Rechercher dans ce blog

dimanche 31 mars 2013

Des palestiniens tentent de tuer des israéliens à coups de pierres, une femme et un garçon de 4 ans blessés

Times of Israel

Une femme israélienne a été légèrement blessée lorsque des Palestiniens ont jeté des pierres sur sa voiture près de l'implantation de Peduel en Cisjordanie tôt ce dimanche matin. Une équipe médicale a administré les premiers soins à la femme sur les lieux. Les troupes de l'armée israélienne recherchent les coupables.

Samedi après-midi, quatre soldats ont été légèrement blessés lorsque leur jeep s'est renversée à Khirbat Ali, près de Bethléem.

Selon Channel 2, les quatre soldats pourchassaient des lanceurs  de pierres rock-lanceurs soupçonnés d'avoir légèrement blessé  un garçon de quatre ans, près d'Efrat. Le garçon a été blessé lorsque le véhicule dans lequel il voyageait a été bombardé par des rochers sur la route 60.

Après l'incident, des affrontements ont éclaté entre Palestiniens et soldats sur les lieux. Les troupes de la Brigade Kfir de Tsahal ont été appelés sur les lieux et une course-poursuite s'en est suivie. Les soldats conduisaient rapidement à travers les ruelles étroites de Khirbat Ali, et leur véhicule s'est retourné.

Dans une vidéo de l'incident, on peut entendre les villageois palestiniens «Allah akbar», ou «Dieu est grand» à la vue du véhicule renversé.








Des enfants palestiniens jettent des pierres puis simulent ...rien de nouveau sous le soleil

Voici une vidéo de la ville de Hébron, qui montre des innocents gamins palestiniens en route vers leur école en train de...jeter des cailloux sur l'armée isrélienne:




S'en suit  une échauffourée-en Syrie tous les manifestants auraient  été tués sur le champ et la vidéo confisquée...







Les petits chatons  sont emmenés  par les vilains israéliens:



Et cela se termine par du cinéma pour l'ONG ISRAERLIENNE ( B'TSELEM) : un des gamins , alors qu'il ne boitait pas , se plaint de la cheville puis se met a vomir, puis est emmené , incapable de marcher, dans une ambulance et se fait bander ... le BRAS.
Soit dit en passant : a quand une ONG PALESTINIENNE qui denonce, l'incitation institutionnelle et réligieuse à l'antisémitisme des plus crûs et génocidaires,  les abus , les violences, les tentatives de meurtre sur des civils Israéliens?
On peut toujours rêver....




Comment Assad manipule le conflit et pourquoi il faut armer l'Armée Syrienne Libre





Michael J Totten est un journaliste américain free-lance passionné par le Moyen Orient, une sorte de William Faulkner des temps modernes, au style fort et à l'oeil affuté. Il ne pratique jamais la langue de bois. Il finance ses ses séjours exclusivement par les dons des lecteurs de son blog et par les droits d'auteur sur ses livres qui ont un succés rémarqué (pour les anglophones , je recommande la lecture de The Road to Fatima Gate (le Liban) , The Surge (L'Iraq),  Where the west ends et une  fiction Taken.

Si vous souhaitez l'aider dans sa quête allez sur son blog et faites un don via Paypal.


Mosbah Adhab
Photo: M.J. Totten
Mosbah Adhab, de Tripoli, est un politicien sunnite modéré du bloc anti-syrien dit "du 14 Mars", sa tête avait été mise à prix , ils n'a pas quitté sa maison pendant des mois. Il y a du vin à sa table , il parle anglais et en français avec sa femme qui n'est pas voilée.

Voici des larges extraits adaptés de son interview par le journaliste free-lance Michael J Totten sous le titre de  " Le Nord du Liban est en feu"

Les combats entre sunnites et alaouites semblent assez horribles, "dis-je. "La ville est-elle dangereuse, comme cela semble de loin?"

«Très dangereuse", at-il dit. "Ce matin, certains propriétaires de magasins sont venus chez moi. Ils se sont plaint que personne ne vient plus à Tripoli. Nous n'avons pas de sécurité. Les institutions de la sécurité protègent les combattants des deux côtés. Ils ne protègent pas les civils. C'est un fait. "

Cela semble ridicule, mais c'est vrai. Des factions au sein de l'armée libanaise sont vraiment en train de protéger à la fois les milices sunnites et alaouites. En partie parce que l'armée est tout aussi divisée selon des lignes sectaires qu'est le pays, mais c'est surtout parce que la plupart des officiers de l'armée sont encore fidèles à Assad et au Hezbollah. Rien n'y a changé depuis l'occupation syrienne du Liban, lorsque la famille Assad et leurs acolytes ont saboté l'armée libanaise et l'ont pliée à leurs volontés. En 2008, quand le Hezbollah a envahi Beyrouth , maintenir un contrôle sur des pans de l'armée Libanaise était sur sa liste de ses objectifs.

Malgré cela, cela semble toujours ridicule. Pourquoi des gens d'Assad protégeraient-ils une milice sunnite anti-syrienne, anti-alaouite, et anti-Hezbollah ?




C'est une question de propagande, pour laquelle le régime d'Assad n'a pas son pareil dans le Moyen-Orient. Même le Hamas n'a cette expérience ni compétente.

"Les services de sécurité mettent en scène leur version: il n'y a pas de révolution en Syrie, ce qui se passe c'est Al-Qaïda contre le gouvernement. Puis ils demandent à la communauté internationale qui elle préfère. Ils disent qu'au Liban il se passe la même chose. Assad affirme que du soi disant "émirat de Tripoli" des terroristes sont envoyés en Syrie. L'Ambassadeur de la Syrie a effectivement dit cela à l'Organisation des Nations Unies. "

Assad et ses alliés libanais et iraniens présentent la lutte en Syrie comme une guerre contre Al-Qaïda depuis le début, bien avant que n'existe le groupe Jabhat al-Nusra, que les Etats-Unis aux mêmes ont désigné comme une organisation terroriste. En effet, le président Assad a formulé la lutte en Syrie comme une guerre contre Al-Qaïda avant même que n'existe l'Armée Syrienne Libre, quand ses soldats tiraient sur des manifestants non-armés dans les rues et en les traitant de terroristes.
Comme sur cette vidéo...
 


Cependant, maintenant que le groupe djihadiste al-Nusra existe, les affirmations d'Assad sont  un peu plus crédibles. Mais al-Nusra, qui est une entité distincte de l'Armée Syrienne Libre- ne vient pas du Liban. Son financement provient des pays du golfe persique. Et certains de ses dirigeants sont les mêmes individus qu'Assad lui-même avait envoyés en Irak pour tuer des Américains.

"Personne ne va aux enterrements", affirme Ahdab, "mais les gars de la sécurité se montrent et tirent en l'air avec leurs fusils. Ils se filment et les gens disent: 'Mon Dieu, regardez ça, c'est Al-Qaïda qui est en deuil de ses membres qui se battent contre Bachar al-Assad'. Je les ai vus. Je connais ces gars-là personnellement . Je sais exactement qui les a envoyés. "

C'est l'une des raisons pour lesquelles les théories du complot sont si populaires au Moyen-Orient. Des conspirations bizarres se produisent vraiment dans cette partie du monde. C'est «normal». Depuis des décennies le régime syrien a appliqué et mis en scène des chapelets  de faux évènements  comme celui là.

