Rechercher dans ce blog

mercredi 29 février 2012

Journaliste libanais : les Juifs ne viennent pas du Moyen-Orient

M  Jihad Al-Khazen est un éditorialiste et homme de presse cultivé (il a étudié l'histoire à Georgetown et est diplômé en sciences politiques et en littérature arabe de l'université américaine de Beyrouth. Il est co-fondateur du journal Al Ashraq al Awsat et est éditorialiste (entre autres) dans le journal Al Hayat.
Pourtant voici (grâce à MEMRI) ce qu'un arabe cultivé peut croire et affirmer :



Le chroniqueur libanais Jihad Al-Khazen : La religion juive est un conte de fées. Les Juifs n'ont ni histoire ni vestiges archéologiques tant à Jérusalem qu'en Égypte.

Voici quelques extraits d'une entrevue avec le chroniqueur libanais Jihad Al-Khazen qui a été diffusée sur la chaîne de télévision CBC le 1er Janvier 2012 :

Jihad Al-Khazen : A Jérusalem, il n'y a pas de vestiges archéologiques des Juifs ni  de quelque autre de leurs prophètes. Ils n'ont pas d'histoire [en terre sainte]. Les gens oublient que pendant le premier mandat de Yitzhak Rabin, au début des années 1980 [sic -Rabin avait été premier ministre de 1974 à 1977]... à cette époque j'étais en Amérique, j’étudiais l'histoire à l'Université de Georgetown [il n'a pas de PhD mais il est membre consultatif du Centre d'études arabes contemporaines de cette université]. Rabin a creusé sous le Haram Al-Sharif [l'esplanade du mont du Temple], et a découvert les restes d'un palais omeyyade. Il n'y a pas de restes  archéologiques [juifs]. Il n'y a pas de Temple de Salomon ni de toute autre temple [juif].

Ils [les juifs] ne sont pas entrés dans nos pays et ils ne les ont pas quitté. Ils n'ont jamais été en Égypte ou dans le Sinaï. Demandez au Dr Zahi Hawwas s'il a trouvé des restes archéologiques juifs en Égypte ou dans le Sinaï. Les historiens modernes, y compris certains Juifs, appellent cela  "les contes de fées de la Torah".

La religion islamique a été révélée à l'ère historique. L'inspiration divine venait au prophète Mahomet et il la mettait par écrit le jour même. La religion chrétienne a été écrite par les disciples de Jésus 40 ou 50 ans après les faits. Ils [les témoins des évènements] étaient tous encore en vie. La religion juive a été écrite 1000 ans après [les évènements]. C'est comme si vous et moi discutions des histoires de famille du temps des Croisades. Les Croisades ont eu lieu il y a 800 ans,  il n'y a même pas 1000 ans.

Cette religion est un conte de fées. Nous devons couper l'ère de l'islam [avec les Juifs]. Leurs prophètes ne sont pas les prophètes des musulmans. Les savants islamiques doivent avoir le courage de montrer que ces gens sont des imposteurs. Que leur religion ne peut pas être vraie.

[...]

lundi 27 février 2012

Iran : exécution imminente d'un chrétien pour apostasie

Téhéran (Agence Fides 22/2/2012) – On redoute l’exécution du pasteur Yousef Nadarkhani, condamné à mort pour apostasie. Ainsi que l’indique à Fides l’ONG « Christian Solidarity Worldwide » (CSW), l’avocat du pasteur cherche à avoir confirmation de la nouvelle donnant pour imminente l’exécution de son client. Il existe des craintes fondées, remarque l’ONG dans un message envoyé à Fides, que la condamnation à mort puisse être exécutée à tout moment, sans préavis, les autorités se limitant à en donner la nouvelle par la suite, une pratique qui n’est pas rare en Iran.
Le pasteur chrétien Yousef Nadarkhani a été condamné à mort pour apostasie (il s’agit en effet d’un ancien musulman) et a été dans l’attente d’une décision définitive quant au verdict pendant plusieurs mois. Par quatre fois au moins, il s’est vu offrir la liberté en échange du renoncement à sa foi chrétienne mais il a toujours refusé. 
Vous pouvez signer cette pétition aux nations unies pour le sauver.

Alliance HAMAS/Syrie : la rupture est officielle

Le HAMAS confirme son alliance avec l’Égypte :

France 24 AFP - Le Premier ministre du mouvement islamiste palestinien Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a salué vendredi au Caire la quête du peuple syrien pour la "liberté et la démocratie".

"Je salue le peuple héroïque de Syrie qui aspire à la liberté, à la démocratie et à la réforme", a déclaré M. Haniyeh devant une foule de partisans réunis dans la mosquée d'Al-Azhar, pour un rassemblement destiné à "soutenir (la mosquée) Al-Aqsa (à Jérusalem) et le peuple syrien".
"Ni Iran ni Hezbollah, Syrie islamique. Dégage, Bachar, dégage espèce de boucher", ont plus tard scandé les personnes présentes, tandis que M. Haniyeh restait de marbre.

 Guysen reprend en français un article du Jerusalem Post : 
 Dans la bande de Gaza, Salah al-Bardaweel, un haut responsable du Hamas, s’est adressé à des milliers de partisans lors d'un rassemblement dans le camp de réfugiés de Khan Younis ; il a envoyé "un message aux peuples qui n'ont pas encore été libérés, ces peuples libres qui saignent encore chaque jour".
"Le cœur du peuple palestinien saigne avec chaque goutte de sang versée en Syrie", a déclaré Bardaweel. "Aucune considération politique ne nous fera fermer les yeux sur ce qui se passe sur le sol syrien".

Le chef de file politique en exil du Hamas, Khaled Meshaal, et ses collaborateurs ont discrètement déserté leur siège à Damas et ont commencé à séjourner loin de la Syrie depuis maintenant plusieurs mois, bien que le Hamas a affirmé que leur absence de Damas n'avait aucun lien avec la révolte.

Ismail Haniyeh s'est rendu en Iran au début du mois, avec pour mission de consolider les liens avec le pouvoir qui fournit au Hamas de l'argent et des armes pour sa lutte contre Israël. Le résultat final de sa visite reste incertain, mais le ton des dernières déclarations du Hamas ne semble guère compatible avec la poursuite de relations chaleureuses avec Téhéran.

Étant donné l'importance de la Syrie pour son suzerain l'Iran,  nous assistons de fait à la rupture de l'alliance contre nature (sunnites/chiites) du HAMAS avec l'Iran. L'axe anti-israélien en sort affaibli.

vendredi 24 février 2012

Hezbollah au Liban : "éliminer Israël"

Enregistré et sous titré par MEMRI




Ibrahim Al-Amin, rédacteur en chef du journal libanais Al-Akhbar* :

"La Résistance n'a de sens que si son but est d'éliminer Israël".



Voici un extrait de son interview diffusée sur Al-Manar TV [HezbAllah] le 16 Février 2012 :



L'essence de la résistance islamique au Liban est liée au conflit avec Israël. Un jour, un journaliste m'a demandé jusqu’à quand le HezbAllah devait garder les armes. Ma réponse a été :
         "jusqu'à l'anéantissement d'Israël."




Il a dit : "Mais le Hezbollah ne dit pas cela". Je lui ai dit : "moi, personnellement, je ne mens pas. Permettez-moi de vous dire, la résistance au Liban n'a pas de sens si elle ne s'engage pas dans la bataille principale pour éliminer l'entité israélienne".




*Voici ce que dit arab press network du journal Al Akhbar : "dernier né de la presse libanaise, il est publié en format demi-tabloïd. Ce journal se situe plus à gauche qu'As Safir et suit une ligne éditoriale plus controversée que celle des quotidiens établis. Il compte parmi son personnel deux des plus célèbres intellectuels de gauche : Elias Khoury et Joseph Samaha (décédé)".

Ex-membre du Hamas : j'aime Israël, mon pays.


Il affirme avoir fait capoter, en 2001, une tentative d’assassinat du président israélien actuel Shimon Pérès, avoir contribué à l’arrestation du leader du Fatah Marwan Barghouti et empêché des dizaines d’attentats-suicides anti-Israéliens au début des années 2000, en pleine seconde Intifada.

