Rechercher dans ce blog

vendredi 31 août 2012

A Téhéran, Ban Ki Moon a critiqué sévèrement l'Iran. L'Egypte a condamné la Syrie


Le Parisien relate les interventions du secrétaire général de l'ONU et du Président islamiste de l'Egypte Mohamed Morsi.

M Ban Ki Moon a tenu parole et a critiqué, en public et sévèrement, l'Iran. Quand à lui, Monsieur Mohamad Morsi a défie l'Iran pour la place, actuellement vacante, de leader du monde musulman en traitant le régime syrien , vassal de l'Iran, de "oppressif".

 La délégation syrienne présente à Téhéran pour le sommet des pays Non-Alignés a quitté jeudi cette assemblée pendant le discours du président égyptien Mohamed Morsi qui a qualifié d'"oppressif" le régime syrien, a rapporté l'agence officielle égyptienne.
"La délégation syrienne s'est retirée quand le président Morsi a commencé à discuter du dossier syrien", a rapporté l'agence MENA. 
 ...
M. Morsi a déclaré devant l'assemblée des Non-Alignés: "la révolution en Egypte était un pilier du printemps arabe, elle a commencé quelques jours après la Tunisie, a été suivie par la Libye et le Yémen et aujourd'hui la révolution en Syrie (vise) le régime oppressif" de ce pays.
 ...
Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon pour sa part a critiqué l'Iran pour son rejet des résolutions de l'ONU sur son programme nucléaire et ses menaces de destruction d'Israel, lors d'un discours à l'ouverture du 16eme sommet des pays Non-Alignés à Téhéran :
 ...
"Dans l'intérêt de la paix et de la sécurité dans la région et dans le monde, je demande instamment au gouvernement iranien de prendre les mesures nécessaires pour rétablir la confiance internationale concernant le caractère exclusivement pacifique de son programme nucléaire"
 ...
"Je rejette fermement toute menace d'un Etat membre (de l'ONU) d'en détruire un autre, ou les commentaires outrageants niant des faits historiques comme l'Holocauste"
 ...
"Affirmer qu'un autre Etat membre de l'ONU n'a pas le droit d'exister ou le décrire en des termes racistes est non seulement totalement mal mais menace également les principes mêmes (de l'ONU) que nous nous sommes tous engagés à défendre"

Il y a plus de 600 millionnaires à Gaza

JSS a adapté un article du journaliste israélien Khaled Abou Toameh , lui même est parti d'un article d'un journal Saoudien cité par l'agence palestinienne MAAN. Le journal conclut qu'il y a plus de 600 millionnaires à Gaza qui profitent de l'argent de l'aide internationale.

En aparté il s'agit de l'argent des USA et de l'Europe, les pays arabes n'y contribuant que très peu , voici la liste des contributeurs à l'aide internationale (chiffres de 2009) :

USA                         4,6 Milliards 
Union Européene       1,6 Milliards
Grande Bretagne        1Milliard

Allemagne                  727 Millions
Espagne                     632 Millions
Suede                         573 Millions
Pays Bas                    508 Millions
France                       406 Millions
Canada                      396 Millions
Norvège                     375 Millions
En 2010 l'Autorité palestinienne a reçu 2,5 Milliards de $ en 2010 , plus de 40% vont à Gaza.
fin de l'aparté

Il y a environ 400 tunnels clandestins à Gaza. Chaque jour, un tunnel voit transiter des  marchandises d'une valeur de  80 000 à 150 000$.

L'ironie est que bien qu'il s'agisse de contrebande, le gouvernement Hamas de Gaza taxe et les marchandises et les tunnels qui sont soumis à autorisation administrative!

Les biens de consommation courante comme l'essence ou la farine sont trés subventionnés en Egypte où énormément de gens vivent avec moins de 2$ par jour. L'essence y est vendue à 8cents le litre, largement en dessous du prix coûtant. C'est pour cela que le Hamas préfère acheter de l'essence subventionnée égyptienne plutôt que de l'essence au prix normal d’Israël.

"...le Hamas a imposé une taxe de 25% et une taxe de 2000 $ sur chaque voiture qui passe en contrebande dans la bande de Gaza. Le Hamas prend également 15$ dollars par tonne de ciment, 8 centimes de dollars par paquet de cigarettes et 50 cents par litre de carburant de contrebande."

500 000 litres de carburant passent par jour par les tunnels, rapportant 50cents par litre, faites le calcul...

jeudi 30 août 2012

Tunisie : 50 salafistes agressent un élu français. Son épouse et sa fille n'étaient pas voilées

FR3

Jamel Gharbi, âgé de 62 ans, élu régional PS dans la Sarthe depuis 2010 et chargé de mission à la ville du Mans, se promenait en compagnie de sa femme et de sa fille de 12 ans dans le quartier du port de Bizerte, ville dont il est originaire, dans la soirée de jeudi, quand il a été violemment pris à partie.

"Nous avons croisé un groupe d'une cinquantaine de salafistes qui nous ont agressés verbalement en raison de nos vêtements d'été, qui n'avaient pourtant rien de choquant", a-t-il déclaré.
Après avoir crié à ses proches de s'enfuir, il a vu les agresseurs se ruer sur lui et le "frapper à coups de matraques et de gourdins", a-t-il indiqué. "Personne ne m'a secouru. Je n'ai dû mon salut qu'au fait que j'ai réussi à m'enfuir. Si j'étais tombé à terre, ils m'auraient lynché".

L'agression s'est déroulée le 16 août, en marge de la soirée de clôture du festival de Bizerte qui avait été ciblée, selon le ministère de l'Intérieur tunisien, par "environ 200 personnes affiliées au courant salafiste" et armées, selon des témoins, de sabres et de bâtons. Cinq autres blessés ont été recensés.
Victime de nombreuses contusions et choqué, ainsi que ses proches, M. Gharbi, qui s'est vu prescrire 15 jours d'ITT (incapacité totale de travail), est rentré en urgence en France avec sa famille, après avoir porté plainte et avoir été pris en charge par l'ambassade de France.

mercredi 29 août 2012

Un Cheikh tunisien : "la polygamie protège du cancer du col de l'utérus"

Radio tunisienne Shemsfm ( où les arabophones pourront écouter le podcast) et business news

Adel Almi- business news
Adel Almi, président de "l'Association centriste de sensibilisation et de réforme" s’est exprimé aujourd’hui mercredi 29 août 2012 sur les ondes de Shems FM à propos de la polygamie.
Il a affirmé que la polygamie est une "revendication populaire", car disait-il, cela résout pas mal de problèmes sociaux et sanitaires. Il a également affirmé qu’en côtoyant les masses populaires, les citoyens, hommes et femmes également, manifestent leur volonté de revenir vers la polygamie. « Il faut rediscuter cette cause et laisser la justice trancher. Il s’agit d’une loi divine, donc forcément qui préserve un intérêt commun légitime.», a-t-il ajouté.

Tout en affirmant se baser sur des dossiers, études et recherches sérieuses, M. Almi a cité l'exemple de certaines maladies de la femme qui ne peuvent être évitées que grâce à la polygamie.
M. Almi a cité le cas de "l’utérus qui, scientifiquement parlant, n’est purifié qu’au bout de 130 jours d’abstinence sexuelle, sinon la femme risque d’avoir un cancer du col de l’utérus. C’est pourquoi, la polygamie peut la protéger contre cette maladie puisque l’époux peut lui accorder un « congé » en allant vers les autres épouses. Il s’agit là de vérités scientifiques !
Et puis, la femme mariée ne doit pas être égoïste et se dire "tant pis" pour celles qui ne trouvent pas de maris ! ». Il a conclu par dire : «On ne peut interdire ce que Dieu a permis !».