Le dissident syrien libéral, Ammar Abdulhamid, a  récemment mis en évidence des manigances similaires dans le journal NOW Lebanon: «La campagne menée par le régime d'Assad inclut la libération de jihadistes connus et des éléments terroristes des prisons d'Etat , alors qu'en même temps des chefs des manifestants non violents ont été emprisonnés. Cette tactique est parfois appelée «modeler vos ennemis."
C'est fondamentalement une approche risquée, qui sert à diviser les rangs ennemis en créant un camp plus radical au milieu d'eux, et dans ce cas, saper les partisans de la non-violence. Cette tactique avait été utilisé à plusieurs reprises par le régime Assad lors de la guerre civile libanaise, ce qui lui avait permis d'y instaurer son pouvoir. "

....


"Les combattants sont très conscients de ce qui se passe ici», a déclaré Ahdab, reprenant là où nous nous sommes quittés. "Verser de l'huile sur le feu a été très fructueux en 1982, lorsque la Syrie a créé le soi-disant« émirat »à Tripoli. Cela a donné le consentement international au bombardement de la ville par les Syriens. Ils sont venus ici et ont massacré 800 personnes. Personne n'osait même venir qidentifier les cadavres. Ils les ont exécuté dans le port et ils ont détenu des gens dans les écoles de Tripoli pour les déporter dans les prisons syriennes. Nous n'avons plus jamais entendu parler de ce qui est arrivé à ceux qui ont disparu. Mais l'émir, le Cheikh Shaban, est resté à la maison et était protégé par les Syriens pendant que tout cela se passait. "

Ne vous méprenez pas. Les combats entre milices sunnites et alaouites sont réels. Ce n'est pas du théâtre. Les combattants sont des pions dans un jeu plus grand, mais ils sont très sérieux.

Chaque côté mérite au moins un certain degré de sympathie. Les combattants alaouites se sentent menacés en tant que minorité détestée alliés avec un système en train de mourir, tandis que les combattants sunnites souhaitent voir détruits Assad et ses acolytes locaux.

Mais selon Ahdab l'idée qu'il ya un conflit général entre citoyens sunnites et alaouites est ridicule. "Je connais les Alaouites. Mon garde du corps est un alaouite. Il a été avec moi pendant seize ans. Mais nous avons cette milice alaouite qui a été protégé par le régime syrien, et maintenant ils sont sous la protection de, entre guillemets, de la résistance. "

La «résistance», bien sûr, c'est le Hezbollah. C'est ainsi qu'ils s'appellent eux-mêmes. Ils sont actuellement en train de "résister" à l'entité sioniste en tuant des musulmans sunnites en Syrie.

Ahdab poursuit : "Récemment, certains des combattants alaouites ont été capturés par des civils et battus. Ils ne voulaient pas les remettre à l'armée parce que les combattants auraient été libérés en une heure. Il ya un sale jeu qui se passe ici qui n'a rien à voir avec la population. "

Les alaouites sont soutenus par la Syrie et le Hezbollah tandis que la milice sunnite est financée et armée par les Saoudiens, les Qataris, les Emiratis et les Koweitiens. Et tandis que la milice sunnite est hostile à la Syrie et à ses intérêts,  le régime syrien et ses alliés locaux ne peuvent pas les éliminer, parce que cela contredirait leur récit. C'est vraiment ridicule. Mais nous sommes au Moyen-Orient.

"Tout le monde sait ce qui se passe», dit-Ahdab. "Ce n'est pas seulement moi qui le dit. Vous pouvez parler aux gens dans les rues. "

Je l'ai fait confirmer avec d'autres, et pas seulement des gens dans la rue, mais par des analystes politiques à Beyrouth, dont le job et la réputation exigent qu'ils ne se trompent pas sur ce genre de choses.

"C'est devenu ridicule", a déclaré Ahdab. «Tout le monde parle maintenant de ce soi disant émirat islamique de Tripoli."

Le soi-disant «émirat» islamiste est un état-dans-l'état qui est censé exister à Tripoli, mais qui n'existe pas en réalité en dehors de la fantasmagorie de la propagande syrienne et celle du Hezbollah. A Tripoli, l'alcool est en vente. J'ai vu beaucoup de femme se promener sans voile. Je n'ai pas vu un seul homme avec une barbe, le front meurtri par la prière, ou porter des vêtements qui le marquerait comme un islamiste. Pas un seul. De telles personnes existent, mais ils sont dissous dans l'énorme population de gens ordinaires. C'est le Liban, pas Gaza ni l'Arabie Saoudite.

Il m'a fait sortir dans la ville. "Tu seras en sécurité avec moi», at-il dit.

Pour être honnête, même sans lui je me serai senti en sécurité. Les combats entre sunnites et alaouites se concentrent sur la ligne de front entre les deux quartiers de Bab al-Tabbaneh et celui de Jebel Mohsen. En évitant cette zone, il est presque certain que je n'aurais pas eu d eproblèmes.

Mais il m'a conduit à cette zone afin que je puisse la voir. Djebel Mohsen, le quartier alaouite, est perché sur une colline (Jebel signifie montagne en arabe) au dessus du quartier voisin et ennemi de Bab al-Tabbaneh.
Quartier sunnite surplombé par le quartier alaouite
Photo: M.J.Totten


Les sunnites de Bab al-Tabbaneh se sentent menacés par ce quartier. Comment vous sentiriez-vous si les gens qui voulaient vous tuer vivaient dans les collines juste au-dessus de votre maison? Mais les Alaouites se sentent menacés, aussi. En regardant en bas de la colline ils voient qu'ils sont encerclés de toutes part par des ennemis.












"Voici le centre de l'émirat islamique de Tripoli", at-il dit ironiquement.

Il n'avait pas l'air plus islamiste que le quartier chrétien de Beyrouth. La zone pourrait être un endroit très agréable avec un peu d'améliorations et d'aménagements, mais il n'y a pas d'argent. L'économie s'est effondrée. Personne ne va plus à Tripoli. Ils ont peur.

Dans la rue tout le monde  reconnaissait Ahdab. Tout le monde. Ils s'agitaient et lui souriaient et couraient vers lui. Il est clair qu'il est populaire. Barack Obama obtiendrait une réception similaire à Harlem ou dans l'Upper West Side. J'ai pu comprendre comment Ahdab a facilement remporté les élections. La réaction d'inconnus dans la rue à sa présence  m'a confirmé amplement que c'est lui, et non les salafistes, qui représente le tissu social réel de Tripoli.






Est-ce qu'un islamiste barbu avec un fusil aurait eu le même type de traitement en marchant simplement dans ces mêmes rues? J'en doute fortement. L'écrasante majorité des sunnites libanais font partie du  Courant du Futur de Saad Hariri. Son idéologie est celle de la démocratie libérale, le capitalisme et la paix avec les voisins. Hariri veut la paix, ou à tout le moins la cessation des hostilités avec les Israéliens. Les Frères musulmans existent au Liban, mais ils sont microscopiques et n'ont pas d'influence. La seule raison pour laquelle les salafistes ont même la moindre parcelle d'influence est qu'ils sont soutenus par l'Arabie Saoudite et par l'argent du Qatar. Leur idéologie n'est pas indigène. Il s'agit d'une importation.