Pour les agents du Shin Bet, les services de sécurité intérieurs israéliens qui le supervisaient, Mosab Hassan Youssef était bien plus qu’un informateur hors pair. Ils l’avaient surnommé le "prince vert" : prince parce que fils de cheikh Hassan Youssef, un des fondateurs du Hamas en Cisjordanie, et vert en référence à la couleur du drapeau du mouvement islamiste.

Taupe d’Israël au sein de la hiérarchie du mouvement palestinien pendant plus de dix ans, se servant de son père pour obtenir les informations les plus sensibles, Youssef, qui s’est converti au christianisme et vit aujourd’hui en Californie a publié un livre sur son histoire : "Son of Hamas" en anglais ; "le Prince Vert" en français




Voici l'adaptation du discours de Mosab Hassan Yousef lors d'un congrès pro israélien à Francfort en Allemagne le 23/10/2010, basée sur la traduction de M David Goldstein du site Haabir Haisraeli


Merci beaucoup, c'est un grand privilège que d’être ici et je vous remercie beaucoup de votre soutien à
notre pays, mon pays, Israël.

Nous sommes tous venus ici pour dire : "je soutiens Israël". Quant à moije veux dire : "j'aime Israël".

Je ne suis pas un politicien, on m'a demandé d’être politiquement correct autant que possible, alors je vais essayer. Je ne peux pas garantir que je serai le meilleur politicien possible.

Je ne suis pas ici pour offenser qui que ce soit, je suis ici pour raconter la vérité telle que je l'ai vue. Espérons que ce sera le chemin vers la paix à un certain moment, parce que la vérité naît et résulte uniquement de la liberté. Je pense que les gens doivent être libres de penser, de douter, de critiquer et de s'exprimer.

Si je n’étais pas un tel être humain, je ne serais pas devant vous aujourd'hui.

La deuxième chaine allemande m'a posé la question :
"Le Hamas est-il , oui ou non, une organisation terroriste ?" Comment peut-on répondre à cette question ?
Le sang de milliers d'innocents témoigne des attaques terroristes du Hamas.

Le Hamas EST une organisation terroriste !

On m'a posé une question plus importante que "Le Hamas est-il une organisation terroriste ?", on m'a demandé une fois en Amérique "quelle est la différence entre le Hamas et le houmous ?" [il pointe du doigt le fait que beaucoup de gens ignorent l'existence même du HAMAS, le confondant avec un plat d'un nom similaire]

Le Hamas a été crée pour détruire l’État d’Israël. Le Hamas existe pour détruire, le Hamas ne sait pas construire.

Je peux le dire, parce que j'en ai l'autorité. J'ai grandi au cœur de la direction du Hamas. Mon père, le Cheikh Hassan Yossef, est un des fondateurs du Hamas.

Ma famille a payé un lourd tribut à la cause du Hamas et nous avons souffert plus que toute autre famille palestinienne. Donc, le Hamas, à un certain moment de ma vie, était mon projet, c'était mon entreprise, c'était l'entreprise familiale. Et j'en sais plus sur le Hamas que n'en savent ses propres membres.

J'avais plein de raisons de détester Israël, à un certain moment de ma vie. J'avais des raison politiques, des raisons personnelles et des raisons idéologiques. S'il vous plait, concentrez vous quand je dis : des raisons idéologiques.

Les gens fuient la réalité qu'il y A une guerre de religion et qu'il y a une guerre entre Dieux au Moyen-Orient.
Une guerre d'idéologies, guerre des valeurs, guerre de la civilisation occidentale contre les barbares. C'est la réalité sur le terrain. C'est ce qui se passe.

Il ne s'agit PAS d'islam radical.

Je viens d'une famille musulmane modérée et mon père se considère lui même comme un dirigeant modéré. Mais nous constatons, chaque fois que nous lisons le Coran et examinons la conduite de Mohammad, que, malheureusement, il n'aimait pas le peuple juif. Et le Hamas suit ses traces.
Les musulmans ainsi que les palestiniens ont une motivation, une motivation religieuse pour leur combat.

Peut-être qu'ils font semblant, peut-être qu'ils essaient d’être politiquement corrects face au reste du monde, mais moi personnellement, en tant que personne qui pense, et comme écrivain, je ne peux tromper les gens. Ce que le gens pensent de moi m'est égal.

Nous devons faire face à la réalité avec courage avant qu'il ne soit trop tard.

Les arabes détestent-ils Israël pour des raisons politiques ou pour des raisons idéologiques ? Est-ce un combat politique ou un conflit ethnique ?

Quand je lis et que j'entends la presse ici, en Occident, j'en arrive à oublier d’où je viens !

Je connais la langue, je connais les gens, je connais les mentalités, je connais tout au sujet de cette civilisation de la mort. Et je commence à croire à ce mensonge que ce n'est qu'un problème secondaire.

Je suis ici aujourd'hui pour dire que la dimension idéologique de ce conflit au Moyen-Orient est la dimension la plus importante. Et nous, en tant qu'hommes libres, nous devons en tenir compte.
C'est mon message et c'est ma responsabilité.

Je pense que nous manquons de temps et que ce n'est pas l'endroit pour raconter toute mon histoire. J'ai déjà raconté comment toute ma vie a été transformée, et il y a beaucoup de motivations qui m'ont amené à avoir l'honneur de travailler en tant qu'agent secret pour le renseignement israélien, pendant 10 ans au service d’Israël et à servir le peuple israélien.
Personne ne savait rien de mes actions, j’étais un agent très secret, très peu de personnes dans le renseignement israélien connaissaient mon existence.

Quel cheminement m'a emmené du Hamas pour en arriver à servir Israël ?

Comme je l'ai dit, c'est une longue histoire, c'est très difficile de raconter toute mon histoire en quelques minutes, j'ai tout raconté dans mon livre "Son of Hamas", mais tout ce que je peux dire c'est que la motivation la plus importante, parmi toutes les autres motivations, de travailler pour l’État d’Israël, c’était la profonde compréhension de l'amour de Dieu pour tous ses enfants au travers de Jésus-Christ.

Je ne suis pas ici pour prêcher. Je ne suis pas un saint, je suis un pêcheur, et je ne suis pas un prêcheur religieux, mais c'est la vérité, et je sais au plus profond de mon cœur que c’était ma motivation la plus importante.
"Aimez vos ennemis". J'ai endossé ce défi, et c'est pourquoi je suis ici aujourd'hui, très confiant.

Je suis banni, les gens de mon peuple veulent ma mort, m’exécuter, ils me considèrent comme un traître. Mais je suis ici aujourd'hui, très serein, pour dire que oui, j'aime Israël.

Les politiciens et la communauté internationale, les gouvernements, tout le monde parle du droit des palestiniens à avoir un État, que les palestiniens aient un État à eux. Je pense que c'est une mauvaise idée ! Et je pense que les palestiniens paieront un prix lourd pour ça.

Les palestiniens, pendant plus de 60 ans ont essayé de détruire l’État d’Israël, pas de construire un État palestinien. Et maintenant ils viennent très en retard et essaient de faire passer un État palestinien comme quelqu'un qui essaie de faire passer un éléphant par le trou d'une aiguille. C'est une petite superficie, un très petit pays de 27 000 Km2, ce n'est rien, et ça ne peut pas contenir deux États.

Je ne dis pas que les palestiniens ne peuvent pas avoir un gouvernement et un État à eux, mais que nous devons prendre en compte les besoins sécuritaires des israéliens, nous devons le prendre en compte.

Nous voyons tous ce qui se passe dans la bande de Gaza et nous ne voulons pas répéter les erreurs du passé parce que il n'y a pas que les israéliens qui souffriront, mais les palestiniens souffriront eux aussi.
Je ne parle pas des politiciens et des dirigeants palestiniens, je parle des enfants palestiniens qui en ont assez du comportement de leurs dirigeants et de leur égoïsme. Et j’espère qu'aucun des enfants palestiniens n'aura à vivre ce que j'ai vécu.

