divisions entre arabes [Les juifs sont comme Satan, ils divisent pour régner] car seuls, ils ne sont ni assez courageux ni assez puissants.





La série montre les forces du mal (qui s'opposent à Mahomet) bouleversés parce que les tribus juives ont quitté Médine sans combattre Mahomet, lui donnant une victoire sans opposition. L'un des satans met alors l'idée dans l'esprit des Juifs, d'organiser toutes les tribus arabes non-musulmanes pour lutter contre Muhammad, afin que les Juifs retrouvent leur prestige. Les juifs mettent en place ce plan parce que le démon avait vu juste et qu'il connaît «la haine brûlante et de dégoût de Muhammad et de ses partisans, qui remplit le cœur des Juifs."

Ce qui suit est la transcription de 3 segments de la série égyptienne "Les Raids du Prophète Muhammad", diffusée sur la chaîne Awdah TV, dirigée par le Fatah, le 22 , 25 et 27 Juin 2016. Ces dessins animés ont déjà été diffusés sur la télévision officielle palestinienne, les 25, 29 et 30 juillet 2013.



musulman: "Le Prophète [Mahomet] a convenu [que les Juifs] garderont leurs possessions, mais pas leurs armes, de sorte qu'ils ne pourront pas se battre à nouveau."
garçon musulman: "Nous les avons chassés sans combattre. Quelle grande victoire ... Louange et grâce à Allah ...."
Satan 1: «Nous (à savoir, les juifs et les satans) avons subi une défaite de l'un des soldats d'Allah, sur lequel nous n'avons aucun pouvoir."
Satan 2: «Quel genre de soldat était-ce, mon seigneur, je ne vois aucun combat dans ce raid."
Satan 1: «Ce fut la "Peur" [c'est un des soldats d'Allah] qui a vaincu les Juifs et les fit quitter leurs terres [à Médine] dans la honte et le déshonneur, et c'est lui qui m'a empêché d'aller vers le bas pour faire combattre les juifs... Oui, Satan. Vous ne voyez pas que mes mains tremblent [à cause de  «la peur»]? ... "
musulman: «Les Juifs sont partis tout en jouant des flûtes et des tambours. C'est étrange."
garçon musulman: "Ils ne voulaient pas montrer leur frustration de la défaite, [et se comportaient] comme s'ils avaient gagné! Qu'Allah les humilie !».
[ TV officielle de l'Autorité Palestinienne le 25 Juillet 2013 et rediffusé par la chaîne du Fatah, Awdah TV le 22 Juin 2016]



Les juifs haïssent Mahomet et se servent des divisions entre arabes

Le diable: «J'ai basé mon plan sur l’aversion et la haine féroce qui remplit les cœurs des Juifs contre Mahomet et ses partisans  ..."
[Satan plane au-dessus des Juifs]
Juifs: «Nous avons perdu notre prestige à cause de Mahomet ...»
Chef de tribu juive: "Nous devons revenir à Médine et nuire à Mahomet et à ses partisans ... Il y a des tribus païennes [arabes] qui veulent détruire Mahomet et ceux qui le veulent le plus sont les Qouraysh et leurs alliés ... Ces tribus sont puissantes et ils sont en conflit majeur avec Mahomet. S'ils s'unissent, il sera possible de détruire Mahomet. "
Juifs: «Et puis nous reviendrons à Médine et redeviendrons des leaders prestigieux."
Juifs: «C'est une bonne idée."
Chef de tribu juive: «Allons donc vers ces tribus et préparons la guerre contre Mahomet ...»



Les Juifs  ne respectent pas les traités

Dans l'épisode de la vie de Mahomet dit de "La Bataille de la Tranchée" un garçon explique que Mahomet est en train de creuser une tranchée pour protéger la ville de Medina du côté vulnérable, au Nord. Deux autres parties de la ville sont protégés par des «montagnes, les jardins et les arbres ", et le garçon implique que le troisième côté est également protégé parce que «les Qurayza," une tribu juive, vit là-bas.
Le deuxième garçon demande : «le Prophète a confiance dans la tribu des Qurayza ?!?"
Le premier garçon répond que les Juifs de cette tribu "ont un traité" avec Mahomet.
La réponse du deuxième garçon enseigne aux téléspectateurs que les Juifs ne sont pas dignes de confiance:
"Depuis quand les Juifs respectent-ils leurs parole?
Avez-vous oublié [les tribus de] Qaynuqa et Nadir?"