De retour à la maison, Ahdab a ouvert une bouteille de vin rouge libanais -Chateau Kefraya - et completait régulièrement le niveau de mon verre. Il a bu, trop. Pourquoi ne le ferait-il pas? Le Liban est un pays de buveurs. Les Libanais, musulmans compris, consomment de grandes quantités de bière, de vin et des spiritueux, en particulier de l'arak et du Whisky écossais.

«Je reste à Tripoli", at-il dit, "parce que les gens comme moi sont les vrais habitants de Tripoli. Nous ne pouvons pas disparaître. Même les barbus qui reçoivent des millions du golfe doivent traiter avec nous. "

Le gouvernement libanais pourrait faire cesser instantanément les combats s'il le voulait. Une guerre pour désarmer le Hezbollah ferait exploser le pays en morceaux, mais le désarmement d'un ramassis, de bric et de broc, de cinglés idéologiques avec des bases de soutien microscopiques ne prendrait pas de temps du tout et aurait probablement même pas coûté des vies, si on désaramait les deux côtés en même temps.

La raison pour laquelle ce n'est pas le cas est que le Hezbollah et ses alliés contrôlent le gouvernement, ou du moins ils le faisaient jusqu'a ce que le Premier ministre Najib Mikati démissionne, précisement ce genre de raisons, il y a quelques quelques jours. Et la raison pour laquelle ils contrôlaient le gouvernement, c'est parce qu'ils se sont emparé du pouvoir en 2008 en envahissant Beyrouth. Ainsi, le nord du Liban devra rester en ébullition dans un conflit idéologique et sectaire. Apparemment, la route de Jérusalem passe par Tripoli.


"Initialement il ya eu une révolution pacifique en Syrie", a déclaré Ahdab. "Mais personne n'en parle. Assad et les pays du Golfe l'ont transformé en une confrontation entre Al Qaïda et le gouvernement. Assad reçoit des armes d'Iran et de la Russie et les extrémistes que sont les Nusra recevoivent des armes du Golfe. Pourquoi l'Armée Syrienne Libre ne recevrait-elle pas des armes? Tout le monde ici se demande ce qui se passe. Pourquoi diable la communauté internationale pense que c'est correct pour le golfe d'envoyer de l'argent à des groupes extrémistes, tandis que les modérés au sein de l'Armée Syrienne Libre ne reçoivent rien? L'Iran ne veut pas perdre la Syrie, l'Iran gardera la Syrie si l'Ouest reste passif. Au moins, dites à vos amis du Golfe de cesser d'envoyer de l'argent à al Nusra. Ainsi Al-Qaïda ne sera plus financée. "

Il s'esclaffa visiblement dégoûté de la situation dans son ensemble.

Garder les régimes syrien et iranien en place n'est pas une option politique viable pour ceux qui sont en guerre contre Al-Qaïda, non seulement parce que, pendant des années,  Assad lui-même a utilisé Al-Qaïda contre ses ennemis, y compris contre les États-Unis, mais aussi parce que l'Iran peut tout aussi bien en faire autant.

«Les gens de l'Ouest", at-il dit, «se disent qu'une alliance entre sunnites et chiites est impossible, mais l'ayatollah Khomeiny a été très clair dans son livre quand il a parlé de l'alliance de l'opprimé. Je l'ai dit il ya longtemps et personne ne voulait me croire, mais je pense que maintenant, c'est évident. La moitié d'Al-Qaïda est en Iran. Elle est financée et protégée par l'Iran. Hizb ut-Tahrir a une direction mixte de sunnites et chiites. Après 2008, le Hezbollah a envoyé une délégation à Tripoli pour discuter avec les salafistes. Pourquoi auraient-ils parlé aux salafistes? Ils ne font pas partie du tissu social. "

Tripoli n'est pas un environnement islamiste. Certains Tripolitains sont des salafistes, mais je n'en ai pas vu. Et croyez-moi , les salafistes sont faciles à repérer. Avec leurs barbes et leurs vêtements, ils ressemblent à Oussama ben Laden. Je ne suis même pas sûr d'avoir vu plus d'une douzaine de salafistes au cours des huit ans de ma presence et de mes visites au Liban.

«Il ya un autre islam que la version wahhabite ou salafiste et," at-il dit. «Il est là et il ne peut pas disparaître. La moitié des imams dans les mosquées sont salafistes parce qu'ils sont payés par le golfe, mais ce n'est pas la la moitié de la population qui est salafiste ».

"Quel est le pourcentage de la population qui est islamiste?" Dis-je. Dans ma propre évaluation au jugé, je dirais que le pourcentage de personnes qui sont  islamistes à Tripoli doit se chiffrer en unités , tout au plus.

«Tout comme vous avez des chrétiens intégristes et des juifs ultra-conservateurs», at-il dit, "nous avons des musulmans fondamentalistes. Nous avons des takfiris - des extrémistes qui disent que je ne suis pas un vrai musulman, mais ils sont une infime minorité. Ils sont tout au plus un pour cent. Ils ne sont pas d'ici. "
Cela me semble plausible. Il doit savoir. Il est d'ici. Peut-être qu'il est un peu plus libéral que le Tripolipolitain moyen, mais cela ne l'empêche pas de gagner les élections. Les gens comme lui sont inéligibles en Egypte, mais c'est la majorité des élus sunnites au Liban. La seule raison pour laquelle Ahdab n'est pas encore au gouvernement, c'est parce qu'il a été chassé après le coup d'Etat du Hezbollah de 2008.

"Vous ne pouvez pas mettre tout le monde dans le même panier», at-il dit. "Certaines personnes mettent sunnites, salafistes, wahhabites, takfiris, et Al-Qaïda ensemble. C'est un non-sens. "

Il but une autre gorgée de vin rouge.

«Je suis combattu par tout l'argent qui vient ici depuis vingt ans», at-il dit, "mais je suis toujours là. Pourquoi? Parce que je représente le tissu social réel de Tripoli. Un musulman comme moi n'aurait jamais pu survivre ici, si Tripoli avait été islamiste ».

vendredi 29 mars 2013

Le Turquie entre rêves de Grandeur et réalité

Hillel Fradkin and Lewis Libby analysent les choix d'Erdogan, le premier ministre islamiste de la Turquie dans World Affairs. Je vous ai adapté l'introduction :

«Une grande nation, une grande puissance», c'est l'objectif que s'est fixé lors de son quatrième Congrès général, l'AKP , le parti islamiste du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan.

L'AKP a proclamé cet objectif ambitieux pour 2023, le centième anniversaire de la fondation de la République turque. Le Congrès a célébré le leadership de M. Erdogan et l'a réélu comme président du parti. Avec le soutien de son parti, et grâce à la future constitution qui créera un puissant «régime présidentiel», Erdogan s'attend à présider les célébrations de cet anniversaire en tant que président d'une Turquie transformée, une Turquie qui domine le Moyen-Orient.

Mais quelle forme prendra cet âge d'or d'Erdogan? La Turquie aura t-elle une influence modératrice sur l'islam politique, en particulier sur les partis des Frères musulmans qui dominent aujourd'hui le nouveau Moyen-Orient? Erdogan transformera t-il le pays en une démocratie libérale islamique unique, qui va réconcilier le monde musulman et l'Occident? Ou préside-t-il, comme le craint un nombre croissant d'observateurs , la transformation vers une Turquie islamiste qui mettra le régime "néo-ottoman" en opposition avec l'Occident ?