Comme je l'ai dit, j'ai travaillé pour la sécurité israélienne et en même temps j'aimais toujours mon peuple. Notre but n’était pas seulement d'apporter la sécurité à l’État d’Israël, notre mission au jour le jour était de sauver des vies humaines arabes, palestiniennes, israéliennes, américaines, et celles de beaucoup d'autres nationalités. C’était notre rôle et c'est la vérité que j'ai appris pendant ces nombreuses années, c’était notre responsabilité.

Quand les arabes à l'aide de leur propagande, et les palestiniens, ont essayé de décrire Israël comme assoiffée de sang palestinien,. C'est un mensonge propagé pour atteindre des buts politiques inavouables. J'en ai été témoin, et je sais qu’Israël n'est pas le problème du Moyen-Orient mais la solution.
Israël est la solution des problèmes du Moyen-Orient !

Je veux que mon peuple comprenne, étudie l’expérience israélienne. Après toutes les tragédies auxquelles ce peuple incroyable a dû faire face, leur objectif n'était pas de se venger. Après la Shoah, leur objectif était de survivre et de choisir la vie plutôt que la mort. Malheureusement mon peuple n'a pas appris de cette extraordinaire expérience et il font exactement l'inverse, ils cherchent la mort plutôt que la vie.

C'est la raison pour laquelle je dis qu’Israël est la solution et non pas le problème.

Laissez moi être honnête avec vous. Dans le conflit du Moyen-Orient, avec ma  longue expérience en Occident, grâce à la lecture et l’étude, en lisant à propos des bases de cette civilisation, la civilisation Occidentale et sa philosophie, je peux vous dire que si Israël échoue au Moyen-Orient, la civilisation occidentale échouera aussi.

C'est notre rôle de protéger et défendre l’État d’Israël, et ce n'est pas dans un but politique. Quand je l'ai fait avec le Mossad et lorsque je le fais en parlant  ici aujourd'hui, je le fais pour moi et pour les générations à venir et pour la paix dans notre monde.

Merci beaucoup d’être venus, et que Dieu vous bénisse tous.

jeudi 23 février 2012

Dieudonné dans un film franco-iranien : l'Antisémite. Abject !

Capté par MEMRI

Une journaliste du Figaro blessée appelle au secours de Homs en Syrie.

L'américaine Marie Colvin, grand reporter du Sunday Times, et le français Rémi Ochlik, photographe à l'agence IP3 Press, ont été tués mercredi dans le pilonnage d'une maison transformée en centre de presse pour les militants. La journaliste du Figaro, Edith  Bouvier, souffre d'une double fracture du fémur. Outre Edith Bouvier, au moins deux autres journalistes ont été blessés.

Voici une vidéo du Figaro où Mme Bouvier et M Daniels (le photographe)  témoignent et appellent à l'organisation de leur rapatriement.


Palestine : d'inoffensives briques populaires lancées sur une sioniste malfaisante

L'Express AFP du 24/11/2011 rappelle le terme "résistance populaire pacifique" en décrivant l'accord FATAH/HAMAS : 

Au cours d'un tête à tête, les deux dirigeants ont approuvé un document négocié par Azzam al-Ahmad, responsable du dossier de la réconciliation au Fatah de M. Abbas, et Moussa Abou Marzouk, numéro deux du Hamas, qui prévoit notamment de se "concentrer sur la résistance populaire pacifique".
"Tout peuple a le droit de lutter contre l'occupation de toutes les manières, par les armes ou autrement. Mais dans la période actuelle nous voulons coopérer avec cette résistance populaire", a expliqué M. Mechaal [chef du HAMAS] dans une interview à l'AFP jeudi soir.
"Nous croyons à la résistance armée mais la résistance populaire est un programme commun à tous les mouvements", a-t-il ajouté.

Mahmoud Abbas lors de son discours à l'ONU : "Notre peuple va continuer la résistance pacifique contre la colonisation".


Mais qu'est-ce donc que cette " résistance populaire pacifique" ?
Une photo valant 1000 mots, voici une illustration (dans Ynet du 23/2/2012, via Elder of Zyion) de la chose :

Zehava Weiss  affronte la "résistance populaire"  à Bayt Umar Photo AFP 

Mme Weiss, enseignante, explique que les arabes aiment bien jeter des pierres (ils jetaient des briques pas des pierres selon elle) à cet endroit, et qu'ils le font pratiquement tous les jours. Elle a de la chance, sa voiture est blindée.
Sur la photo, nous voyons clairement qu'il s'agit de mineurs, manifestement leurs parents ne souhaitent pas qu'ils développent des savoirs faire utiles pour la société palestinienne. Ces mêmes parents les exposent, avec joie et fierté, à des risques mortels. Ces parents et cette société palestinienne les transforment en assassins potentiels.
Une fois arrêtés pour ces inoffensifs jets de pierre, des imbéciles manifesteront en occident pour la libération des "enfants emprisonnés dans les geôles israéliennes".
Quo usque tandem ?

Bayt Umar entre Hébron et Jérusalem

mercredi 22 février 2012

Égypte : des policiers islamistes se laissent pousser la barbe. Pourquoi ?

Les Islamistes tiennent au port de la barbe pour  islamiser la fonction publique et intimider tout le monde comme en témoigne cette dépêche :
RFI Alexandre Buccianti
Vingt policiers égyptiens ont laissé pousser leur barbe et 120 autres ont déposé une demande formelle en ce sens. L’évènement a provoqué de vives réactions de la part des laïcs égyptiens ; ils y voient le signe de l’islamisation galopante des institutions.
Comme pour la révolution qui a chassé Hosni Moubarak du pouvoir, c’est sur Facebook que les policiers barbus ont lancé leur mouvement. Celui-ci apparaît comme un signe de contestation puisque la barbe était jusqu’à présent interdite dans la police égyptienne laquelle, depuis une soixantaine d’années, poursuivait même les sounnis, ces porteurs de la barbe islamiste.
Mais, selon le journal indépendant Al Masry al Youm, la confrérie des Frères musulmans a demandé que la prochaine promotion de l’académie de police comprenne un quota d’islamistes. La demande aurait été acceptée par le ministère de l’Intérieur. Pour les laïcs, il s’agit d’une atteinte à l’égalité entre les citoyens et d’une politisation de la police, les Frères musulmans disposant aujourd’hui du plus grand parti politique égyptien, après leur victoire nette aux élections législatives de la fin 2011.

Mais pourquoi le port de la barbe est-il si important ?!? Il n'est pas mentionné dans le Coran.
La barbe est mentionnée, par contre, dans de nombreuses Hadiths (recueils de ce qu'a dit et  fait Mahomet - des centaines de milliers de hadiths). Les Hadiths sont aussi importants que le Coran en Islam, surtout s'ils sont cités par des auteurs dits "authentiques", fiables. Muslim et Bukhari sont deux auteurs dits authentiques.
Voici ce que dit (j'ai gardé l'essentiel des passages) un site musulman comme muslim.fr:


" Mahomet a utilisé (au moins) quatre verbes différents à l'impératif :
1- Oumar rapporte ainsi que le Prophète Mouhammad  a dit : "'A'foul louhâ" ("Laissez poussez (vos) barbes.") (Hadith cité dans les six recueils authentiques).

2- le Hadith rapporté par Ibné Oumar et cité dans l'Authentique de Mouslim dit: "Awfoul louhâ", qui signifie "Laissez pousser complètement (vos) barbes."

3- Dans le Hadith rapporté par Abou Houreïra cité par Mouslim, le Prophète Mouhammad dit: "Arkhoul Louhâ" ("Laissez grandir librement" ou "Laissez suspendre (vos) barbes.")