Iran : 716 filles de moins de 10 ans mariées en 2011

Farshid Yazdani, membre de l'Association pour la Défense des Droits de l'Enfant, a alerté sur l'augmentation du taux du mariage des filles de moins de 10 ans en Iran. Il a déclaré qu'en 2009, 449 filles de moins de 10 ans étaient mariées. Leur nombre est passé à 716 cas en 2011.
Yazdani a ajouté que le nombre de mariages pour les filles de moins de 15 ans a augmenté, passant de 33 383 en 2006 à 35 931 en 2007, 37 996 en 2008 et 43 459 l'année dernière (les dates sont approximatives, car les statistiques sont faites en fonction du calendrier Iranien).
Selon Yazdani, le taux de mariage des filles de moins de 15 ans a augmenté de 45% par rapport aux mariages en autres tranches d'âge. Il a ajouté que ces chiffres sont basés sur les statistiques publiées par le Bureau des Statistiques de l'Iran, et ils devraient déclencher des alarmes pour les activistes sociaux et les décideurs politiques.

Traduction par Siavosh Jalili pour Persian2English
Persique Source: ISNA , site d'info des étudiants iraniens.

Le site femmes iraniennes précise que 85% des filles mineures sont mariées à des majeurs...
La revue « Sociologie en Iran » a consacré un rapport sur le phénomène « des enfants époux » en Iran d’aujourd’hui et écrit : le nombre « des enfants mères » étant 6,5 fois plus élevé que « les enfants pères » démontre que 85% des filles de 10 à 18 ans sont mariées avec des hommes de plus de 18 ans. 25 000 enfants parmi les 848 000 enfants mariés ont divorcés avant 18 ans et près de 12 000 ont perdu leurs conjoints…


Maroc, il mange en public pendant le Ramadan : trois mois ferme



AFP Un jeune marocain a été condamné à trois mois de prison ferme pour avoir rompu publiquement le jeûne pendant le mois de ramadan à Rabat, a indiqué mardi une source judiciaire.

"Ce jeune a été arrêté par la police alors qu'il était en train de manger publiquement dans la médina de Rabat. Le verdict a été rendu vendredi", selon la même source.

L'article 222 du code pénal marocain punit la rupture publique du jeûne pendant le mois de ramadan d'une peine pouvant aller jusqu'à six mois ferme.

"Au cours de son interrogatoire, il a affirmé qu'il avait accompli cet acte par conviction et que cela faisait partie de sa liberté individuelle", a indiqué Abdelhamid Amine, vice-président de l'Association marocaine des droits de l'Homme (AMDH), joint par téléphone.

Le condamné a la possibilité de faire appel de ce jugement.

Des jeunes marocains ont créé récemment sur Facebook un groupe appelé "Masayminch" ("nous ne jeûnons pas" en arabe dialectal) pour "défendre le droit de ne pas jeûner pour les non-croyants".


mardi 28 août 2012

L'écrivain décoré franco-syrien, Adnan Azzam : les sionistes étaient derrière la révolution française, ils fomentent le conflit en Syrie

MEMRI a capté cette interview d'Adnan Azzam, un écrivain franco-syrien, interview où il explique que les juifs (alias "sionistes") :
- dominent les médias grâce à l'argent
- nous font croire que le conflit syrien est une affaire interne alors que c'est faux.
- ont comploté depuis la révolution française qu'ils ont manipulée pour décapiter Louis XVI
- ont payé Napoléon pour qu'il aille à la conquête de l'Égypte et de la Palestine dans le but de fonder leur pays.
- sont derrière la guerre en Syrie dans le but de devenir une superpuissance

Il est Chevalier de l’Ordre National du Mérite...



(…) Grâce à toutes ces chaînes de télévision et tout cet argent, ils essaient de montrer au monde qu’il s’agit d’un conflit interne syrien – les groupes syriens demandent la liberté et des réformes face à une armée syrienne qui attaque férocement, tue et détruit tout sur son passage.
Ce qui se passe, en fait, est complètement différent. La bataille historique d’Israël était un combat universel, depuis la fondation du mouvement sioniste, depuis son ingérence dans les affaires mondiales – en d’autres termes, depuis qu’ils ont changé le cours de la Révolution française, en transformant une révolution réformiste en un mouvement sioniste, et en décapitant le roi de France en 24 heures sans procès. 
Ça continue toujours ; depuis qu’ils ont contacté Napoléon, ce jeune corse, et qu'ils lui ont dit, alors qu’il était encore au collège militaire :  « nous rendrons la Corse à l’Italie, et la Corse sera à nouveau indépendante ». Ils ont conclu un marché avec lui et l’ont recruté dans le mouvement sioniste. Ils lui ont versé de l’argent et envoyé en Égypte, pour jeter les bases de l’État de Palestine.
Ce qui se passe aujourd’hui en Syrie n’est pas un phénomène nouveau. Il s’agit du mouvement  sioniste croissant qui vise à devenir une superpuissance, nous sommes tombés dans ce stratagème, nous faisant croire que c'est un conflit interne - ce qu'il n'est pas.

Un Égyptien déchire le Coran devant la caméra

Scène d'un véritable printemps arabe : un ex-musulman égyptien déchire le Coran et le jette à la poubelle.


Traduit de l'arabe par Nonie Darwish, une journaliste, écrivaine et conférencière arabo-américaine née au Caire en 1948.

Elle est aussi fondatrice de l'association "Des Arabes pour Israël". Elle appartient au collectif "Des femmes contre l’islam" aux côtés de Ayaan Hirsi Ali, Wafa Sultan, Brigitte Gabriel, Mina Ahadi, Chahdortt Djavann, Irshad Manji, Necla Kelek, Taslima Nasreen et Nyamko Sabuni.




"Le voici, le livre d'Allah, l'origine du désastre. Je ne sais quel jour on est, de ce dégoûtant mois de Ramadan ! Vous faites de la déchirure du Coran un acte fort et dangereux... C'est instinctif pour moi de déchirer ce livre, ces fils de p--es pensent qu'ils peuvent me menacer et me défier de déchirer le Coran, mais je veux leur prouver qu'ils ne sont rien et que ce n'est pas une grosse affaire que de déchirer ce livre !!!

Il est là (il commence à déchirer le Coran) dans la corbeille.
Vous vous sentez mieux maintenant ?
Vous ne pouvez pas toucher à un cheveu de ma tête !
Nous ne cessons de blâmer le Hamas et Gaza, mais ce n'est pas eux, c'est ce fils de p--e de livre que je quitte en ce moment.
Ce livre est la source de tout mal et de la véritable catastrophe.

 Il n'y a rien de nouveau ici, ce n'est pas Omar Abdel Rahman, Abbud ou tous les autres, c'est cette ordure  qui nous oblige à courir dans un cercle démoniaque qui ne finira jamais."

200 000 palestiniens visitent Israël - le Hamas et le Fatah désapprouvent

Gatestone Institute a publié un article de Khaled Abu Toameh sur le mépris des dirigeants palestiniens pour les conditions de vie de leur peuple. Il donne comme exemple la liberté d'entrer en Israël donnée à 200 000 Palestiniens à l'occasion de la fin du Ramadan qui en ont bien profité pour se détendre. L'Autorité Palestinienne a désapprouvé ce geste de bonne volonté pour les motifs suivants :
- cela nuit à l'économie palestinienne
- c'est un complot pour saper le gouvernement palestinien
- il s'agit d'une normalisation des relations avec "  l'entité sioniste " ce qui est un péché et un crime.


L'article a été traduit in extenso par Danilette. En voici des extraits :
Pendant des années, l’Autorité Palestinienne a exigé qu’Israël lève les restrictions imposées sur les Palestiniens de Cisjordanie, mais maintenant alors qu’Israël a autorisé des dizaines de milliers de musulmans à visiter ses plages et ses centres commerciaux, Israël est dénoncé. Ce qui est clair, c’est que ni l’Autorité Palestinienne ni le Hamas ne veulent voir les Palestiniens vivre une vie agréable. Améliorer les conditions de vie des Palestiniens ne les intéresse pas. Ils préfèrent voir les Palestiniens diriger leur colère et leur frustration seulement contre Israël.