Ceux qui s'inquiètent de trouver un tel résultat trouvent un mauvais présage dans son discours - qui a été bien rémarqué en Turquie, mais pas ailleurs, au récent congrès de son parti. Là, Erdogan a exhorté la jeunesse de la Turquie à avoir en ligne de mire non seulement 2023, mais aussi 2071. C'est une date qui n'est pas susceptible d'êvoquer grand chose pour les Occidentaux, mais elle l'est pour beaucoup de Turcs.

2071 marquera mille ans depuis la bataille de Manzikert. Là, les Turcs seldjoukides-une tribu originaire de l'Asie centrale-a vaincu de manière décisive la première puissance chrétienne de cette ère, l'Empire Byzantin, et de ce fait a étonné le monde médiéval. À la fin de la bataille, le chef seldjoukide a posé le pied sur la gorge de l'empereur chrétien pour signifier l'humiliation de la chrétienté. La victoire seldjoukide a déclenché  une série d'événements qui ont permis aux Turcs seldjoukides de saisir les terres de la Turquie moderne et de créer un empire qui s'étendra sur une grande partie de la Palestine, l'Irak, la Syrie et l'Iran.

En évoquant Manzikert, Erdogan a rappelé aux Turcs d'aujourd'hui les gloires de leurs ancêtres agressifs et guerriers  qui ont entamé la conquête de pays non musulmans et en route, ont repoussé les chiites tant détestés d'une grande partie du Moyen-Orient. Manzikert n'est donc pas l'image d'un Etat libéral pacifique et prospère qui inspirera d'autres par son exemple de tolérance, de vertu et de bonne volonté.

Elle indique plutôt que dans le cadre de sa vision de la puissance et de la gloire turque, Erdogan cherche à renverser le vaste héritage de Mustafa Kemal Atatürk, fondateur , en 1923, de la Turquie moderne.
Le récent Congrès AKP visant à célébrer Erdogan comme un nouveau genre de chef de file puissant, maintenant premier ministre, plus tard président de la Turquie. Un chef prêt à abandonner les structures étatiques laïques d'Atatürk et l'orientation pro-occid.

Le guerrier Ataturk a mis en garde contre l'attrait des victoires militaires, le politicien Erdogan les invoque.
....
En effet, dès Octobre 2009, son ministre des Affaires étrangères a explicitement invoqué l'ancienne grandeur impériale de la Turquie : «Comme au seizième siècle, à l'avenement des Balkans ottomans, nous allons à nouveau avec la Turquie, faire des Balkans, du Caucase et du Moyen-Orient le centre de la politique mondiale. Tel est l'objectif de la politique étrangère de la Turquie et nous y parviendrons. "
Le chemin vers le statut de grande puissance est semé d'embûches

Les auteurs rappellent qu'environ la moitié des Kurdes ne sont pas réligieux, que leur croissance est supérieure à celle des turcs et que dans 20 ans ils deviendront majoritaires en Turquie. Ils ne partageront pas la "solidarité islamique" invoquée par Erdogan.

La politique etrangère d'Erdogan butte sur des contradictions internes : le rapprochement avec la Syrie alawite et l'Iran Shiite, l'alliance avec les ennemis d'Israël comme le Hamas et les frères musulmans ont fait croître des concurrents pour le leadership régional. Initialement il a défendu Bashar Al Assad et lui a proposé une sortie honorable par une réforme démocratique, mais ce dernier lui a tourné le dos. Aujourd'hui l'artillerie turque et syrienne échangent sporadiquement des obus et un avion turc a été abbatu par la Syrie.


Le principal obstacle à ses grandioses ambitions est l'Iran et ses alliés. L'ayant finalement compris Erdogan a changé de cap en 2012 en excluant ce pays de sa vision :

"Pendant la marche historique de notre sainte nation, le Parti AKP affirme la naissance d'une puissance globale et la mission d'un nouvel ordre mondial. C'est le centenaire de notre sortie du Moyen-Orient. . . quoi que nous ayons perdu entre 1911 et 1923, quelque soient les territoires dont nous nous sommes retirés, entre 2011 et 2023 nous allons à nouveau réjoindre nos frères de ces terres."
Dans sa lutte contre le tyran de Damas, Erdogan s'est heurté à une alliance puissante: l'Iran, le Hezbollah, l'Iraq et la Russie. Alors qu'il minimisait le rôle de l'Occident, maintenant il fait appel à la solidarité de l'OTAN; sur son sol les batteries Patriot américaines sont servies par des soldats américains, allemands et néerlandais. Il a dû même chercher l'aide des Kurdes iraquiens, et c'est l'Arabie Saoudite qui est au premier plan pour financer et armer les rebelles syriens.

Il n'a pas atteint le statut de médiateur entre la modernité et les réalités du Moyen Orient, il n'a eu aucune influence libérale -aucune influence tout court- sur le "printemps arabe" et le monde occidental s'en est rendu compte.
Le monde arabe, quant à lui, ne voit pas avec anthousiasme le retour des ottomans et l'Egypte est une concurrente naturelle pour le leadership de l'islam sunnite.

Un réseau d'influence de type "Néo-Ottoman" n'est pas en vue. De plus la croissance economique est menacée par l'éclatement inéluctable d'une bulle financière.

jeudi 28 mars 2013

Un enfant palestinen simule pour les cameras

On appelle ça en anglais Palywood . Hollywood en Palestine. Affligeant.

Danilette a commenté et sous titrée cette vidéo tournée à Hébron qui montre un enfant en train de simuler une douleur de la jambe, puis des nausées et des douleurs abdominales , qui finit par se faire bander ...le bras.


Amnesty appelle la Turquie à supprimer des lois liberticides

Amnesty international nous rappelle que la Turquie est loin d'être un exemple de respect des droits de l'homme et de la liberté d'opinion et d'expression:
Le paquet de réformes examiné par le Parlement turc risque d'être une occasion manquée de mettre la législation du pays en conformité avec les normes internationales en matière de droits humains, et laissera les citoyens à la merci de diverses violations dont des emprisonnements abusifs pour avoir simplement exprimé une opinion, écrit Amnesty International dans un nouveau rapport rendu public mercredi 27 mars.

« Le droit à la liberté d'expression est battu en brèche en Turquie. Des centaines de militants, de journalistes, d'écrivains et d'avocats font l'objet de poursuites abusives. C'est là l'un des problèmes les plus profondément enracinés sur le terrain des droits humains dans ce pays », a déclaré John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie centrale d'Amnesty International.

Le rapport d'Amnesty International, intitulé Decriminalize dissent: Time to deliver on the right to freedom of expression, analyse les dispositions en vigueur et les pratiques découlant des 10 articles de loi turcs les plus problématiques en matière de liberté d'expression.
Amnesty vise en particulier deux lois et les lois anti-terroristes détournées de leur objet:

....Le tristement célèbre article 301 du Code pénal, relatif au « dénigrement de la nation turque », notamment invoqué afin de poursuivre et condamner Hrant Dink, un journaliste et défenseur des droits humains assassiné par la suite, est toujours en vigueur. De même, l'article 318, qui érige en infraction le fait de « susciter l'hostilité de la population à l'égard du service militaire », continue à être utilisé afin de sanctionner ceux qui soutiennent le droit à l'objection de conscience. Ils doivent tous deux être abrogés.