4- Enfin, dans des Hadiths cités dans Boukhâri, Mouslim, Abdoû Dâoüd, Mousnad Ahmad et Tabrâni, l'expression utilisée est : "Waffiroûl louhâ" qui signifie "Laissez pousser pleinement (vos) barbes."
Imâm Nawawi r.a., commentant les différentes expressions, arrive à la conclusion suivante :
"Le sens qui ressort de l'ensemble de ces Hadiths est qu'il faut laisser la barbe (pousser) dans son état naturel."
(Réf: "Ikhtilâf Oummah" de Cheikh Achraf Ali Thanwi r.a. - Page 205)

C'est la raison pour laquelle, les plus éminents juristes des différentes écoles juridiques s'accordent pour considérer que le port de la barbe est obligatoire et qu'il est interdit de se raser. Voici quelques unes des références évoquant cette règle :
Ecole Hanafite :"Kitâboul Âthâr " de l'Imâm Mouhammad Ibné Hassan Ach Chaybâni r.a.
"Dourr Mouktâr ma' Hachiyah Raddoul Mouhtâr" - Volume 5 / Page 359
Ecole Châféite :"Kitâboul Oumm" de l'Imâm Châféi r.a. , d'après le rapport qui en est fait par Ibné Rif'ah r.a. et Allâmah Ahmad Ibné Qâssim r.a. (Réf: "Char'h Minhâdj")
Ecole Mâlékite :"Al Fawâkihoud Dawâni alâ Rissâlah Abi Zayd" de Ahmad Ibné Ghounaym An Nafarâwi r.a. (Djouz 2 / Page 306)
"Hâchiya Al Adawi 'alâ Charh Kifâyatit Tâlib Rabbâniy" de Cheikh Ali Al Adawi r.a. (Djouz 2- Page 582)
Ecole Hambalite :
"Kacchâf oul Qana'" (Volume 1 / Page 54)"Dalîlout Tâlib" - Page 8, "Charhoul Oumdah" de Allâmah Ibné Taymiyyah r.a. (Volume 1 / Page 237), "Manârous Sabil" qui cite de Cheikh Taquioud Dine r.a. (Volume 1 / Page 30), Chez les "Dhâhérites" :"Al Mouhallâ " de Ibné Hazm r.a. (Volume 2 / Page 320)

Par ailleurs, on ne peut pas considérer le port de la barbe comme relevant d'une simple coutume et n'ayant aucun lien avec la pratique religieuse. En effet, il existe de nombreuses références qui expriment clairement que le port de la barbe est obligatoire et que le fait de se raser est "Harâm" (interdit) ; ce genre de formulation est réservé aux devoirs religieux et non pas aux actes relevant des coutumes. Mais il y encore autre chose: 

Selon une Tradition citée par Ibné Kathîr r.a. dans "Al Bidâyah Wan Nihâya" (Volume 4 / Page 269), il est dit qu'une fois, deux émissaires perses se présentèrent devant Mahomet. Ils avaient la barbe rasée et portaient une épaisse moustache. Mahomet se détourna d'eux et les questionna sur l'absence de la barbe. Ils répondirent que c'était leur empereur et maître qui leur ordonnait de se raser. Mahomet dit alors: "Mais moi, mon Seigneur m'a ordonné de laisser pousser ma barbe et de tailler ma moustache."
Ce Hadith montre clairement que le port de la barbe est un commandement divin (et relève donc de la pratique religieuse) et non pas une simple habitude motivée par les coutumes courantes au sein d'une société. Il est à noter également qu'un certain nombre de savants comptent le port de la barbe comme faisant partie des "Chaâïr oul Islam" (pratiques emblématiques de l'Islam)..."

Désormais, je ne regarderai plus un barbu comme avant.

Manifestation anti-Assad à Gaza : le HAMAS s’éloigne de l'Iran au profit de l'Égypte

Jusqu'ici il n'y avait pratiquement pas de manifestations anti-Assad à Gaza et aucune manifestation pro-Assad malgré l'installation de la direction du HAMAS en Syrie, vassal de l'Iran.

Le HAMAS est clairement en cours de changement d'alliance : l’Égypte sunnite, où les frères musulmans sont maintenant alliés à la junte militaire, est bien plus attirante que les chiites iraniens. L’Égypte est en train de devenir le nouveau suzerain du HAMAS, comme en témoigne l'engagement égyptien de fournir de l’électricité à la bande de Gaza.
Des centaines de Palestiniens ont manifesté mardi à Gaza leur soutien aux Syriens, victimes d'une répression impitoyable menée par le régime de Bachar al-Assad, dont ils ont réclamé le départ. Quelque 500 personnes, pour la plupart des jeunes, se sont rassemblées près du siège du Conseil législatif palestinien (Parlement) à l'ouest de la ville de Gaza à l'appel d'un groupe palestinien de soutien à la révolte en Syrie, scandant des slogans appelant à "la chute" de Bachar al-Assad, qualifié de "boucher" et de "criminel"."Syrie, Liberté", ont encore crié les manifestants parmi lesquels des dizaines de jeunes filles. Le porte-parole du "Rassemblement palestinien pour le soutien à la révolte syrienne", Hassan Abou Chanab, a affirmé que cette manifestation était un "message au président Assad pour cesser (la répression) et pour qu'il réponde aux aspirations de son peuple".
Il a ajouté que les organisateurs de cette marche avaient reçu "l'accord oral" de la police du Hamas, le mouvement islamiste qui contrôle la bande de Gaza. Plus de 6.000 personnes ont été tuées depuis le début de la révolte en Syrie à la mi-mars 2011, selon des militants des droits de l'Homme.

lundi 20 février 2012

43 missiles libyens découverts en Algérie


Les services de sécurité algériens ont découvert tout un arsenal de guerre, dont 43 missiles enterrés dans le sable, à In Aménas, dans le sud-est de l'Algérie, près de la frontière libyenne, a rapporté aujourd'hui le quotidien francophone El Watan.

Selon le journal, 15 missiles antiaériens portables SA-24 et 28 missiles sol-air SAM-7 de fabrication russe ainsi qu'une grande quantité de munitions ont été trouvés.

"Les missiles SAM-7 menacent sérieusement l'aviation civile. Ils peuvent atteindre les avions entre 3.500 et 4.000 m d'altitude. Une menace sérieuse à prendre en compte pour les avions au décollage ou à l'atterrissage dans les aéroports de la région, notamment celui de Zarzaitine à In Amenas", précise El Watan citant une source non identifiée.

C'est Kadhadi qui aurait fait enterrer ces armes. Le dirigeant déchu, tué l'an dernier, avait fait enterrer de telles armes également au Mali et au Niger en prévision d'une longue bataille pour reprendre le pouvoir, ajoute le journal sans citer ses sources.

Radio Canada : "notre journaliste est anti-israélienne, de bonne foi..."

L'ONG Honest Reporting Canada s'est plaint auprès de Radio - Canada au sujet de la manière de présenter les évènements du conflit Palestino-Israélien par la journaliste Ginette Lamarche dans une série d'émissions en décembre 2010.

Le Médiateur (Ombudsman) de Radio Canada  a donné raison à Honest Reporting Canada et invite la direction de la chaîne à en discuter avec la journaliste pour aboutir à une information impartiale sur ce sujet.
La question de l’équilibre ne peut être envisagée sans considérer également celle de l’impartialité. S’il n’y a pas équilibre des points de vues, si un seul point de vue est proposé, et si ce point de vue n’est pas contesté, discuté, confronté aux faits, à des points de vue et à des arguments contraires par le reporter ou l’interviewer qui les traite, alors il n’y a pas impartialité non plus. Voici ce que disent les NPJ sur la valeur d’impartialité :
« Impartialité
Notre jugement professionnel se fonde sur des faits et sur l’expertise. Nous ne défendons pas un point de vue particulier dans les questions qui font l’objet d’un débat public. »

Les quatre reportages montés qui font l’objet de la plainte ne proposent que des points de vue palestiniens ; aucune opinion divergente pertinente, qu’elle soit israélienne ou autre, n’y a été offerte, et la journaliste n’a pas pu vérifier les données qu’on lui présentait comme des faits ; elle n’a pas contesté non plus les arguments qu’on lui soumettait. À quelques occasions, elle a repris à son compte les prétentions des personnes qu’elle interviewait. Pour ces raisons, ces reportages présentent au moins une apparence de partialité.