Des centaines de milliers de musulmans de Cisjordanie sont entrés à Jérusalem pour la prière du vendredi à la mosquée Al Aqsa sans permis.

De nombreux Palestiniens, en particulier les commerçants de la ville, ont salué la décision israélienne, soulignant qu'elle a stimulé l’économie locale.

Puis, dans un mouvement qui a irrité le Hamas, l’Autorité Palestinienne et d’autres Palestiniens, les autorités israéliennes ont franchi un pas de plus en permettant à des dizaines de milliers de Palestiniens de Cisjordanie d’entrer dans le reste d’Israël.

Pour la première fois depuis de nombreuses années, dans des scènes qui rappellent le bon vieux temps, avant le processus de paix, quand les Palestiniens pouvaient entrer librement en Israël, les plages de Tel-Aviv et Jaffa était remplie de musulmans palestiniens qui ont également convergé vers les centres commerciaux et les parcs aquatiques des différentes parties du pays.
...

L’Autorité Palestinienne, quant à elle, accuse maintenant Israël de chercher à nuire à l’économie palestinienne en ouvrant ses portes aux vacanciers et acheteurs palestiniens.

Certains Officiels palestiniens à Ramallah parlent même d’une conspiration israélienne pour saper l’Autorité Palestinienne. D’autres responsables sont opposés à la nouvelle politique israélienne parce qu’ils pensent qu’elle vise à promouvoir la normalisation avec Israël – considérée par la direction de l’Autorité Palestinienne comme un crime.



Traduit par Danilette
 qui a trouvé des photos des palestiniens visitant Israël et ses plages:

L'ONU participe au sommet-propagande des non-alignés à Téhéran


Ban Ki-Moon à Téhéran : le mauvais signal, au mauvais moment

L'ONU confirme que Ban Ki-Moon part à Téhéran
www.unwatch.org, en anglais
 
UN Watch blâme le secrétaire-général de l'ONU  qui envoie "un mauvais signal au mauvais moment"


Genève, 22 août – Les militants des droits de l’homme blâment Ban ki-moon, le chef de l’ONU, qui a annoncé sa participation au sommet des 120 membres du Mouvement des Non-alignés à Téhéran « le jour même où le Conseil de Sécurité auditionnait un rapport de haut niveau sur l’aide iranienne au régime syrien dans l’assassinat de son propre peuple  en violation de la résolution 1747 adoptée sous la plus haute autorité de l’organisation, le chapitre 7 ». [résolution contraignante]


« En allant à un sommet de propagande à Téhéran, le Secrétaire Général de l’ONU abdique sa responsabilité morale à un moment crucial et envoie inévitablement le mauvais signal », a déclaré Hillel Neuer, Directeur exécutif de UN Watch, une organisation des droits de l’homme indépendante qui a permis à Ahmad Batebi, Mohammed Mostafaei, Naznanin Afshin-Jam et d’autres dissidents iraniens importants d’apporter leurs témoignages devant l’ONU.

Le porte-parole de M. Ban a invoqué aujourd’hui des soi-disant responsabilités diplomatiques. Mais l’argument diplomatique ne peut pas masquer le manque de décence. M. Ban, en fait, n’a aucune obligation de se rendre à Téhéran en ce moment – et certainement pas quand les Mollahs transmettent des armes, des fonds et des renseignements militaires aux forces d’Assad qui bombardent des femmes et des enfants innocents à Hama, Alep et Damas ravageant des millions de vies ».

« L’Iran pratique le terrorisme international, asservit les femmes, persécute les minorités, viole les dissidents, truque les élections, nie l’Holocauste, et ne respecte pas les résolutions de l’ONU pour stopper son programme illégal d’armes nucléaires. La visite de M. Ban, très néfaste, apporte une légitimité et des arguments de propagande aux forces de répression à Téhéran et à leur allié chef à Damas ».

En outre, UN Watch a également révélé comment le fait que l’Iran soit l’hôte de la conférence aura des conséquences majeures au sein des instances de l’ONU.

Conformément à la pratique du groupe, en tant qu’hôte du dernier Sommet des Non-alignés, le 16ème en 50 ans, l’Iran devient automatiquement le président du groupe et son représentant à l’ONU pour les trois prochaines années.
« Désormais nous allons voir l’Iran prendre la parole au Conseil des Droits de l’homme et dans d’autres instances supérieures de l’ONU, s’exprimant au nom des 120 états membres. C’est révoltant : un régime qui bafoue les droits fondamentaux des femmes, des minorités religieuses et des homosexuels va devenir une voix dominante dans les débats pour la protection de ceux-ci et autres victimes », déclare Neuer.
« Maintenant qu’il est déjà en route pour Téhéran, nous exhortons M. Ban à emporter au moins avec lui la dernière résolution de l’Assemblée Générale de l’ONU détaillant les violations massives des droits de l’homme en Iran, le rapport du rapporteur spécial sur l’Iran au Conseil des Droits de l’homme qui fournit de la documentation sur le modèle choc de violations des droits fondamentaux garantis par la loi internationale et les 6 résolutions du Conseil de Sécurité sur le programme nucléaire iranien illégal ».

« Le bureau de M. Ban a fait savoir aujourd’hui que celui-ci ferait clairement savoir aux dirigeants iraniens ce que le monde attend de Téhéran. Si c’est le cas, alors nous lui demandons de présenter officiellement les positions critiques de l’ONU au Président iranien Ahmadinejad et de les citer dans son discours au sommet ».

Jérusalem : des musulmans attaquent des chrétiens, l'épiscopat minimise l'affaire


Danilette nous alerte sur l'agression de chrétiens de Jérusalem par des VOISINS MUSULMANS (extraits) :

...une cinquantaine de garçons a attaqué le complexe résidentiel où vivent 79 familles qui fait partie d'un projet des Franciscains de Terre Sainte.

A la suite d'une rixe entre des jeunes chrétiens et des voisins, ceux-ci ont appelé leurs amis et ils ont tous attaqué le complexe, en criant, jetant des pierres, brisant les voitures et les fenêtres des maisons. Un certain nombre de résidents a été blessé et l'un d'entre eux a dû être hospitalisé pour être soigné. «Ils agissent ainsi parce qu'ils savent que nous ne répondons pas à la violence», s'insurge David Josef, père de cinq enfants, qui a souligné : "C'est la troisième fois que cela se produit en deux ans ..."
"L'importance des relations de bon voisinage entre les habitants de l'immeuble d'habitation et  leurs voisins musulmans a été soulignée. Laurent Charnin"

Le patriarcat Latin a protesté en parlant de "quelques voisins mal éduqués".
Dhimmitude quand tu nous tiens...

vendredi 24 août 2012

Mohamed Morsi ordonne la libération d'Islam Afifi


Le président égyptien Mohamed Morsi a ordonné jeudi la libération d'Islam Afifi placé en détention préventive plus tôt dans la journée à l'ouverture de son procès, une mesure qui avait provoqué un tollé.
Islam Afifi est poursuivi pour publication d'informations mensongères et incitation à la déstabilisation du pays, et son procès est le premier à se tenir contre un journaliste depuis la chute de Hosni Moubarak en février 2011.
La présidence égyptienne a toutefois annoncé en début de soirée que M. Morsi avait, par décret-loi, décidé d'abroger les dispositions pénales permettant la détention préventive durant un procès pour les délits de presse.
Le journaliste a  pu quitter la prison de Tora, dans la banlieue sud du Caire, pour rentrer chez lui, a indiqué à l'AFP une source au sein des services de sécurité.
Yasser Ali, le porte-parole de la présidence, a déclaré que c'était la première fois que M. Morsi publiait un décret ayant valeur de loi. Le président islamiste s'est attribué mi-août le pouvoir législatif après l'avoir retiré au haut conseil militaire qui l'exerçait depuis la dissolution de l'Assemblée en juin.

jeudi 23 août 2012

Égypte : un journaliste en détention

AFP

Le rédacteur en chef du quotidien indépendant Al-Dostour, Islam Afifi, a été mis en détention préventive jeudi à l'ouverture de son procès pour incitation au "chaos" en Égypte. Il était poursuivi pour publication d'informations mensongères et incitation à la déstabilisation du pays.