Nous avons constaté ces dernières années un recours de plus en plus arbitraire aux lois antiterroristes dans le but de sévir contre des activités légitimes (discours politiques, écrits critiques, participation à des manifestations et association avec des groupes et organisations politiques reconnus), ce qui va à l'encontre des droits à la liberté d'expression, d'association et de réunion.

Amnesty rappelle des nombreux cas que je vous invite à lire sur leur site

dimanche 24 mars 2013

Egypte: le parti islamiste au pouvoir a le statut d'une ONG !


Le Figaro nous informe que: 
Les autorités égyptiennes ont donné à la confrérie des Frères musulmans le statut d'organisation non gouvernementale. 
L'organisation a reçu avant-hier le statut d'ONG, a indiqué la ministre des Affaires sociales, Nagwa Khalil, ajoutant que ses services suivaient "toutes les activités des groupes enregistrés".
Ainsi , le parti islamiste au pouvoir n'est plus obligé de révéler ses sources de financements...

Le Liban n'a plus de Premier Ministre, fin de l'ère Assad

Au Liban le Prémier Ministre Mikati a démissionné sur fond du refus de rénouveler le mandat d'Achraf Rifi, chef de la sécurité, dernier sunnite de haut rang qui ne soit pas soumis au HezbAllah, et de l'abandon du comité de supervision des législatives.
Des libanais se battent déjà en Syrie. Les chiites du côté d'Assad, les Sunnites du côté de l'armée syrienne libre. Le Liban est une poudrière prête à exploser. A Tripoli les combats ont repris.



L'Orient Le Jour    Une première conclusion à tirer de cet événement est que le règne du régime Assad touche désormais réellement à sa fin et qu’il s’agit là de la première manifestation de cet effondrement. L’avènement au forceps de M. Mikati début 2011 s’était faite grâce à deux maîtres d’œuvre : le régime Assad et le Hezbollah.
Si le régime syrien maintient sa capacité de nuisance sur le plan sécuritaire au Liban, il n’est cependant plus en mesure d’y jouer aux marionnettistes : une gamme de mutations au plan régional, dont l’imminence de sa propre déroute politique et militaire sur son propre territoire, lui ont rogné les ailes.

Quant à l’autre béquille du cabinet Mikati, le Hezbollah, elle a subi elle aussi une série de revers particulièrement douloureux, le dernier en date étant le camouflet militaire reçu aux mains de l’Armée syrienne libre ces dernières semaines à Qousseir.
Engagé dans un bras de fer au Liban avec une communauté sunnite revigorée par le printemps arabe au point de recréer une sorte de nouveau rééquilibrage des forces, enlisé dans une guérilla urbaine coûteuse en Syrie sur tous les plans au côté d’un régime défaillant à tous les points de vue, le parti chiite n’est pas sans se poser des questions.

Turquie-Israël, rechauffement des rélations ou bluff?

L'Express  presente le rapprochement Israélo - Turc comme une chose acquise:

M. Netanyahu a parlé aujourd'hui avec le Premier ministre Erdogan. Tous deux sont convenus de normaliser les relations entre les deux pays, y compris le retour des ambassadeurs", selon un communiqué officiel israélien.

"Le Premier ministre Netanyahu a présenté ses excuses au peuple turc pour toute erreur ayant pu conduire à la perte de vies et accepté l'indemnisation" des victimes, assurant que "les résultats tragiques de la flottille du Mavi Marmara n'étaient pas intentionnels", selon le texte.

M. Erdogan a accepté ces excuses "au nom du peuple turc" et les deux dirigeants "sont convenus de la conclusion d'un accord pour une indemnisation" des familles des victimes, selon un communiqué de ses services.




L'Orient Le Jour , par exemple , montre que pour le moment,  du côté Turc, RIEN ne changera - pas d'ambassadeurs, maintien du procés-spéctacle par contumace des responsables Israéliens :

Interrogé sur l'abandon par la Turquie des poursuites judiciaires engagées contre les responsables du raid, le Premier ministre s'est montré circonspect.

"Nous allons voir les mesures prévues dans ce processus. Si ces mesures sont correctement appliquées, nous aussi nous apporterons une contribution positive", a-t-il indiqué. Il a précisé que la nomination d'un nouvel ambassadeur en Israël, la Turquie ayant rappelé le précédent par mesure de rétorsion, dépendrait, elle aussi, de la mise en oeuvre des promesses israéliennes.

Selon Taher al-Nounou, porte-parole du chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, "Recep Tayyip Erdogan se rendra bientôt en visite dans la bande de Gaza, où il s'entretiendra avec le Premier ministre Ismaïl Haniyeh".

Rappelons que les erreurs ayant conduit à la mort des 9 militants islamistes anti-israéliens qui tentaient de briser un blocus légal ( et jugé comme légitime par nulle autre que la trés pro-palestinienne ONU) consistaient à les considèrer comme des militants pacifiques et non comme des individus prêts à en découdre, cherchant à tuer du juif ou à en prendre en otage.

Les commandos sont descendu de l'hélico en rappel un par un. Ils sont tombés sur plusieurs douzaines d'hommes portant des masques à gaz, armés de chaises , de barres de métal et de couteaux qui ont tenté de les tuer, pendant que d'autres commandos tiraient des billes de peinture (paint-ball) comme le montrent les films  suivants :


Filmé par les "pacifistes" , un "pacifiste" poignarde un soldat israélien - dans le dos:

video

Vu de la mer - de nombreuses barres de métal s'abattent sur les israéliens :

video


Ici vu du dessus, des dizaines de "pacifistes" attaquent les israéliens, dés qu'ils touchent le sol :
video


L'image suivante est extraite de la vidéo mise sur internet (sous le titre "Raw footage from the attack on the Gaza freedom flotilla") par cultures of resistance, une organisation pacifiste fortement critique d'Israël qui faisait partie des organisateurs de la "Freedom Flotilla" avec l'IHH.


A la 36ème minute et 42 secondes voici ce qu'on y voit (quelques secondes plus tard on y voit les trainées de peinture rose sur une paroi du navire) :




Les commandos israéliens pointent des fusils paintball!









vendredi 22 mars 2013

La fillette victime des pierres palestiniennes toujours dans un état critique


Danilette a sous-titré cette interview très émouvante de la maman d'Adèle, 3 ans qui est dans un état critique depuis le 15 mars. Elle est victime d'un attentat par jet de grosses pierres sur la route. Les pierres ont blessé le chauffeur d'un camion qui a dévié de sa route, écrasant la voiture familiale. La maman demande qu'on prie pour sa guérison et qu'on fasse une bonne action en ayant une pensée pour  sa fille.


jeudi 21 mars 2013

Obama : "Il y a 3000 ans le peuple juif vivait ici"