Il y avait trois tribus juives parmi la population païenne arabe de Médine. En l'an 625 Muhammad a exilé les tribus juives Qaynuqa et Nadir. Peu après, il a capturé la tribu Qurayza et avait fait décapiter les 750 mâles captifs , réduit à l'état d'esclaves et vendu les femmes et les enfants. La tradition islamique justifie les actions de Mahomet, enseignant que les trois tribus juives ont renié leurs traités avec Muhammad.




Présenter les Juifs comme agents des Satans qui font le mal sur la terre, fait partie de l'idéologie religieuse de l'AP, bien que l'AP prétend, face à la communauté internationale, que leur conflit avec Israël est uniquement territorial.
Le conseiller de Mahmoud Abbas sur l'Islam a récemment souligné que l'idéologie de l'Autorité palestinienne est de voir le conflit avec Israël comme un conflit avec Satan.

Israël, a enseigné Mahmoud Al-Habbash, c'est «Le projet de Satan":

"Nous ne sommes pas en train d'inventer quelque chose de nouveau ici.
 C'est un conflit entre deux entités, le bien et le mal, entre deux projets: 
le projet d'Allah contre le projet de Satan."
Télévision officielle de l'Autorité Palestinienne, le 23 octobre 2015]



Il est significatif que l'un des plus importants des chefs religieux officiels de l'Autorité Palestinienne et des dessins animés pour les enfants les plus jeunes , enseignent tous les deux aux Palestiniens de voir dans les Juifs les suppôts de Satan pour répandre le mal dans le monde.

Les émissions pour les enfants de la télévision officielle de l'Autorité Palestinienne , renforcent ce message de haine. Palestinian Media Watch a observé que le poème qui enseigne que «Sion, c'est Satan avec une queue" a été récité par les enfants six fois au cours des dernières années sur la chaîne officielle, plus récemment, le 6 novembre 2015.






dimanche 10 juillet 2016

Amour et Jihad à la maternelle

Micah Lakin Avni    TIMES OF ISRAEL
Regardez bien les deux images ci-dessous. Leur juxtaposition est plus parlante qu'un million de mots.

La première vient de la fête de fin d'année de l'école maternelle de ma fille, à Tel-Aviv. C'est une maternelle israélienne typique. A l'arrière-plan vous voyez une fresque représentant des enfants de différentes cultures - dont un arabe . La légende en hébreu se lit: «Les enfants du monde entier se tiennent la main." Ma fille, et ses camarades, jouent sur des tambours arabes traditionnels, appelés Darbouka, et montrent comment ils ont appris à compter en arabe.


Nous éduquons nos enfants dans les valeurs fondamentales que sont la liberté, la diversité, le pluralisme, l'amour et le respect mutuel.





La deuxième image vient d'une maternelle à Gaza. Deux garçons pointent des armes sur la tête d'un troisième enfant qui se tient à genoux sur le sol, son chapeau orné d'une étoile de David bleue sur fond blanc. C'est une école élémentaire palestinienne typique et c'est tragique. Ils enseignent à leurs enfants la haine et la fierté de tuer.




Mon défunt père m'a appris que chaque enfant est un miracle précieux; un miracle qui doit être nourri, pas empoisonné. Tant que les islamistes radicaux enseignent à leurs enfants la haine et la violence meurtrière, le terrorisme continuera à se répandre dans le monde occidental.
Jetez à nouveau un oeil sur la fresque du mur de l'école de ma fille: vous remarquerez des images emblématiques de Londres, Paris, New York, Rome et Mumbai. Pour nous, ce sont des centres de la culture et de l'histoire. Pour DAESH ( L'Etat islamique), Al Qaïda, Boko Haram, le Hezbollah, le Hamas et tous les autres djihadistes, ce sont des cibles.

Adapté par Observatoire du Moyen Orient le 10/7/2016



Et pour confirmer que la haine est enseignée aux enfants palestiniens voici l'extrait d'une émission de la télévision officielle palestinienne de Mahmoud ABBAS présenté comme modéré par opposition aux extrémistes du Hamas de Gaza.