Le juge du tribunal pénal de Guizeh, au Caire, a décidé de le garder en détention jusqu'à la prochaine audience prévue pour le 16 septembre prochain.


Financé par des fonds privés, Al-Dostour est plus critique à l'égard du pouvoir que les médias d'État, dont les dirigeants ont été remplacés après la prise de fonction du président Morsi le 30 juin.


Premier procès d'un journaliste égyptien depuis la chute de l'ancien président Hosni Moubarak 

Interrogé par l'AFP avant l'annonce de sa mise en détention, M. Afifi a dénoncé un procès "politique", affirmant que les plaintes déposées contre lui étaient le fait de "personnes qui ont des motivations politiques".
"Ce procès sera un véritable test pour l'une des demandes essentielles de la révolution égyptienne, qui est la liberté d'expression", a-t-il ajouté.

Le Syndicat des journalistes égyptiens a indiqué avoir engagé des contacts pour obtenir la libération de M. Afifi. L'Organisation égyptienne des droits de l'Homme a également demandé la libération du journaliste, affirmant, que le procès était à "contre-courant de la situation nouvelle de l'Égypte, qui a un président élu et où on s'engage à respecter les libertés publiques".



Le journaliste égyptien, Islam Afifi, dans le tribunal du Caire, au premier jour de son procès, le 23 août 2012 (AFP, Ahmed Mahmud)

Méfiance entre presse privée et Frères musulmans

Selon l'acte d'accusation, le journaliste est poursuivi pour des articles affirmant que l'élection du président Morsi a été falsifiée ou que des terrains de la péninsule du Sinaï avaient été vendus aux Palestiniens.

Les poursuites pour incitation au "chaos" et diffusion de "fausses nouvelles de nature à troubler l'ordre public" contre M. Afifi ont été annoncées le 16 août en même temps que celles contre le présentateur de télévision Tewfik Okacha qui est accusé d'"incitation au meurtre" du président Morsi.

M. Okacha dirige la chaîne de télévision privée Al-Faraïn (Les Pharaons) qui diffuse un programme très hostile à M. Morsi et aux Frères musulmans dont il est issu. Il a été interdit de quitter le territoire de même que M. Afifi.

M. Morsi avait fait le ménage dans la presse gouvernementale en faisant nommer par la chambre haute, dominée par les Frères musulmans, de nouveaux rédacteurs en chef à la tête des médias d'Etat, qui lui étaient très hostiles.

Les rapports entre les Frères musulmans et la presse privée sont marqués par la méfiance, sur fond de soupçons d'une volonté de la confrérie de mettre au pas les journalistes qui lui sont opposés.

Le 9 août, plusieurs titres de la presse non-gouvernementale ont publié des encarts blancs à la place de leurs habituels éditoriaux pour dénoncer une volonté de contrôle des médias de la part des Frères musulmans.

A l'annonce de ces poursuites, le département d'État américain s'était dit "très inquiet" des restrictions à la liberté de la presse en Égypte.

mardi 21 août 2012

Irak : 409 morts et 975 blessés durant le ramadan


Ouest France

Les violences en Irak ont fait au moins 409 morts et 975 blessés au cours du mois de jeûne musulman du ramadan, selon un décompte effectué sur la base de sources sécuritaires et médicales.

L’Irak a connu deux journées particulièrement sanglantes : le 23 juillet, 113 personnes ont péri et 259 autres ont été blessées lors d’une série d’attaques qui ont touché tout le pays. Le 16 août, une nouvelle vague d’attaque a fait 82 morts et 270 blessés.

« Les terroristes sont plus enclins à mener (des attentats-suicide) pendant le ramadan car c’est une période de l’année pendant laquelle le martyr et le sacrifice ont une résonance particulière », explique John Drake, spécialiste de la sécurité au sein du groupe AKE.


vendredi 17 août 2012

Israël : "une tumeur cancéreuse"

Le Point

"Le régime sioniste est une tumeur cancéreuse (...) Les pays de la région vont en finir prochainement avec la présence des usurpateurs sionistes sur la terre de Palestine", a déclaré Mahmoud Ahmadinejad devant les manifestants réunis à l'université de Téhéran pour la prière collective à l'occasion de la Journée d'al-Qods (Jérusalem). Cette journée est organisée chaque année  le dernier vendredi  du mois de ramadan en solidarité avec les Palestiniens et contre Israël.

"Les sionistes partiront et la domination américaine sur le monde prendra fin", a-t-il ajouté alors que son discours était ponctué par des cris de "mort à Israël" et "mort à l'Amérique".


Mahmoud Ahmadinejad a également dénoncé une solution de deux Etats pour un règlement de paix entre Palestiniens et Israéliens : "Ils (Etats-Unis et leurs alliés) veulent jouer un scénario ... faire accepter la solution de deux Etats (... ) Même s'ils donnent 80% de la terre de Palestine aux Palestiniens et gardent 20% (pour les Israéliens), ce sera dangereux, ce sera réduire à néant des années de résistance".

Le guide suprême iranien l'ayatollah Ali Khamenei, avait affirmé mercredi qu'Israël, une "excroissance sioniste artificielle disparaîtra du paysage" de la région. 

D'autre part, la journée d'al-Qods a été marquée par des rassemblements à Beyrouth, à Gaza et dans les régions de l'est de l'Arabie saoudite, où vit une importante minorité chiite. 


Les propos d'Ahmadinejad sur Israël provoquent un tollé international

Les condamnations de son discours n'ont pas tardéà Washington, la Maison Blanche a qualifié ces déclarations de "choquantes" et "haineuses", tandis que Paris a dénoncé des propos outranciers et "totalement inacceptables". 


Israël se prépare à une guerre avec l'Iran

Les citoyens se bousculent dans les centres de distribution de masques à gaz et l'armée vérifie les abris antimissiles.

Les Israéliens commencent à croire que l'hypothèse de centaines de missiles ravageant leur pays, en représailles à une attaque contre des installations nucléaires iraniennes, ne relève plus de la politique-fiction. Mahmoud Ahmadinejad, le président iranien ne fait rien pour les rassurer : il a assimilé hier Israël  à une «tumeur cancéreuse».

Cette montée de tension se fait sentir dans les centres de distribution de masques à gaz, qui connaissent un afflux sans précédent depuis des années. Les appels téléphoniques aux centres de renseignements des municipalités pour localiser les abris publics se multiplient. Sur ce front, la mairie de Tel-Aviv, une cible privilégiée avec le quartier général de l'armée et le siège du ministère de la Défense, a annoncé que 60 parkings sous-terrains allaient être aménagés pour accueillir des centaines de milliers de personnes en cas de besoin.

À ce dispositif s'ajoute un réseau de 220 abris publics spécialement conçus pour résister à des missiles. Ils font actuellement l'objet de contrôles renforcés pour vérifier que l'isolation, les systèmes d'aération et de distribution d'eau fonctionneront le moment venu. 

À titre de précaution, l'arrière a également été mobilisé par l'armée, qui a testé pour la première fois cette semaine une procédure d'alerte aux missiles par l'envoi de SMS sur les téléphones portables. Cette opération a été menée région par région, afin que seuls les habitants des secteurs visés par une attaque se précipitent dans les abris, ce qui est censé éviter une paralysie de l'ensemble du pays.

Le Nouvel Observateur

Le Hezbollah menace Israël d'un véritable enfer

Le mouvement chiite libanais Hezbollah a déclaré vendredi être en possession de missiles de précision capables de tuer "des dizaines de milliers" d'Israéliens.