Conclusion

Les cinq reportages qui font l’objet de la plainte ne respectent pas l’une ou l’autre des valeurs d’exactitude, d’équilibre et d’impartialité des Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada. Compte tenu de la portée de cette révision, j’émets le vœu que la direction de l’Information et sa journaliste aient une discussion de fond sur ses arguments et constats.
J’ai déjà eu l’occasion tout au long de cette révision de démontrer qu’il aurait fallu peu de chose pour que les reportages discutés ici soient conformes aux NPJ : un texte plus précis, des commentaires plus prudents, des affirmations attribuées, quelques points de vue contraires portés par d’autres intervenants ou, à défaut, par la journaliste elle-même. Je reconnais aussi les difficultés auxquelles sont souvent confrontés les reporters sur le terrain, particulièrement en zones de conflits : déplacements difficiles et longs, porte-paroles non disponibles, faits invérifiables, barrière de la langue qui nous met à la merci des interprètes et des guides, heures de tombée réduites, etc. Aussi, je n’entretiens aucun doute sur la bonne foi de la journaliste et suis certain que les infractions aux NPJ que j’ai relevées dans cette révision sont involontaires et « accidentelles ». J’en suis d’autant plus convaincu – je tiens à le souligner ici par soucis de transparence – que je siégeais au comité de sélection de trois personnes qui a choisi en 2010 Mme Ginette Lamarche pour le poste de correspondante au Moyen-Orient. J’étais alors responsable des journalistes de nouvelles au service de l’Information à titre de premier directeur, Contenus, Nouvelles et Actualités. Sur la base de cette expérience, je suis tout aussi persuadé que la direction de l’Information fait tout en son pouvoir pour assurer une couverture impartiale et équilibrée de l’actualité en général, des relations israélo-palestiniennes en particulier.

Comme en février 2011, des navires iraniens sont en méditerranée

TEHERAN (AFP) - L'Iran a envoyé des navires de guerre en Méditerranée pour "montrer la puissance" de la République islamique, alors que les tensions avec Israël sont au plus haut du fait de la crise nucléaire et des récents attentats anti-israéliens en Inde et en Thaïlande.
L'Etat hébreu a dit qu'il suivrait "de près" cette opération, la deuxième de ce genre depuis la Révolution islamique de 1979, la dernière remontant à février 2011.
Des navires de guerre iraniens sont entrés samedi en Méditerranée après avoir franchi le canal de Suez, a annoncé le commandant en chef de la marine l'amiral Habibollah Sayyari cité par l'agence officielle Irna.
Il n'a pas donné de détails sur le nombre, la nature ou la mission de ces bâtiments, se bornant à indiquer que cette opération visait notamment à "montrer la puissance de la République islamique d'Iran".
Les navires en question pourraient être le destroyer Shahid Qandi et le bâtiment de soutien et de ravitaillement Kharg, dont la presse iranienne a annoncé début février une escale de plusieurs jours dans le port saoudien de Jeddah, sur la mer Rouge.
Lors de la première mission de la marine iranienne en Méditerranée en février 2011, deux navires --le Kharg et la frégate Alvand-- s'étaient rendus en Syrie pour une escale au port de Lattaquié avant de regagner la mer Rouge et l'Iran.

dimanche 19 février 2012

Syrie : suite à une manifestation l'armée quadrille Damas

18/2/2012 Manifestation à Damas
AFP

Les forces syriennes quadrillaient dimanche le quartier de Mazzé à Damas, théâtre des plus importantes manifestations dans la capitale depuis le début du mouvement de contestation, tandis que des magasins étaient fermés dans plusieurs endroits de la ville.

Ailleurs dans le pays, six personnes ont trouvé la mort depuis l'aube dans les violences, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"D'importantes forces de sécurité sont déployées à Mazzé", dans le centre-ouest de la capitale, où cinq personnes ont été tuées par les forces de l'ordre durant les manifestations de vendredi et samedi, a affirmé Mohammad Chami, porte-parole des "comités" de Damas et de sa région, joint au téléphone par l'AFP.

Il a précisé que les magasins étaient fermés dans des zones traditionnellement hostiles au régime, citant Barzé, Qaboune et Joubar, des quartiers se touchant au nord-est de la ville et Kafar Soussé, situé au sud de la capitale.

En revanche, la vie était normale dans le centre-ville, ont indiqué des témoins.

Les forces de sécurité avaient ouvert le feu sur les participants à des funérailles.

Par ailleurs, le porte-parole du "Comité de Mazzé" Abou Khouzaifa a rapporté à l'AFP que "Samir al-Khatib, peintre en bâtiment de 34 ans tué samedi d'une balle dans le cou, a été enterré par sa famille dimanche" tôt au cimetière de Mazzé.

Les forces de sécurité avaient ouvert le feu sur les "15 000 et 20 000 personnes" qui, selon l'OSDH, basé en Grande-Bretagne, avaient participé aux funérailles de quatre manifestants abattus vendredi par les troupes du régime dans ce quartier, les premiers tués au cœur de la capitale.

En contrebas du palais présidentiel, le quartier résidentiel de Mazzé abrite de nombreuses ambassades, des bâtiments gouvernementaux et des services de sécurité.

samedi 18 février 2012

Les sionistes ont voté avec la ligue arabe contre Assad à l'ONU

ZVI Via EoZ

Qui a voté contre la résolution de l'ONU condamnant la répression brutale par le régime al-Assad ? Qui a voté en faveur ? (Israël, lui, a soutenu la résolution) qui s'est abstenu ? Les suspects habituels.

Voici ce que les différents pays avaient à dire à ce sujet.

Le bloc des contre - l'équipe habituelle des hypocrites délirants (remarquez combien d'entre eux ont eu un siège au conseil des droits de l'homme) :
* la Bolivie ("laquais du Venezuela")
* Chine (opposée à tout changement de régime)
* Cuba
* Équateur (idem)
* Iran (anti intervention étrangère)
* Corée du Nord (défense de la la souveraineté)
* Russie (voulait que la résolution vise aussi les rebelles)
* Syrie: son représentant a « félicité » la Ligue des États arabes pour sa nouvelle alliance avec Israël et lui a souhaité « bonne chance » dans ses nouvelles tâches
* Venezuela
* Yémen (soi disant surpris par l'article 19)
* Myanmar et le Zimbabwe.

Les abstentionnistes : Algérie, Arménie (s'abstient historiquement, peut-être par crainte de la persécution des Arméniens en Syrie), Comores (prétextent une fausse manip au moment du vote : "abstention" au lieu de "pour la résolution"), Burundi (fausse manip), Kirghizistan (fausse manip) et 11 autres.

Le régime vénézuélien s'est lancé dans une tirade de théorie de la conspiration avec des accusations : "l'Occident veut occuper la Syrie" et l'affirmation : «au lieu de la Syrie, l'Assemblée devrait être préoccupée par la reconnaissance d'un État palestinien, la fin des violations des droits israéliens et la levée du blocus sur Cuba."

Parce que bien sûr, le massacre de milliers d'Arabes par d'autres Arabes ne compte pas du tout ; qu'est-ce qu'ils se soucient des Arabes morts ? Ce qui importe pour le régime de Chavez est de détruire Israël et d'attaquer les États-Unis.

jeudi 16 février 2012

La haine de l'occident n’empêche pas l'Égypte de réclamer 11 milliards de dollars

Les Islamistes contrôlent le parlement égyptien avec 3/4 des élus. Ils détestent l’Occident en général et les USA en particulier. La junte militaro-islamiste emprisonne 19 Américains membres d'ONG qui ont milité pour la démocratie.

Mais l’effronterie n'ayant pas de limite, cette même junte demande, exige, 11 MILLIARDS de dollars (pour commencer), sinon...l'accord de paix avec Israël sera annulé et il n'y aura pas de démocratie en Égypte.
Si on n'appelle pas ça rançonner les infidèles, quand le fera-t-on ?

Il n' y a qu'en Occident laïque qu'on nourrit la bouche qui nous mord.



L'AFP Le Figaro :
L'agence de notation Standard & Poor's a annoncé aujourd'hui dans un communiqué qu'elle abaissait la note de l’Égypte de "B+" à "B", en raison du "fort déclin des réserves en devises" et des "incertitudes politiques". Cette décision s'accompagne d'une "perspective négative" qui peut déboucher sur une nouvelle dégradation "si le gouvernement n'arrive pas à endiguer le déclin des réserves, ou si un environnement politique incertain et des institutions faibles émergent de la transition politique actuelle", ajoute S&P.