Lors de son fameux discours du Caire de 2009, Obama ancrait la légitimité d'Israël dans la persécution millénaire qui a culminé avec les nazis. C'était conforme à l'opinion arabe qui accuse l'Occident de réparer ses fautes avec la terre arabe, offerte aux juifs qui n'ont aucun droit légitime sur cette terre:
(ministère des affaires étrangères des USA
...l'aspiration à un territoire juif est ancré dans un passé tragique indéniable.
À travers le monde, le peuple juif a été persécuté pendant des siècles et l'antisémitisme en Europe a atteint son paroxysme avec un holocauste sans précédent. Demain, je me rendrai à Buchenwald, qui faisait partie d'un réseau de camps où des Juifs étaient réduits à l'esclavage, torturés, abattus et envoyés aux chambres à gaz par le Troisième Reich. Six millions de Juifs ont été tués - soit un nombre supérieur à celui de toute la population juive d'Israël aujourd'hui. Il est injustifié, ignorant et odieux de nier ce fait. Il est profondément injuste de menacer Israël de destruction



En 2013, le président Obama n'attribue plus l'existence d'Israël à la Shoah ni à la deuxième guerre mondiale mais aux liens historiques , aux racines du peuple juif :
( traduction JSS) ...Il y a plus de 3000 ans, le peuple juif vivait ici, plantait ses tentes ici, priait Dieu ici. Et après des siècles d’exil et de persécutions, sans équivalent dans l’histoire de l’humanité, la fondation de l’Etat Juif d’Israël fut une renaissance, une rédemption sans égale dans l’Histoire. 

mercredi 20 mars 2013

Journal Officiel du gouvernement Palestinien : le 11 Septembre est un complot Maçonnique et Hitler était supérieur à Roosevelt


Palestinian Media Watch a traduit et commenté un éditorial publié le 18/3/2013 dans le Journal Officiel du Gouvernement Plestinien ("Autorité Palestinienne") qui est plein de théories du complot et d'admiration pour Hitler et le Nazisme.

L'Autorité Palestinienne (AP) souhaite la bienvenue à Obama: 
les Américains sont derrière les attaques du 11 Septembre 
et 
Hitler était supérieur à Roosevelt

Quotidien Officiel de l'Autorité Palestinienne: 
L'histoire est écrite par les vainqueurs, 
on impute donc  à tort le 11 Septembre 2001 aux «terroristes musulmans» 
et le nazisme est interdit au lieu d'être honoré .
"Si Hitler avait gagné, le nazisme serait un honneur"

by Itamar Marcus et Nan Jacques Zilberdik

Deux jours avant la visite du président américain Barack Obama à Israël et à l'Autorité palestinienne, le quotidien officiel de l'AP a choisi d'imprimer un discours de haine anti-américaine et des commentaires  pro-Hitlériens dans un éditorial:

«Notre histoire est remplie de mensonges ... [dont ] le mensonge sur Al-Qaïda et les événements du 11 septembre, qui affirme que ce sont des terroristes musulmans qui l'ont commis, et que ce n'était pas une action américaine interne des francs-maçons."

L'éditorial implique en outre que Hitler était supérieur à Churchill et à Roosevelt, qui étaient des «alcooliques»:
"Churchill et Roosevelt étaient des alcooliques, dans leur jeunesse, et plus d'une fois, ils ont été interpellés  pour des bagarres qu'ils avaient déclenché dans les bars, alors que Hitler détestait l'alcool et n'en était pas accro. Il avait l'habitude d'aller se coucher tôt et de se lever tôt, et était très bien organisé . Ces faits ont été travestis, Satan est paré d'ailes d'ange. "

L'éditorial du quotidien de l'Autorité Palestinienne  affirme en outre que les attitudes négatives envers le nazisme ne sont pas objectives, mais qu'elles sont la conséquence de la victoire de l'Occident:
«Si Hitler avait gagné, le nazisme serait un honneur et les gens se rueraient pour y appartenir, ce ne serait pas une honte punissable par la loi."


Palestinian Media Watch a documenté la propagande anti-américaine dans les messages promus par l'Autorité Palestinienne.

PMW a également documenté l'éloge de l'AP pour les attentats terroristes du 11 septembre.

Ce qui suit est un long extrait de l'éditorial de Hassan Ouda Abu Zaher (qui se définit comme :"écrivain et poète palestinien"), publié dans le quotidien officiel de l'AP :
Napoléon Bonaparte a dit : «L'histoire est un grand mensonge écrit par les vainqueurs». Il était la source d'écrits historiques douteux et père de la franc-maçonnerie en France. 
Si c'est le cas, l'histoire, qui nous est assénée par la télévision et par les programmes  de l'éducation nationale, est elle vraie? 
La source de cette histoire, c'est l'Occident - le vainqueur depuis la chute de l'Andalousie (Espagne musulmane) ... Notre histoire est remplie de mensonges, (à commencer par le ) mensonge au sujet du corrompu [calife] Harun Al-Rashid, qui omettent les sources qui indiquent que il consacrait  une année au pèlerinage [à la Mecque] et une autre année au Jihad (c'est à dire qu'il était un bon musulman), jusqu'au mensonge au sujet d'Al-Qaïda et des évènements du 11 septembre, qui a affirmé qu'il a été commis par des terroristes musulmans, et que ce n'était pas une action interne américain commise par les francs-maçons. Elle a été mentionnée dans les jeux de cartes des Illuminati dix ans avant qu'il n'a eu lieu, et dans plus de 15 films sionistes et franc-maçons produits à Hollywood dans les années 1990. La répétition [des mensonges] est une méthode qui a authentifié des mensonges. 
Si Hitler avait gagné, le nazisme serait un honneur et les gens se rueraient pour y appartenir, ce ne serait pas une honte punissable par la loi.  
Churchill et Roosevelt étaient des alcooliques, dans leur jeunesse, et plus d'une fois, ils ont été interpellés pour des bagarres qu'ils avaient déclenché dans les bars, alors que Hitler détestait l'alcool et n'en était pas accro. Il avait l'habitude d'aller se coucher tôt et de se lever tôt, et était très bien organisé . Ces faits ont été travestis, Satan est paré d'ailes d'ange.  ... "
[ Al-Hayat Al-Jadida , 18 Mars, 2013, dont voici des captures d’écran]


























mardi 19 mars 2013

Abbas décore une membre du Hamas, mère de trois terroristes et lui fait un deuil national

J'adapte ici un article d'Elder Of Ziyon  qui résume bien la glorification et la promotion du terrorisme par les leaders palestiniens que les USA et l'Europe jugent "modérés" et ce la veille de la visite du Président Obama.

La veille de la visite d'Obama, Mahmoud Abbas rend des honneurs officielles à la mère de trois terroristes

Mahmoud Abbas a fait tout son possible pour honorer Maryam Farhat , connue sous le nom d'Umm Nidal, mère de trois enfants «martyrs».

Maryam Farhat est une parlementaire membre du Hamas, mère de terroristes qui a approuvé le meurtre des civils israéliens qui a fêté avec enthousiasme la mort de son fils qui a tué plusieurs étudiants juifs avant leur conscription militaire.

Abbas a inauguré une " tente de condoléances " pour Farhat devant son quartier général dans la Muqata à Ramallah.

Non content, il l'a élevé à titre posthume à l '«Ordre du sacrifice" , une haute distinction de l'Autorité Palestinienne

Hier, j'ai montré une vidéo de Farhat qui a fait même grincer des dents à la journaliste arabe avec son approbation totale de la terreur.