"Je dis aux Israéliens qu'il y a un nombre d'objectifs (...) qui peuvent être atteints avec des missiles de précision, que nous possédons", a déclaré le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah. "Si nous sommes obligés de protéger notre peuple et notre pays, nous n'hésiterons pas."

"Atteindre ces cibles avec un petit nombre de missiles va transformer en un véritable enfer la vie de plusieurs centaines de milliers de sionistes, et on peut parler de dizaines de milliers de morts", a-t-il ajouté.

Ces propos semblent constituer une menace voilée après que la presse israélienne et plusieurs responsables ont laissé entendre cette semaine qu'un raid de l'Etat hébreu contre les installations nucléaires iraniennes pourrait être mené avant l'élection présidentielle américaine du 6 novembre.

[...]

"Nous savons tous que la réponse de la République islamique (d'Iran) sera très importante et tonitruante", a affirmé Hassan Nasrallah, selon qui Israël n'a pas encore décidé d'attaquer Téhéran, car "l'Iran est fort et courageux".


jeudi 16 août 2012

Nucléaire iranien : viol de l'embargo

RFI


Les autorités allemandes ont annoncé ce mercredi 15 août l’interpellation dans différentes villes du pays de quatre suspects soupçonnés d'avoir livré à l'Iran du matériel servant à la construction d'un réacteur nucléaire.  

Des perquisitions ont été menées à leurs domiciles et dans leurs bureaux. Le matériel saisi était destiné officiellement à des sociétés implantées en Turquie et en Azerbaïdjan, permettant ainsi d'enfreindre  l’embargo sur les exportations vers l’Iran de biens pouvant être utilisés à des fins militaires. En effet, les vannes spéciales en provenance d’Allemagne pouvaient servir à la construction d’un réacteur nucléaire à eau lourde, selon le parquet fédéral de Karlsruhe.

Les suspects savaient, d’après le parquet fédéral, que derrière les destinataires du matériel se trouvaient des intermédiaires travaillant pour une entreprise iranienne chargée du programme nucléaire du régime de Téhéran. Les livraisons effectuées en 2010 et 2011 avaient une valeur de plusieurs millions d’euros.

samedi 11 août 2012

Syrie : la Turquie et les USA envisagent une zone d'exclusion aérienne

Reuters Après avoir rencontré son homologue turc, Ahmet Davutoglu, à Istanbul, la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a déclaré qu'Ankara et Washington devaient entrer dans le détail d'une planification opérationnelle sur les moyens de porter assistance aux insurgés qui se battent pour renverser le président Bachar al Assad.

Alors qu'on lui demandait si l'hypothèse de zone d'exclusion aérienne au-dessus du territoire syrien a été envisagée, elle a répondu par l'affirmative.
"Les problèmes que vous avez soulevés dans votre question sont exactement ceux dont le ministre et moi-même avons convenu qu'ils nécessitaient une analyse plus approfondie", a-t-elle ajouté, même si elle a précisé qu'aucune décision n'était nécessairement imminente.

Le Liban s’éloigne de la Syrie

AFP Le Point : Le patron de la sécurité syrienne, le général Ali Mamlouk, est soupçonné par la justice libanaise d'avoir préparé des attentats au Liban, un dossier dans lequel a été arrêté l'ex-ministre libanais Michel Samaha, proche de Damas, a affirmé samedi une source judiciaire.
Le général Mamlouk "est soupçonné de constitution d'un groupe en vue de provoquer des tueries interconfessionnelles et des actes terroristes par le moyen d'engins explosifs transportés et stockés par Michel Samaha", dont le placement en détention a été ordonné samedi par un juge d'instruction du tribunal militaire, a déclaré cette source.

Les camps de vacances du Hamas

Terrorism info via Dreuz.info




Comme chaque été, des colonies de vacances ont été organisées pour les enfants de la bande de Gaza. La plupart de ces camps ont été organisés par l’administration de facto du Hamas et le Jihad Islamique Palestinien et d’autres mouvements. Cette année, environ 100 000 enfants ont participé à ces colonies.



Le Hamas et les autres organisations terroristes de la bande de Gaza considèrent les colonies de vacances comme un vecteur important permettant d’inciter la prochaine génération d’activistes et de supporters et comme un moyen d’inculquer leurs valeurs idéologiques à la jeune génération. Les thèmes principaux inculqués sont l’islam radical, la « libération » de la Palestine et l’annihilation de l’État d’Israël, le jihad (la « culture de résistance »), le culte des chahids et d’autres thèmes tirés de l’idéologie et de la stratégie du Hamas dans le conflit palestino-israélien. Ces camps sont souvent visités par des responsables du Hamas et des autres organisations terroristes qui soutiennent l’inculcation de messages politiques et islamiques aux jeunes gens.



A notre connaissance, par opposition aux années précédentes, il n’y a eu cette année aucun camp organisé par l’UNRWA. Plus de 200 000 enfants ont participé aux colonies de l’UNRWA au cours des années précédentes (plus qu’aux camps du Hamas et des autres organisations terroristes réunis). Des sources de l’UNRWA ont déclaré que les camps ont été annulés à cause du déficit budgétaire de l’agence. Cependant, selon nous, il pourrait y avoir d’autres raisons, comme la rivalité entre le Hamas et l’UNRWA au sujet des camps, la critique du Hamas qui affirme que le programme d’études des camps de l’UNRWA « corrompt » la jeunesse gazaouite et les attaques d’éléments islamistes contre des camps de l’UNRWA.[1] En choisissant de ne pas organiser de colonies cette année, l’UNRWA a abandonné ce domaine aux organisations terroristes et islamiques radicales, particulièrement le Hamas.

Le 9 juin 2012, les colonies de vacances du Hamas ont ouvert avec environ 70 000 enfants inscrits. Le slogan de la plupart d’entre elles était « Tête haute », qui a accompagné les grèves de la faim des terroristes palestiniens détenus dans les prisons israéliennes. Selon le porte-parole du Hamas,Fawzi Barhoum, le slogan marque un de jalons dans la lutte pour la restauration des « droits des Palestiniens », le plus récent étant la grève de la faim des prisonniers palestiniens (Agence de presse Safa, 21 juin 2012). Azzam Wissam, le directeur des colonies du Hamas au Nord de la bande de Gaza, a déclaré que le slogan visait à souligner l’importance de la lutte concernant la question des détenus palestiniens en Israël.



Ci-après le détail des activités dans les colonies du Hamas :

a. Identification avec les prisonniers – Les enfants ont créé « une chaîne humaine » et ont monté des spectacles illustrant « les tortures » subies par les prisonniers.

b. Activités paramilitaires – Certains des camps ont proposé une formation paramilitaire, dans laquelle les enfants ont rampé sous du fil de fer barbelé et se sont entraînés à tirer. Dans certains cas, les enfants étaient revêtus d’uniformes.

c. Lavage de cerveau idéologique – Les enfants ont été endoctrinés avec l’idéologie de la « résistance » armée [cf., le terrorisme] contre Israël. Ils ont scandé des slogans tels « Une main tient un stylo et l’autre un fusil … » « … Une main étudie et l’autre lutte contre Israël … » (Filastin Al-’Aan, 12 juillet 2012).

d. Inculcation de l’Islam dans les camps d’apprentissage du Coran – Plusieurs milliers d’enfants ont participé aux camps d’apprentissage du Coran organisés sous l’égide du ministère des Affaires religieuses du Hamas et de l’association Dar al-Coran wal-Sunna. À l’occasion d’une cérémonie organisée à l’ouverture de ces camps, Ismail Haniya, le chef de l’administration de facto du Hamas, a offert 50 000 dollars pour le financement des activités, soulignant qu’il verserait un nouveau don pour « préparer l’armée à la libération d’Al-Aqsa dans les années à venir » .