L'agence relève que les réserves de change de l’Égypte ont chuté en un an de 36 à 16 milliards de dollars, en raison de la priorité donnée par la banque centrale au soutien à la livre égyptienne face à "des sorties de capitaux significatives et une inflation annuelle à deux chiffres". L’Égypte est actuellement en discussion avec le Fonds monétaire international (FMI) pour une aide de 3,2 milliards de dollars et a sollicité un milliard de dollars supplémentaire auprès de la Banque mondiale.

Chute du tourisme et des investissements
Le ministre égyptien des Finances, Momtaz Saïd, a estimé de son côté que le pays avait besoin de quelque 11 milliards de dollars sur deux ans pour redresser son économie, selon un communiqué du ministère. L'économie égyptienne traverse une grave crise depuis la révolte qui a provoqué la chute il y a un an, le 11 février 2011, du président Hosni Moubarak, en raison de la chute du tourisme et des investissements.

Depuis que la junte a chassé les administrateurs indépendants de la banque centrale égyptienne il est impossible de savoir exactement où en sont les finances du pays. Le New York Times affirmait récemment qu'il restait 10 Milliards de dollars dans la réserve de la banque soit à peine de quoi payer deux mois d'importations - l’Égypte importe 50% de son alimentation.

La fuite des capitaux est énorme : 10 à 12 milliards de dollars ont fui depuis la chute de Moubarak.
Ce sont principalement les généraux, leurs familles et leurs amis qui sont les riches dans ce pays, ce sont eux  qui le spolient jusqu’à vendre en cachette à l'étranger le carburant (subventionné à 13cts d'euro le litre!), le gaz, le riz et le blé pour des devises qui leur permettront d'acheter des maisons dans les quartiers huppés de Paris, Londres et New York.

Mais tous les colonels n'ont pas de yacht de 100 mètres et c'est inique !
Il FAUT leur donner cet argent sans conditions...

mercredi 15 février 2012

Pénurie en Égypte, blackout à Gaza car le HAMAS refuse d'acheter du fioul en Israël

AFP Le Figaro sur la coupure du courant Gaza :


L'unique centrale électrique de la bande de Gaza, qui assure les deux tiers des besoins de l'enclave palestinienne, a été fermée aujourd'hui en raison d'une pénurie du fioul introduit clandestinement de l’Égypte voisine. Cette fermeture a provoqué des coupures de courant dans le territoire où vivent 1,7 million d'habitants.
La compagnie locale d'électricité a annoncé qu'elle ne pourrait fournir que six heures d'électricité par jour aux habitants de la bande de Gaza, contrôlée depuis juin 2007 par les islamistes du Hamas.  Elle a imputé ces problèmes à des "mesures prises côté égyptien", sans fournir d'autres explications.
La centrale de Gaza a besoin de 600.000 litres de fioul par jour pour fonctionner. Selon le Centre palestinien pour les droits de l'homme (PCHR), seulement 340.000 litres arrivent quotidiennement d’Égypte depuis vendredi. Les hôpitaux, les établissements d'éducation et les stations d'assainissement sont touchés par les restrictions, a dit Abou Al Amrain, directeur du service d'information de l'agence de l'énergie de Gaza.

L'AFP passe à côté du nœud du problème : la décision il y a quelques mois du HAMAS de cesser d'acheter du fioul en Israël au prix du marché au profit du fioul subventionné (17 cts de dollar le litre! soit 13 cts d'euro!) égyptien de contrebande.

Or l’Égypte elle même est en pénurie de carburant et elle a fermé quelques uns des oléoducs clandestins. Cette pénurie pourrait être le prélude de la faillite du pays à court de devises pour acheter de quoi nourrir et chauffer ses citoyens.

Egypt Independent Une pénurie d'essence en Égypte a conduit à de longues files dans les stations de carburant et a soulevé des soupçons chez les conducteurs qu'il s'agit du prélude à une réduction des subventions, malgré les assurances officielles de l'absence de plan d'augmentation des prix.
Les rues du Caire et d'autres villes ont été bloquées par les files de voitures car la pénurie a commencé à devenir apparente ce samedi. L'Égypte exporte du brut mais doit importer les carburants raffinés payés par des devises dont les réserves s’épuisent.
Ruée sur le carburant en Égypte
Photo Abdel Fatah Abbas
egyptindependent
Israël est prêt à reprendre les livraisons de fioul pour Gaza SI le HAMAS le lui demande.

Nouvelle Égypte : les coptes victimes de leurs voisins sont chassés du village et leurs biens vendus


Le 27 janvier, des centaines de résidents musulmans de Sharbat ont attaqué la maison et les magasins d'un homme chrétien copte, Guirguis Samy Murad, ainsi que des maisons et magasins appartenant à sa famille, à la suite des rumeurs selon lesquelles il avait une liaison avec une femme musulmane.

Craignant pour sa vie, Guirguis lui-même remis à la police, mais les maisons et les magasins de la famille ont également été incendiés. Après trois réunions de réconciliation avec les anciens du village, impliquant la police locale, il a été décidé que huit familles (COPTES) du village devaient être expulsées et leurs biens vendus selon l'EIPR (Initiative Égyptienne Pour les Droits de la Personne)  
Le Point décrit la suite politique des évènements sous la titre "Roméo et Juliette en Égypte" :


 Le 9 février, lors de la réunion parlementaire, le député copte Emad Gad demande au président de l'Assemblée de mettre cette "affaire illégale" à l'ordre du jour. Demande refusée.

Dimanche matin, plusieurs partis politiques, notamment la Coalition du parti populaire social, le Mouvement des Égyptiens contre la discrimination, le Parti social-démocratique égyptien... ont rejoint la marche organisée par les jeunes de Maspéro, le quartier copte. Des centaines de manifestants se sont dirigés vers l'Assemblée du peuple sans être pris à partie par la police [pour une fois...].

Le Parlement agit enfin et demande officiellement au comité des Droits de l'homme d'étudier les dossiers d'al-Amiriya et de former une commission parlementaire chargée de se rendre dans le village pour mener une enquête sur le terrain. [mais les expulsés ne retournent pas pour autant chez eux]

L'Autorité Palestinienne entretient l'idée d'un monde sans Israël par sa télé

PMW (Palestinian Media Watch) par Itamar Marcus and Nan Jacques Zilberdik

Deux fois ces deux dernières semaines, la télévision de l'Autorité Palestinienne (AP)  a diffusé une chanson qui exprime le désir d'un monde sans Israël.

Les paroles de la chanson expriment le désir que les villes israéliennes [à l’intérieur de la ligne de démarcation de 1967] de Haïfa, Jaffa, Acre, Nazareth et Ramle fassent partie de «mon pays», qui est la Palestine, où toutes les villes seront accessibles "sans frontières":


"Même si notre chemin a connu une croissance à long, un jour nous reviendrons :
A Jérusalem, à Gaza, à Acre, à Haïfa, ô Seigneur.
A Jérusalem, à Ramle, à Acre, à Haïfa, ô Seigneur... je souhaite pourrait entrer dans mon pays sans frontières. "


Décrivant un monde sans Israël est un thème récurrent promulgué par l'AP ( Autorité Palestinienne de Mahmoud Abbas du FATAH considéré pourtant comme un modéré) documenté par Palestinian Media Watch.

L'AP fait passer souvent ce message à travers des évènements culturels diffusés sur la télévision palestinienne, y compris les spectacles de chansons. Pour des exemples, cliquez ici et ici .



Les noms en gras se situent à l’intérieur de la ligne de 1967 
Je voudrais pouvoir entrer dans mon pays sans frontières ...
Je vais aller sur à Bethléem et dans Al-Aqsa [la mosquée] la captive,
je vais déjeuner à Nazareth et dîner à Beit Sahour ...
Je n'oublierai pas Jénine , ni Naplouse, ni la Galilée,
je ne vous oublie pas, Jaffa, votre longue mer [large]
Je n'oublierai jamais les olives de la Galilée
Même si nous nous en sommes éloignés, un jour nous reviendrons :
A Jérusalem, à Gaza , à Acre, à Haïfa, ô Seigneur.
A Jérusalem, à Ramle, à Acre, à Haïfa, ô Seigneur ...
Je voudrais pouvoir entrer dans mon pays sans frontières."