Un jeune garçon récite un poème: «Sion c'est Satan avec une queue"

Programme officiel de la TV de l'Autorité Palestinienne :
un enfant récite le poème «Visa» par le poète égyptien Hisham El-Jakh.

Animatrice: Quel poème aimez vous réciter le plus?

Muhammad, garçon créatif qui écrit et récite de la poésie: Le poème que les gens ont aimé le plus. Partout où je suis allé, les gens me demandaient de réciter le poème «Visa» par Hesham El-Gakh ...

"Quand j'étais jeune on m'a enseigné que arabité est mon honneur ...
que nos terres s'étendent d'une extrémité à l'autre,
que nos guerres l'ont été pour la mosquée Al-Aqsa,
que notre ennemi, Sion,
c'est Satan avec une queue 

que les armées de notre pays sont en marche. "


note: le poème décrit ce que les enfants ont réçu comme enseignements par les dirigeants arabes, il commence par : "Quand j'étais jeune on m'a appris ...», mais il leur reproche de ne pas agir en fonction de leurs propres enseignements. Mon ennemi, Sion, est Satan avec une queue était un tel enseignement, nous dit le poème, et il critique le monde arabe entier pour son manque d'unité, ce qui l'empêche de remplir les objectifs qu'il a fixés.
Cet émission a été diffusé le 13 mai 2014 et rediffusée le 14 mai 2014.
















Officiel TV Autorité palestinienne 14 mai 2014 (1 minute)



lundi 20 juin 2016

Des Palestiniens emprisonnés pour avoir mangé pendant le Ramadan

Elder Of Ziyon , adapté par Observatoire du Moyen Orient le 20/6/16
A Naplouse, deux hommes ont été arrêtés et condamnés à un mois de prison pour consommation d'alcool en conduisant une voiture. Mais ils n'ont pas été arrêtés pour conduite sous l'emprise de l'alcool. Non, ils ont été arrêtés et condamnés pour avoir "brisé publiquement le jeûne du Ramadan." 
Le juge de La Cour de Naplouse , en annonçant la peine, a souligné « l'obligation de poursuivre les contrevenants au caractère de sainteté du mois sacré" et a recommandé que les autorités judiciaires soient vigilantes à la fois sur les violations de la loi, ainsi que sur "l'assaut sur ​​la sensibilité des jeûneurs musulmans." 

Aussi à Naplouse , trois personnes ont été arrêtées pour avoir  mangé et fumé derrière un marché aux légumes. La police les a pris en flagrant délit et les ont arrêtés sur des accusations de rupture du jeûne en public. Le chef de la police de Naplouse a mis en garde tous les citoyens contre la violation de la sainteté du mois sacré du Ramadan, avertissant que toute personne qui rompt le jeûne avant le coucher du soleil ira en prison. 

Tulkarem , un autre homme a été arrêté pour avoir fumé en public pendant la journée. Cette affaire est renvoyée au ministère public de cette ville. La police de Tulkarem a publié une déclaration disant qu'ils ne permettront à personne de violer la sainteté du mois sacré du Ramadandisant qu'ils ont pris des mesures de sécurité pour assurer le droit de tous citoyens pour maintenir une atmosphère spirituelle au cours du mois. 

Imaginez le tollé, si Israël appliquait des lois similaires au cours des jours de jeûne juifs, comme celui à venir ce 24 Juillet, qui est similaire au Ramadan dans le sens où il s’étend de l' aube à la nuit. Si Israël arrêtait des gens pour avoir mangér en publi , il serait largement tourné en dérision comme un Etat théocratique sans respect pour les droits des non-juifs ou des juifs non-religieux. Mais quand ce sont les palestiniens modérés qui le font, c'est simplement qu'ils protègent les vénérables traditions de leur peuple ainsi que les droits de l'homme, présumés, des religieux musulmans de ne pas être offensés. 

C'est incroyable de voir comment dans les deux cas, les droits de l'homme sont invoqués pour défendre des résultats opposés. Tout aussi étonnant est le fait que les hypocrites qui détiennent ces positions contradictoires n'ont aucun scrupule la dessus.


Si des Juifs essayaient de manger un repas à cet endroit, ils provoqueraient un tollé international contre leur «profanation».