Muhammad Abu Askar, haut responsable du Hamas et l’un des organisateurs des colonies à Jabaliya, a déclaré que l’objectif des camps était de former une génération portant des armes et de lui inculquer l’amour de la patrie et de l’Islam comme un mode de vie pour qu’elle participe à « l’armée palestinienne de libération ». Mustafa Al-Soaf, politologue affilié au Hamas, a déclaré que les colonies étaient une « préparation au jour de la victoire » (Site Internet Fajar, 10 juin 2012). Les responsables du Hamas ont visité les camps et ont rencontré les enfants. Ismail Haniya a rencontré des enfants d’une colonie du camp de réfugiés Shati et a dit que « l’heure de la victoire se rapproche », ajoutant que la génération actuelle « verra la victoire et la libération » (Agence de presse Safa, 12 juin 2012).

jeudi 9 août 2012

Égypte : remplacement des rédacteurs en chef de 50 journaux gouvernementaux par des sympathisants des islamistes

L’équivalent égyptien du Sénat, le Conseil de la Choura, dominé par les islamistes, vient de remplacer 50 rédacteurs en chef à la tête des journaux gouvernementaux, qui sont, selon la loi, propriété du Conseil.
Plusieurs de ces rédacteurs en chef sont des islamistes.


Abdel-Nasser Salama, rédacteur en chef du Al-Ahram, le plus ancien des journaux égyptiens, a été suspendu pour des articles anti-chrétiens violents.

Le nouveau rédacteur en chef du quotidien Al-Akhbar, Mohammed Hassan al-Bana, est le petit fils du fondateur des frères musulmans, Hassan al-Bana.

Gamal Abdel-Rahim, nouveau rédacteur en chef du el-Gomhouria, a été accusé par des ONG d'incitation à la haine des musulmans contre les Bahaîs en 2009, lorsque des villageois musulmans ont attaqué des maisons des Baha'is en les dénonçant comme "ennemis de Dieu".

Le Conseil de la Choura qui est dirigé par Ahmed Fahmi, le beau-frère de Morsi, a formé un comité de 14 membres pour sélectionner les éditeurs en chef.

Début de la fin de la Syrie ? Arrestation d'un conseiller d'Assad au Liban

Lessakele commente l'arrestation ce matin de l'ancien ministre libanais et conseiller personnel de Bachar Al Assad, Michel Semaha :

Michel Semaha est l’un des plus anciens et plus fidèles agents syriens au Liban. Ses détracteurs l’accusent d’avoir infiltré les Forces Libanaises pour se rapprocher de l’ancien président Béchir Gemayel pour le compte de la Syrie. Selon cette hypothèse, il aurait ainsi pu faciliter l’assassinat du président, élu le 23 août 1982 et tué le 14 septembre de la même année, avant même d’entrer en fonction. Semaha fut alors conseiller d’Elie Hobeïka [donneur d'ordres des Phalanges, puis agent syrien, responsable des massacres de Sabra et Chatila] et architecte de l’accord tripartite imposé par la Syrie en 1985, avec la bénédiction de Michel Aoun, alors commandant en chef de l’armée....
Bien que Semaha ne soit pas le seul agent syrien au Liban, il fut l’un des mieux protégés parmi eux. Son statut, officiel ou officieux, de conseiller de Bachar Al-Assad, lui assurait une protection face à toute épreuve. Pour ses détracteurs, il est accusé de haute trahison, à l’instar de ses semblables, qui vantent leur amitié, leur proximité et leur fidélité à la Syrie... De ce fait, son arrestation, ce 9 août 2012, est significative à plusieurs égards.

Je résume les interrogations de Lessakele, lisez son article qui est bien plus exhaustif :

1) Le gouvernement n'est plus paralysé par la peur de la Syrie. Les libanais pensent-ils que c'est le début de la fin de l'influence syrienne au Liban ? 
2) Selon des fuites, son arrestation serait en lien avec la préparation d'attentats pour le compte des services secrets syriens. Cela confirmerait son rôle dans les nombreux attentats et meurtres commis dans le passé. 
3) Que va devenir le gouvernement dominé par le vassal de l'Iran et client de la Syrie, le HezbAllah ? 
4) Quelles sera la réaction des pro-syriens ?

Non à l’élection du responsable du génocide du Darfour au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU !

UN Watch      7 AOÛT 2012

C'est officiel : le régime soudanais d’Al-Bashir brigue sans opposition un siège au Conseil des droits de l’homme de l’ONU

L’organisme de défense des droits de l’homme UN Watch exhorte Ban Ki-moon et la Haut Commissaire aux droits de l’homme Pillay à se prononcer.



GENÈVE, le 7 août - L’organisme de défense des droits de l’homme UN Watch, sis à Genève, a condamné la candidature du régime soudanais d’Omar Al-Bashir au Conseil des droits de l’homme, telle que confirmée par un site Web de l’ONU, et ce, en dépit d’un mandat de la Cour pénale internationale pour son arrestation en vertu d’accusations de génocide.



« L'élection du Soudan à la plus haute instance des droits de l’homme de la communauté internationale est assimilable à la nomination de Jack l’Éventreur à la tête d'un refuge pour femmes », a déclaré Hillel Neuer, directeur général de UN Watch.

En juillet, UN Watch avait appelé le Secrétaire général Ban Ki-moon, la Haut Commissaire des droits de l'homme Navi Pillay, la Secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton et Catherine Ashton de l'Union européenne à dénoncer et à combattre la candidature annoncée du Soudan.
« Malheureusement, aucune réponse n'a été reçue », a déclaré Neuer. « Il n'est toutefois pas encore trop tard et nous continuons à les inciter à défendre le bon sens et la moralité la plus élémentaire à l'Organisation des Nations Unies ».



UN Watch est déjà à la tête d’une campagne internationale de parlementaires et de groupes de défense des droits de l’homme opposés aux candidatures du Venezuela et du Pakistan. Le mois dernier, les États-Unis n'ont pas pu obtenir du Conseil qu’il condamne ce qu’ils disent être la mise en candidature de la Syrie en 2014.

Le groupe des États africains des Nations-Unies ont convenu à huis clos d’approuver les candidatures de l'Éthiopie, du Gabon, de la Côte-d'Ivoire, du Sierra Leone et du Soudan. Comme  l'Afrique a pris des dispositions pour que cinq pays briguent le même nombre de sièges alloués, l'élection du Soudan est pratiquement assurée.

« Techniquement », a déclaré Neuer, « le Soudan doit encore recevoir la majorité absolue de 97 votes de pays favorables lors de l'élection des nouveaux membres du Conseil des droits de l’homme tenue à l’Assemblée générale de l’ONU en novembre. Cependant, jamais dans l’histoire de ces élections les noms présentés sur une liste fermée n'ont été rejetés. C'est tout simplement la manière de faire des ambassadeurs à l'ONU. C’est choquant, mais il reste que l'élection du Soudan est maintenant une quasi-certitude »

Neuer a affirmé que la Haut Commissaire Navi Pillay, qui est originaire de l'Afrique du Sud, pourrait faire la différence en se prononçant. « Nous avons besoin d'elle pour qu’elle fasse entendre la voix de la moralité, pour qu’elle exhorte d’autres pays africains à proposer leur candidature, et qu’elle appelle à l’opposition sans équivoque à la candidature scandaleuse du Soudan. Son rôle est crucial ».

« Il y a tout juste un an, le Conseil des droits de l’homme a cherché à exorciser les fantômes de son passé en suspendant la Libye du colonel Mouammar Kadhafi, qui a, fait notoire, présidé cette instance en 2003 et y a été reconduit comme membre en 2010. A présent, le Conseil se prépare à remplacer Kadhafi avec un tyran recherché pour génocide par la Cour pénale internationale. Combien de temps encore les patients contrôleront-ils l’asile ? »

«L'ONU et la cause des droits de l'homme seront gravement entachées si le régime soudanais d’Al-Bashir remporte un siège », a déclaré Neuer. « L'ONU devrait se rappeler que la réputation de l'ancienne Commission des droits de l'homme ne s’est jamais remise de l’élection de la Libye à sa présidence en 2003 ».