[AP TV (Fatah), le 30 janvier et 9 février 2012]

Tunisie : le retour de la censure d'internet dénoncé par reporters sans frontières

"Le 26 mai 2011, le Tribunal de première instance de Tunis avait demandé à l’ATI (Agence Tunisienne d’Internet) de fermer les sites à caractère pornographique suite à une plainte déposée par trois avocats tunisiens qui jugeaient que « les sites X présentent un danger évident pour les enfants et sont contraires aux valeurs de l’Islam ». "
Ces mêmes avocats pourront demander la fermeture de tous les sites "contraires aux valeurs de l’Islam" : sites d'une autre confession religieuse que l'islam, sites athées, blogs, sites d'information, de réseau social qui favorisent la "promiscuité", etc...


Reporters sans Frontières a publié un communiqué dont voici un extrait:

La révolution a marqué l’arrêt du filtrage de l’Internet et du contrôle des contenus web. Cependant, d’anciennes habitudes semblent refaire surface. Reporters sans frontières met en garde les autorités tunisiennes contre toute décision de justice qui restaurerait les pratiques de filtrage.

La décision du tribunal de première instance d’interdire l’accès aux sites pornographiques, confirmée par la cour d’appel de Tunis, en août 2011, relance le débat sur la censure. N’ayant pas les moyens financiers et les capacités techniques de remettre en place un système de filtrage, l’Agence tunisienne d’Internet (ATI) n’a pas appliqué le jugement et a décidé de se pourvoir en cassation. La décision de reprise ou non du filtrage devrait être rendue par la haute juridiction dans les prochains jours.

Si le jugement est confirmé, l’ATI se verrait contrainte de censurer tout contenu jugé contraire à la loi suite au dépôt d’une plainte, se faisant le relais des autorités dans la censure de la Toile, alors même qu’elle est censée être indépendante.

“Il est légitime de vouloir protéger ses enfants des contenus web à caractère pornographique. Mais tel n’est pas le rôle et encore moins la vocation de l’ATI. Nous sommes au contraire favorables à la promotion d’outils de contrôle parentaux par les fournisseurs d’accès. Sans quoi, cela sonne le retour de la censure de la Toile, avec l’ATI dans le rôle du censeur, en totale inadéquation avec son caractère indépendant sur le papier”, a déclaré Reporters sans frontières, avant d’ajouter : “Nous craignons que, si la justice avalise le retour du filtrage, aujourd’hui des sites pornographiques, ce dernier puisse ensuite être étendu à d’autres types de contenus.”

Les auteurs de l'attentat manqué de Bangkok sont bien Iraniens.

Les trois avec des prostituées dans l'hôtel
(un peu d'exercice avant les 72 vierges au paradis?)
Photo Bangkok Post Pornprom Sartbbrabhayya
mise à jour 17/2/2012 : une photo intéressante du Bangkok post. Les trois Iraniens en charmante compagnie tarifée.




La maison vue du ciel et une iranienne recherchée
Photo Bangkok Post

Milieu Saeid Moradi , droite Mohummad Hazaei
Photo cctv via  Bangkok Post
Hier, le journal "objectif" Le Monde , mettait en doute l'identité iranienne des trois personnes arrêtées lors d'un accident de travail (préparation d'attentat contre l'ambassadeur d’Israël) à Bangkok.
La police Thaï confirme qu'il s'agit bien d'Iraniens.

Les photos prises par une caméra de surveillance en montrent deux avec de très gros sacs...






Saeid Moradi a jeté une bombe sur le taxi qui refusait de le prendre (il était couvert de sang suite à l'explosion accidentelle d'explosifs qu'il manipulait dans une maison louée pour l'occasion), la bombe a rebondi sur un arbre et lui a arraché les deux jambes.

La police a découvert dans la maison qu'il louait une cache d'explosifs C4 et des dispositifs de mise à feu à distance.

Tunisie nouvelle : slogans antisémites anciens scandés dans l’indifférence des autorités

RAPHAËL HADDAD   Paris, le 13 février 2012  dans la regledujeu
...

Pour la quatrième fois, on a entendu hurler des slogans antisémites dans la Tunisie nouvelle. Pour la quatrième fois, des appels meurtriers ont été proférés en place publique sans que cela ne suscite de réaction immédiate des autorités.

Ce dimanche 12 février, c’est encore un pallier supplémentaire a été franchi. C’est peut être le dernier avant un acte antisémite.

Dimanche matin au cœur de la capitale tunisienne, ils étaient plusieurs milliers à scander leur haine antisémite. Ils étaient venus pour écouter un prédicateur égyptien connu pour ses prises de positions en faveur de l’excision.

Sur cette vidéo, on voit ces milliers de personnes scander comme un seul homme : «Khaybar Khaybar ya yahud, jaysh Muhammad sawfa ya‘ud » « Ô Juifs souvenez-vous de Khaybar, l’armée de Mahomet reviendra ». Au-delà de la réalité historique de la bataille de Khaybar, cet épisode symbolise aujourd’hui l’asservissement d’une tribu juive par Mahomet à l’issue d’une bataille sanglante. Rappeler Khaybar, c’est promettre aux derniers Juifs tunisiens la mort puis l’oppression.

Dans leur histoire, les Juifs ont payé suffisamment cher pour se souvenir que lorsque l’on entend crier impunément mort aux Juifs, c’est toujours suivi de la mort de Juifs.

Gaza : 45 tonnes de tomates exportées vers la Jordanie et l'Arabie Saoudite

GuySen Pour la première fois depuis la prise de contrôle de la Bande de Gaza par le Hamas en juin 2007, les autorités israéliennes ont autorisé l’exportation de 30 tonnes de tomates de Gaza vers la Jordanie, via le point de passage Kerem Shalom et le terminal Allenby.





Gaza a exporté 15 tonnes de tomates vers l’Arabie Saoudite cette semaines

mardi 14 février 2012

Un terroriste iranien arrêté à Bangkok suite à deux attentats anti Israéliens

Le Monde Notez les guillemets du "Monde"  autour du "comme iranien" et  autour de~un iranien~ dans  le titre :
 Après une triple explosion à Bangkok, la police soupçonne "un Iranien"

Ces violences interviennent une journée après que des intérêts israéliens ont été visés en Inde et en Georgie, blessant un diplomate et son chauffeur à New Delhi. Israël a accusé l'Iran d'en être l'instigateur, ce que Téhéran a vigoureusement nié. 

Mardi, la police de Bangkok a affirmé avoir tenté d'intercepter trois hommes qui fuyaient une habitation du quartier de Sukhumvit, après qu'une explosion en eût fait volé le toit en éclats, tôt dans l'après-midi.

Deux des hommes se sont échappés. 
Le troisième, semblant désorienté à sa sortie du bâtiment, a tenté de heller un taxi, qui a refusé de s'arrêter, selon des témoins cités par le New York Times. L'homme a alors lancé un engin explosif sur le taxi, possiblement une grenade, puis un second engin vers des policiers qui s'avancaient vers lui.
"Il ne les a pas atteint. Il ne l'a pas jetée assez loin" a déclaré le colonel de police Varavudh Thaweechaikarn, présent sur les lieux, au New York Times. La détonation a arraché les deux jambes du fugitif. L'un de ses membres a été projeté dans une cour d'école voisine.

Un passeport iranien, établi au nom Saeid Moradi, a été trouvé sur le blessé, a affirmé le général de la police thaïlandaise Pansiri Prapawat. D'autres explosifs ont par la suite été découverts dans la maison que l'homme avait tenté de fuir, selon M. Pansiri.
M. Varavudh a par ailleurs mentionné, auprès du New York Times, un autre document trouvé sur le suspect : une facture provenant d'un hôtel de la ville thaïlandaise de Chonburi, dans lequel il se serait enregistré "comme Iranien". La police affirme enfin avoir trouvé des rials, la monnaie iranienne, dans son portefeuille.

lundi 13 février 2012

Exemple de co-existence harmonieuse entre colons et palestiniens en Cisjordanie

Le maire et le propriétaire de l'entreprise
plantent ensemble le premier arbre
Photo Haim Zach
Les enfants des écoles de la colonie d'Efrat et les résidents du village palestinien voisin d'al-Jurat Shama ont planté ensemble des arbres dans une initiative qui a favorisé la co-existence en Cisjordanie, a rapporté mercredi le quotidien Yedioth Ahronoth.