Voici une vidéo (Sous titré par Palestinian Media Watch que j'adapte ici en français) d'elle avec son fils qui est sur le point d'assassiner des civils israéliens. Elle parle de son bonheur au moment du départ imminent de son fils pour assassiner des israéliens et de sa mort attendue:


Maryam Farhat: la mort de mon Fils était "plus beau jour de ma vie"

Um Nidal (Maryam Farhat) est filmée avec son fils, Muhammad, qui est armé et qui s’apprête à commettre une attaque terroriste:

«Par Allah, c'est aujourd'hui le plus beau jour de ma vie. J'ai l'impression que notre Seigneur est content de moi, parce que j'offre quelque chose [mon fils] pour Lui. Je suis prête à sacrifier plus [de fils] pour le pardon d'Allah, et pour que le drapeau [de l'islam]: «Il n'y a pas de dieu sauf Allah" domine la Palestine [NDLR elle veut dire Israël] .... c'est vrai qu'il n'y a rien de plus précieux que les enfants, mais pour l'amour d'Allah - ce qui est précieux devient facile à offrir".

Entretien avec la même mère après la mort de son fils:

«J'ai donné mon fils au Jihad pour Allah. C'est notre obligation religieuse. Si je voulais avoir de la compassion pour lui, ou lui faire changer d'avis, ç'aurait été une erreur, une faute. Je ne veux pas être guidée par mes sentiments, les sentiments d'une mère. Je les ai mis de côté pour un certain temps pour quelque chose de plus haut, bien que les sentiments d'une mère sont impliqués. Pourquoi? Parce que j'aime mon fils, et que je voulais choisir le meilleur pour lui, et le meilleur n'est pas la vie dans ce monde. Pour nous, il y a une vie après la mort, le bonheur éternel.

Donc, si j'aime mon fils, je vais choisir la béatitude éternelle pour lui. Autant que mes enfants vivants m'honorent, cela ne vaudra pas l'honneur que me donne le martyr m'a montré. Il sera mon intercesseur le Jour de la Résurrection. Que puis-je demander de plus? Allah, le Seigneur, nous promet le paradis, c'est le mieux que je puisse espérer. Le plus grand honneur que [mon fils] m'a montré est son martyre. "
Site du Hamas 1 janvier 2006 (2 min)



lundi 18 mars 2013

Des juifs agressés par des arabes israéliens à l'issue d'une "visite de coexistence"

Jerusalem Plus et Arutz7 relatent cet évènement du début du mois de mars.

Depuis 7 ans, des élèves d’une école de Yokneam (ville d'Israéliens juifs) rencontrent une fois par an des élèves d‘une école de Sakhnin (ville d'Israéliens arabes) dans le cadre de " La Journée de la Coexistence"


L’initiative en revient à l’organisation de gauche « Merhavim » avec le soutien du Ministère de l’Education.

Cette année, la visite des jeunes arabes à Yokneam s’est bien passée comme d’habitude, mais curieusement, les choses se sont déroulées un peu différemment mardi dernier à Sakhnin. Après être remontés dans leur autobus, les écoliers israéliens ont eu la « surprise » de voir des dizaines de jeunes arabes – dont des écoliers avec lesquels ils étaient quelques instants auparavant – entourer le bus et commencer à lancer des pierres en criant des insultes. La directrice de l’école de Yokneam n’a pas trouvé nécessaire d’informer la police et le ministère de l’Education de cet incident pour le moins étrange.

Le directeur de l'école de Sakhnin a envoyé une lettre d'excuses à son homologue de Yokne'am. Le Principal informe que deux des élèves de Sakhnin ont été suspendus.

Des palestiniens tirent sur un juif dans les territoires


Arutz 7 
Des hommes armés ont tiré  lundi matin sur un homme juif de 70 ans, à une gare d'auto-stop à la hauteur de la ville de Kedumim, en Samarie.

Les balles des terroristes ont touché  la jambe de l'homme. 

Boaz, un témoin oculaire, a déclaré à Arutz Sheva »,« je me tenais à la jonction de Kedumim face à la gare d'auto-stop. J'ai vu un homme debout et une personne dans un  véhicule blanc, une Hyundai Getz, lui demander son chemin vers Sichem. Il a souligné en ligne droite. J'ai entendu un coup de feu, puis le véhicule a démarré. Il a sauté dans ma direction. J'ai vu qu'il avait été touché dans les jambes. J'ai enlevé ma chemise et appliqué un garrot . "

Il y a eu une recrudescence des attaques terroristes en Judée et Samarie, ces dernières semaines. La plupart des attaques étaient sous la forme d'embuscade de jets de pierres.

Depuis le Week End dernier, un bébé de deux ans, Adelle Biton, se bat pour la vie après une telle embuscade qui a causé l'accident de la voiture conduite par sa mère.

Des Milices Islamistes se substituent à la Police en Egypte

L'islamisation chaotique se poursuit, furtive, avec des faits sur le terrain et des dénégations des officiels.
Le Figaro nous apprend que des milices islamistes autogérées se substituent à la police (en grève) en s'appuyant sur le code pénal et sur l'avis du Procureur Général du Caire...
...Combien sont-ils? Nul ne le sait, mais leur percée est source d'inquiétude en Égypte. Voilà plusieurs jours que la presse locale évoque l'existence de ces nouveaux miliciens islamistes qui menacent de faire la loi pour répondre au vide sécuritaire provoqué par la récente grève des policiers. Sur une vidéo qui circule sur YouTube, on les voit parader à moto dans les rues d'Assiout, en Haute-Égypte. 
La voici, ils sont nombreux : 

...L'organisation à l'origine de ces comités populaires religieux n'est autre que la Jamaa Islamiya, un ex-groupe djihadiste converti à la politique depuis la chute de Moubarak et l'élection d'un islamiste à la présidence.

dimanche 17 mars 2013

Juriste de l'université libanaise: les juifs riches ont organisé la prétendue "Shoah"


Ci-dessous quelques extraits de déclarations de Hassan Jouni, professeur de droit international à l'Université libanaise, émises dans une émission diffusée sur Al-Manar le 17 février 2013.


Hassan JouniLes sionistes ont conclu un accord avec Hitler. Pour sûr, ils l’ont aidé à accéder au pouvoir, et suivant l'accord, les Juifs riches, instruits, se sont rassemblés [pour quitter l'Allemagne] et, en contrepartie, les Juifs pauvres, les gens de gauche, les communistes, et ainsi de suite, ont été exécutés.

C'étaient les pauvres parmi les Juifs, qui sont entrés dans ce prétendu « Holocauste » [NDLR:  l'équivalent anglais de la Shoah], en particulier les gauchistes et les communistes, qui rejetaient l'idéologie nazie.

[...]                                                          



samedi 16 mars 2013

Egypte: si le chaos persiste l'armée reprendra le pouvoir

L'armée égyptienne , ou du moins une partie , relance l'idée d'une reprise du pouvoir du pays:

Jeune Afrique :
Des centaines d'Égyptiens ont manifesté vendredi au Caire leur soutien à un retour de l'armée au pouvoir dans un pays qui n'est toujours pas sorti d'une transition politique chaotique émaillée de violences, deux ans après la chute de Hosni Moubarak.
La manifestation a eu lieu dans l'est du Caire à l'appel d'un collectif de militaires à la retraite et de groupes opposés aux Frères musulmans, dont est issu le président Mohamed Morsi, selon un photographe de l'AFP.
Les manifestants ont notamment scandé des slogans appelant l'armée à "ne pas les abandonner", brandissant des portraits du ministre de la Défense, le général Abdel Fattah al-Sissi. D'autres criaient "l'armée doit revenir" (au pouvoir) ou "A bas le pouvoir du guide", en référence à Mohammed Badie, guide suprême des Frères musulmans. Des manifestations de soutien à l'armée ont également été organisées à Damiette, dans le nord du pays, selon le site internet du journal Al-Ahram.