UN Watch a également appelé les États-Unis et l'Union européenne à mener une campagne vigoureuse pour défaire la candidature du Soudan et assurer qu'il y ait de la concurrence dans la liste africaine de candidats.

« L'année dernière, les démocraties ont mené avec succès une campagne pour défaire la Syrie, en persuadant d’autres pays de lui livrer concurrence. Pourtant, elles n’ont absolument rien dit ou fait en 2010 à propos de la Libye - peut-être en raison de lucratifs contrats d’affaires et de pétrole - et Kadhafi a remporté une victoire écrasante. Il est essentiel que cette année les États-Unis et l'Union européenne annoncent d’entrée de jeu qu’ils s’opposent à ce que l’oppressif régime soudanais d'Al-Bashir juge le monde en matière de droits de l'homme », a déclaré Neuer.

Neuer a affirmé que le Soudan ne répond manifestement pas aux critères de la Résolution 60/251 qui a établi le Conseil des droits de l’homme en 2006. Les membres de l'Assemblée générale sont tenus d'élire des États au Conseil en « pren[ant] en considération le concours que chaque candidat a apporté à la cause de la promotion et de la défense des droits de l’homme et les contributions volontaires qu’il a annoncées et les engagements qu’il a pris en la matière ». La résolution prévoit également que la capacité du candidat de satisfaire aux obligations liée à l’adhésion au Conseil doit être prise en considération. Entre autres obligations, les candidats  (a) « observeront les normes les plus strictes en matière de promotion et de défense des droits de l’homme » et (b) « coopéreront pleinement avec le Conseil ».


Traduit par CERJI - CIJA

La prière pour la destruction des infidèles - une constante dans l'islam ?

Magdi Abdelhadi est analyste des affaires arabes de la BBC.

Le 7/9/2009 la BBC a publié son article  sur la prière rituelle appelant à la destruction, la déroute, des infidèles, qui était critiquée par un cheikh. Il ressort de l'article, pourtant obséquieux avec l'islam, que cette prière clôt pratiquement chaque prière de chaque vendredi dans chaque mosquée du monde arabe.

Cette prière est quasi-systématique à la fin de chaque prière du vendredi dans les pays arabes. Les critiques affirment que cela peut (sic) radicaliser la jeunesse. 

Le Cheikh Salman al-Awda a dit que ces prières étaient contre la charia islamique.

Mais il a ajouté qu'elles étaient autorisés lorsque les intérêts des musulmans sont attaqués, de sorte que cette déclaration peut avoir peu d'effet sur ​​les radicaux qui s'opposent aux États-Unis ou à Israël.

Il est très fréquent que la prière du vendredi dans les sociétés arabes se termine par l'appel de l'imam pour la destruction des "kuffar" [les infidèles], prière à laquelle l'assemblée répond "Amen".

Une telle manifestation publique d'hostilité aux autres religions est utilisée par les critiques comme un exemple de prêche musulman non-radical  qui contribue, peut-être (sic) par inadvertance (sic) , à la radicalisation des jeunes musulmans.


Le Cheikh Salman est un clerc respecté et un membre de l'Association internationale des savants musulmans, donc son appel devrait, du moins en théorie, avoir un certain poids.

Il a dit que prier pour la destruction des infidèles va à l'encontre la loi de Dieu, ou la charia islamique.

Toutefois, il a ajouté que de prier pour leur destruction devrait être autorisé s'ils nuisent aux intérêts des musulmans.


Nous sommes en 2012 et cette prière est faite toujours aussi souvent, au point que selon de nombreux sites arabes (y compris l'UPI en arabe), le ministère saoudien des Affaires islamiques a envoyé une instruction aux imams des mosquées de ne pas prier pour la destruction des Juifs et des Chrétiens dans leurs sermons du vendredi, notant que la prière " correcte" doit être faite seulement contre les "agresseurs " (via EoZ) .

Étant donné que les USA, Israël, et en fait en pratique, toutes les nations non-musulmanes peuvent être considérées comme des agresseurs, les prêches du Vendredi continueront à se terminer par une prière appelant à la destruction des Juifs et des Chrétiens et dans le Royaume d'Arabie Saoudite et dans le reste du monde musulman..

Par ailleurs, l'instruction du ministère ne part pas d'un sentiment d'amour et de paix universels. Il s'agit de garder une bonne image de l'islam dans le monde. C'est tout.

Les militaires égyptiens n'ont pas tenu compte de l'avertissement d’Israël sur l'imminente attaque islamiste contre un poste-frontière

Dimanche, 16 soldats égyptiens ont été tués par une trentaine de terroristes dont 6 ont pénétré en Israël avec un transport de troupes blindé, leur camion bourré d'explosifs ayant explosé sur la frontière. Leur intention était de tuer des Israéliens et sans doute prendre des otages dans une zone où vivent 10 000 Israéliens. L'attaque était accompagne du tir de dizaines d'obus de mortier sur Israël.



Le chef du renseignement égyptien a admis ce mardi qu'il a été averti à l'avance de l'attaque meurtrière de dimanche soir contre un poste-frontière dans le Sinaï, mais qu'il ne croyait pas un tel événement possible pendant le Ramadan.

Murad Muwafi a dit que les avertissements israéliens de l'attaque meurtrière sur la  frontière ont été ignorés parce que les autorités ne pouvaient pas concevoir que des musulmans s'entretuent au cours du jeûne du Ramadan, rapporte l'agence turque Anadolu.

"Oui, nous avons eu des informations détaillées sur l'attaque, mais nous n'avions jamais imaginé qu'un musulman tue un autre musulman à l'heure de la rupture du jeûne du Ramadan," a déclaré Mowafi à la suite d'une réunion avec le président égyptien Mohammed Morsi ce mardi.
Les hommes armés ont lancé leur assaut sur un poste de gardes-frontières égyptiens au commencement de la fête traditionnelle clôturant une journée de jeûne pendant le mois du Ramadan.

Israël a dit qu'il était au courant de l'attaque imminente et qu'il en a averti le Caire.

Jeudi, Israël a également mis en garde ses ressortissants et leur a recommandé de quitter le Sinaï.

Murad Muwafi, qui a progressé sans éclat dans les échelons du redouté (par la population) service des renseignements égyptien - sorte de "gestapo light" - avait été nommé chef du renseignement par le président islamiste Morsi, en remplacement de son mentor, le général Suleiman. Il vient d'être mis en retraite anticipée par le même Morsi qui a nommé à son poste Mohamed Raafat et a limogé le gouverneur du nord du Sinaï, Abdel Wahab Mabrouk.

mercredi 8 août 2012

Israël a sauvé d'un infarctus le beau-frère du chef du Hamas

Israël sauve d'un infarctus le beau frère du leader du Hamas à Gaza. En retour, celui ci accuse Israël d'avoir organisé l'attaque terroriste anti-israélienne dans le Sinaï...

Ynet via EoZ

"Le beau frère d' Ismail Haniyeh, Premier Ministre du Hamas à Gaza, a été soigné dans un hôpital israélien
Le mari de la sœur du Premier Ministre du Hamas a bénéficié de soins cardiaques urgents à l'hôpital de Petah Tikva il y a quatre mois ; le couple est retourné à Gaza après la stabilisation de  son état.
Il y a quatre mois, Ahmed, le mari de Suhila Abd el-Salam Haniyeh, a souffert d'une grave crise cardiaque qui ne pouvait pas être traitée à Gaza .
Après que le couple a déposé une demande d'entrée d'urgence aux autorités israéliennes, une ambulance palestinienne a transporté le mari vers le passage d'Erez, où il a été déplacé dans un véhicule du Magen David Adom (équivalent juif de la Croix Rouge) et transporté à l'hôpital de Petah Tikva avec son épouse. Le mari a été hospitalisé en Israël pendant environ une semaine, au cours de laquelle son état a été stabilisé. Après le traitement, le couple est retourné à Gaza.

Ismail Haniyeh attaque d'Israël à chaque occasion et le groupe terroriste qu'il dirige ne ​​reconnaît pas le droit d'exister d'Israël. Lundi, il a dirigé une prière de masse devant l'ambassade égyptienne à Gaza en solidarité avec les victimes de la terreur du week-end dernier dans le Sinaï . Durant la rencontre, il a rejoint les Frères Musulmans [de fait le HAMAS n'est qu'une branche des Frères Musulmans] en accusant Israël d'avoir orchestré l'attaque.
"La méthode de l'attaque confirme une implication israélienne visant à atteindre des objectifs politiques et de sécurité, causer des tensions à la frontière avec l'Égypte et de détruire les efforts conjoints visant à mettre fin au blocus de Gaza," a-t-il dit.

Sinaï : l'Égypte traque des islamistes et verrouille Gaza

16 soldats égyptiens ont été tués par une trentaine de terroristes qui ont pénétré en Israël avec un transport de troupes blindé, leur camion bourré d'explosifs ayant explosé sur la frontière. Leur intention était de tuer des israéliens et sans doute prendre des otages dans une zone où vivent 10 000 israéliens. L'attaque était accompagne du tir de dizaines d'obus de mortier sur Israël. 


Comme par magie et malgré "l'injuste démilitarisation" du Sinaï les Égyptiens ont pu fermer TOUS les tunnels vers Gaza et ont lancé des raids faisant une vingtaine de morts. Comme quoi ils en avaient les moyens mais pas la volonté ! 



Ah j'oubliais, l'Égypte a fermé "sine die" (sic) le seul passage non-israélien avec Gaza, le terminal de Rafah. 



Pendant ce temps, Israël a rouvert les points de passage vers Gaza. Qui bloque Gaza déjà ?



Dans l'extrait suivant, nous pouvons lire que Gaza achète pour 500 000 000 de dollars des denrées en Égypte !

500 000 000 de dollars par an ! Il y a de l'argent à Gaza. Cet argent provient de l'aide internationale (USA, Europe, France, Espagne, Allemagne, etc...) et des exportations facilitées par ...Israël. Au 16 Mai, le bilan des exportations était de 600 tonnes de fraises, 10 000 000 de fleurs, 250 tonnes de tomates et 50 tonnes de poivrons.
Extrait de "Panique à Gaza : l'Égypte a fermé les tunnels après l'attaque du Sinaï " du Nouvel Obseravteur : ...Omar Shaaban, un économiste qui dirige PALThink, un groupe de réflexion basé à Gaza, estime à un demi-milliard de dollars par an le montant du chiffre d'affaires des tunnels. Fermer ces tunnels aurait "un effet dévastateur pour les habitants de Gaza", estime-t-il.
"La bande de Gaza s'est habituée à utiliser les tunnels comme point de passage permanent et tous les secteurs d'activité dépendent d'eux", souligne-t-il à l'AFP.
Bien que quelques [sic] allègements soient intervenus dans le blocus, Israël maintient un contrôle strict sur ce qui peut être importé, y compris de nombreux matériaux de construction, dont une bonne partie passent ainsi par les tunnels.
Leur fermeture prolongée provoquerait une paralysie du bâtiment et réduirait au chômage 15.000 ouvriers.
"Le carburant passe aussi tous les jours par là et tout retard dans les fournitures ne peut qu'aggraver la crise de l'électricité et provoquer l'arrêt des boulangeries, des usines et des transports", ajoute Omar Shaaban.

Voyons précisément ces "quelques" allègements du blocus. Chaque semaine, l'administration chargée de coordonner les mouvements avec Gaza publie un bilan. 

1141 semi-remorques ont fait entrer 28 510 tonnes de denrées dans Gaza.
233 semi-remorques ont acheminé du matériel de construction : ciment, gravier, acier, verre, aluminium, bois.
339 semi-remorques de nourriture.

+670 tonnes de gaz domestique,
+585 700 litres de diesel lourd pour la centrale électrique,
179 membres d'ONG sont entrés dans Gaza,
193 Malades et/ou accompagnants ont quitté Gaza.

mardi 7 août 2012

Les Frères Musulmans accusent Israël de l'attaque anti-...israélienne dans le Sinaï

16 soldats égyptiens ont été tués par des terroristes qui ont pénétré en Israël avec un transport de troupes blindé, leur camion bourré d'explosifs ayant explosé sur la frontière. Leur intention était de tuer des Israéliens et sans doute prendre des otages dans une zone où vivent 10 000 Israéliens.

Ils ont profité de la négligence complaisante de l'Égypte à l'égard des islamistes de tout poil. Après tout, ils veulent attaquer Israël qui est toujours considéré comme ennemi par l'Égypte (à l'unanimité par le parlement le 12/3/2012) en dépit du traité de paix signé par Anouar Sadate. La tuerie d'Égyptiens par des islamistes met les islamistes au pouvoir en Égypte en mauvaise posture dans leur bras de fer avec l'armée dirigée par le vieux maréchal Tantawi.

Il fallait donc s'attendre, dans cette société imbibée et avide de théories du complot, où on trouve crédible l'idée que le Mossad envoie des requins en  Mer Rouge pour nuire au tourisme en Égypte, qu'on accuse Israël . Après tout, à qui profite le crime ?

C'est fait, les Frères Musulmans accusent officiellement Israël sur leur site.

L'Express "Ce crime peut être attribué au Mossad"
Les Frères Musulmans égyptiens ont évoqué une possible implication des services secrets israéliens dans l'attaque, estimant que l'assaut visait à affaiblir le président Mohamed Morsi, issu de leurs rangs. "Ce crime peut être attribué au Mossad qui tente de faire avorter la révolution depuis qu'elle a eu lieu et la preuve en est qu'il a donné pour instruction à ses citoyens sionistes se trouvant dans le Sinaï de partir immédiatement il y a plusieurs jours", a affirmé la confrérie islamiste sur son site Internet. La confrérie a jugé que l'attentat visait notamment à "tenter d'entraver le projet de réforme du président", à montrer que son tout nouveau gouvernement est en situation "d'échec", et à "créer un gros problème pour l'Égypte (...) à la frontière en plus de problèmes internes".  

Pour les Frères, l'assaut prouve également que "nos forces présentes dans le Sinaï ne suffisent pas à le protéger ni à protéger nos frontières, ce qui rend impératif de revoir les articles du traité signé entre nous et l'entité sioniste". L'armée égyptienne n'est que très faiblement présente dans la péninsule désertique en raison de la démilitarisation de ce secteur prévue par les accords de paix avec l'Etat hébreu. 

L'explication du journaliste de l'Express est, comme d'habitude, un déni de la responsabilité de l'Égypte et une accusation (habituelle) contre Israël.
Zone démilitarisée ne veut pas dire zone sans police. Zone démilitarisée ne veut pas dire zone truffée de tunnels de contrebande. Zone démilitarisée ne veut pas dire zone où on peut accéder sans difficulté.


L'armée égyptienne n'a pas reçu l'ordre de nettoyer le Sinaï des brigands et islamiste qui y pullulent comme dans tout endroit sans loi. Depuis l'attaque ils semblent fermer les tunnels. L'avenir montrera s'ils sont sérieux pour reprendre le contrôle de la péninsule.



Voici la vidéo (via EoZ)  israélienne de la destruction du transport de troupes saisi par les terroristes



Et bien sûr des Égyptiens ont protesté contre...Israël :



À 1 minute 20' ils scandent "ya safir al khanazir" ce qui veut dire " l'ambassadeur [d'Israël] est un porc".

À 2:00 ils chantent "Khaybar Khaybar ya Yahūd, jaysh Muḥammad saya‘ūd " ce qui se traduit par : "Khaybar, Khaybar, ô Juifs, l'armée de Mahomet reviendra". Cela évoque la bataille de Khaybar où Mahomet a défait une tribu juive.