Après une vague de troubles fin janvier, l'armée avait mis en garde contre un "effondrement de l'Etat" appelant "toutes les forces politiques" à trouver une issue aux "problèmes politiques, économiques, sociaux et de sécurité" au pays.
Il ne faut pas oublier que l'armée s'interpose depuis plus d'une semaine entre les manifestants et la police suite à l'insurrection à Port Saïd. L'armée, ses chefs, ses généraux, son état major, défient de fait les frères musulmans en ne les soutenant pas.
 

vendredi 15 mars 2013

L'Iran achète l'indulgence des universtaires américains

Les universitaires ne sont pas incorruptibles. Des régimes totalitaires, dictatoriaux, autocratiques ou théocratiques  achètent une attitude indulgente ou favorable des élites universitaires du Monde Libre - la vénalité n'a pas de frontières - la même chose se produit en France, Allemagne, Grande Bretagne etc..
Ici , il s'agit de l'Iran aux USA et au Canada.

Suite à l'audition de Chuck Hagel, pour le poste de secretaire d'Etat à la defense,  par le Senat des USA , Stephen Schwartz rappelle que la Republique Islamique d'Iran finance un lobby pro-iranien dans les universités Nord-Américaines. L'université Harvard a réçu en 9 ans 345 000$ de la fondation Alavi...
Alavi est sous le coup d'une enquête féderale pour avoir  caché ses liens avec la banque publique iranienne Melli. Hagel a participé à une confèrence financée par Alavi en 2007.

Iran Focus a publié en 2010 ces chiffres basés sur les déclarations obligatoires auprés des impôts américains (IRS) :

Total des sommes versées sur 9 ans  (200 / 2008) : 3.110.000 $ selon les documents déposés auprès de l'IRS.
2008 :
Université Columbia : 50.000
Harvard Seminary : 17.500
Université Harvard : 41.000
Université Kutztown : 4000
Université McGill : 40.000
Fondation de l'Université d'Etat de Portland : 16.750
L'Université du Sacré C'ur : 5000
Université de l'Etat à San Diego : 40.000
Université d'Alberta : 5000
Université de Michigan : 16.000

2007 :Université Carleton : 10.000
Catholic University of America : 45.000
Université Columbia: 100.000
Faculté de Droit de Harvard: 17.,000
Université Harvard : 41.000
Hunter College : 6.000
Université Kutztown : 5.000
Lake Forest College : 20.000
Université McGill : 80.000
Fondation de l’Université d’Etat de Portland : 32.500
Université Rutgers : 72.500
Sacred Heart University : 39.000
Université d’Etat à San Diego : 48.000
Le City College de New York : 1000
Université de Californie, Berkely : 30.000
Université de Californie, Los Angeles : 10.000
Université de Maryland : 50.000
2006 :
Université Binghamton : 7500
Catholic University of America : 60.000
City of Knowledge (Islamic Schools) [Cité des Savoirs (écoles islamiques)]: 50,000
City University of New York (Université de la Ville de New York): 1,000
Université Columbia : 20.000
Université Harvard :  36.000
Hunter College : 6000
Université Kuntztown :3000
Université de New York: 350
Université d'Etat de Portland : 20.000
Université Rutgers : 40.500
Sacred Heart University : 60.000
Université d'Etat d'Ohio : 3.000
Université de Michigan : 16.000
Université de Pennsylvanie : 5.000
University of Southern California (Université de la Californie du sud) : 3.000
2005 :
Université Binghamton : 5.000
Université d'Etat de Californie, Los Angeles : 2.000
Catholic University of America : 75.000
City of Knowledge (Cité des Savoirs) : 30.000
Université Harvard: 36.000
Hunter College: 6.000
Université McGill: 30.000
Fondation de l'Université d'Etat de Portland : 47.500
Fondation Rutgers : 75.000
Université Rutgers : 163.600
Sacred Heart University : 10.000
Université de Pennsylvanie : 40.000
University of Southern California : 10.000
2004:
Catholic University of America: 75.000
City of Knowledge: 20.000
Université Columbia: 50.000
Université d'Etat de Géorgie: 13.000
Université Harvard : 41.000
Hunter College : 14.000
Université d'Etat de Portland : 18.000
Université Rutgers : 137.500
Sacred Heart University : 3000
Université d'Etat à San Diego: 3000
Université d'Alberta : 5000
Université de Californie, Berkeley : 30.000
Université de Californie, Los Angeles : 10.000
2003 :
Bard College : 3.000
Université d'Etat de Californie, Fullerton : 3000
Catholic University of America : 45.000
City of Knowledge : 48.750
Université d'Etat de Géorgie: 16.000
Université Harvard: 30.000
Hunter College : 2500
Université Rutgers : 81.000
L'Université d'Arizona : 22.000
Université d'Akron : 3000
Université de Californie, Berkeley : 13.000
Université de Pennsylvanie : 25.000
Université d'Utah : 5.000
Université de Virginie : 25.000
Université de Wisconsin : 6.000
2002 :
Brigham Young University : 3.000
Catholic University of America : 75.000
City of Knowledge: 29.250
Drew University: 3.000
Université Harvard: 54.000
Hunter College: 5.000
Université McGill: 12.000
Université Rutgers: 75.000
Université d'Arizona: 15.000
Université de Michigan : 32.000
Université d'Utah : 3.000
Université de Virginie : 6.000
Université de Wisconsin, Madison : 19.500
2001 :
Université Binghamton : 3.000
City of Knowledge : 20.000
Université Harvard: 23.500
Hunter College: 5.000
Université Rutgers: 30.000
L'Université d'Arizona: 35.000
Université de Texas : 10.000
Université d'Utah : 5000
Université de Virginie : 15.000
Université McGill : 24.000
Université d'Alberta : 5000
2000 :
Université Columbia : 32.000
Université Harvard : 23.500
Université d'Etat d'Ohio : 20.000
Université d'Arizona : 51.800
Université d'Utah : 3000
Université de Virginie : 21.000

UN Watch obtient deux revirements de l'ONU

UN Watch :

 

11 mars 2013

Rares moments de justice avec deux revirements des Nations unies : condamnation de la Turquie et honte au Soudan


Un poste humanitaire de l'ONU retiré au Soudan

Suite à une campagne de pressions menée par UN Watch avec la star de cinéma Mia Farrow, les démocraties occidentales se sont finalement prononcées contre le rôle croissant du Soudan, dont le dirigeant Omar Al-Bashir est recherché par la Cour Pénale Internationale pour crime de génocide, au sein du Conseil économique et social de l'ONU, un organisme de premier plan en matière de droits de l'homme. Le résultat a été que la nomination du Soudan à la présidence du département des affaires humanitaires de l'ECOSOC a été écartée. Ce qui a été le premier revers pour le Soudan depuis de nombreux mois : en novembre, il avait été élu membre du Conseil économique et social avec l'appui de dix États de l'UE, au moins, en janvier, il avait été nommé vice-président.