L’évènement, organisé sur la fête juive du nouvel an des arbres (Tou Bichvat*), visant à bloquer la poussière dangereuse émanant de l'usine de transformation du bois.


Une entreprise de bois émet des poussières qui gênent le voisinage. Accédant à la demande des habitants, le propriétaire a construit un mur pour bloquer la poussière dans l'enceinte de son entreprise.
Mais ce mur peu esthétique sera  remplacé par une petite forêt plantée conjointement par des enfants de la colonie d'Efrat et des habitants du village palestinien d'Al Jurat. Le maire d'Efrat, Oded Ravivi, ayant procédé au nivellement du terrain.


Le propriétaire de l'entreprise est un résident de Jurat al-Shama, Abou-Taled

«Nous avons rencontré Abu-Taled et nous avons décidé de planter un bosquet de Tou Bichvat afin de bloquer la poussière», a déclaré Ravivi. "Abu-Taled était très enthousiaste et a promis de venir avec des amis et des employés.

«Voilà comment nous pourrions accomplir le commandement de Dieu, tout en tissant nos liens et œuvrer ainsi à la coexistence pacifique», a-t-il dit, faisant référence à la coutume juive de plantation d'arbres lors de la fête axée sur la nature.

Selon Ravivi, les deux côtés sont en train d'étudier la possibilité que le personnel de sécurité d'Efrat assure la sécurité de l'entreprise la nuit, dans le cadre des relations de bon voisinage.




Tou Bichvat ou Hamicha assar bichvat (hébreu : ט"ו בִּשְׁבָט ou חֲמִשָּׁה עָשָׂר בִּשְׁבָט « le quinze du mois de shevat ») est une fête juive d’institution rabbinique.
Désigné dans la Mishna comme « nouvel an des arbres » (hébreu : רֹאשׁ הַשָּׁנָה לָאִילָן roch hachana la'ilan), Tou Bichvat devient, sous l’impulsion des kabbalistes de Safed (et du sionisme), une fête du renouveau de la terre d’Israël qui prend, avec la contre-culture des années 1960, les dimensions d’une journée juive de l’écologie.

Une première au tombeau de Joseph à Naplouse : l'Autorité Palestinienne assure la sécurité des pèlerins juifs

Tombeau de Jacob Photo M'aan

Pour la première fois des rabbins ont pu accomplir un rite au tombeau de Jacob à Naplouse sous la protection des forces de sécurité de l'Autorité Palestinienne. Ils ont prié pour la guérison de Shalom Olisheb, un Rabbin de 102 ans.

dimanche 12 février 2012

Coup mortel au tourisme en Egypte : 3 coréenes enlevées dans un car au Sinaï

 AFP Le Figaro

Trois touristes sud-coréennes enlevées hier dans la péninsule égyptienne du Sinaï par des Bédouins ont été libérées aujourd'hui, a annoncé le gouverneur du Sud-Sinaï, Khaled Fouda. Les touristes sont "saines et sauves", a précisé M. Fouda à l'AFP, ajoutant qu'elles étaient désormais attendues dans un hôtel près du monastère Sainte-Catherine.

Les trois femmes et le guide avaient été enlevés alors qu'ils rentraient de la région du monastère de Sainte-Catherine et se dirigeaient vers la station balnéaire de Charm el-Cheikh. Les ravisseurs réclamaient la libération de prisonniers. Arrivés à bord d'un pick-up, les Bédouins avaient arrêté le groupe de touristes sur la route, obligeant les quatre personnes à descendre avant de les emmener.

C'était la troisième fois en une dizaine de jours que des ressortissants étrangers étaient enlevés dans le Sinaï. Le 31 janvier, 25 travailleurs chinois, des techniciens, des ingénieurs et un interprète, avaient été pris en otages pendant plusieurs heures dans le nord du Sinaï par des Bédouins qui exigeaient la libération de cinq détenus. Le 3 février, deux touristes américaines et de leur guide avaient été enlevés sur la route du monastère Sainte Catherine et libérés quelques heures plus tard par des Bédouins qui avaient formulé la même revendication.
Il faudra l'usage de la force publique en grand nombre pour rétablir l'ordre dans le pays, tant que ce n'est pas le cas le tourisme sera réduit à néant.

Cibles populaires du sarcasme en Egypte : les Salafistes

Le Courrier International publie un article sur les plaisanteries qui circulent en Égypte au sujet des salafistes dont voici un extrait :

...D’autres appellent leurs compatriotes à “se dépêcher de prendre une photo des pyramides et du sphinx tant qu’il en est encore temps”, réagissant à une proposition d’un dirigeant salafiste [de voiler le sphinx afin que les Égyptiens et les touristes ne le prennent pas pour un objet d’adoration]. Un autre observateur suggère que toute personne qui grille un feu rouge devra à présent jeûner trois jours.

Autre blague : un salafiste prend un taxi. Il demande au chauffeur d’éteindre la radio : “Y avait-il la radio à l’époque du Prophète, que le salut et la prière de Dieu soient sur lui ?” Le chauffeur éteint la radio, et lui dit : “Bon, à l’époque du Prophète, les taxis n’existaient pas. Maintenant, descends et attends le passage d’une chamelle !”

E-mail : George Galloway président de Viva Palestina admire Bachar al Assad, dernier rempart de la dignité arabe



























avec Saddam Hussein





Avec Bachar Al Assad







James Galloway est un organisateur de nombreux convois vers Gaza et négationniste véhément de la légitimé de l'existence d’Israël. Il s'est remarqué par son amitié avec des dictateurs sanguinaires comme Bachar Al Assad, Saddam Hussein et la République Islamique Iranienne et des organisations extrémistes comme le HAMAS et l'IHH

Voici le compte rendu d'une interview du 27/7/2011 , alors que Bachar Al Assad massacrait déjà les opposants, à la chaine Al Manar (le phare) du HezbAllah du Liban :

"Pour ce qui est de la Syrie, Galloway a affirmé que le président Bachar
al-Assad compte aller jusqu’au bout dans ses réformes
pour répondre aux demandes des gens.

Galloway a fait noter que l'on cherche à faire pression sur la
Syrie et sur le président al-Assad en raison de son soutien aux deux résistances palestinienne et libanaise, aussi pour son refus à ce que la Syrie soit un tremplin pour l'invasion de l'Irak. "



Voici donc le texte intégral d'un mail adressé par James Galloway président de Viva Palestina , à la conseillère du (tristement célèbre) Président Bachar Al Assad.
Le mail a été divulgué par le groupe de Hackeurs Anonymous et publié par le journal israélien Haaretz .

De : b.shaaban @ mopa.gov.sy

Répondre à : b.shaaban @ mopa.gov.sy

buthainak1@hotmail.co.uk

Fwd: IMPORTANT - privé et confidentiel

Datum: Sat, 14 Aug 2010 06:03:38 +0300 (14.08.2010 05:03:38)

Votre Excellence le Dr Bouthaina Chaabane

Conseiller spécial du Président Bashar al Assad

Président de la République arabe syrienne

Votre Excellence, cher docteur Sha'aban.
J'espère que cette lettre vous trouvera en bonne forme.

Soyez toujours assurée de mes chaudes salutations
fraternelles
.

Je vous écris au nom de Viva Palestina, dont la famille des organisations
solidaires et les organismes de bienfaisance du monde entier qui y sont
affiliées, vont bientôt partir à nouveau vers la bande de Gaza
assiégée, avec notre cinquième convoi d'aide.

Vous vous rappelez de l'aide exceptionnelle octroyée en
Syrie aux précédentes occasions au cours de la dernière période. Je vous écris à
nouveau pour demander la coopération de la Syrie même si je n'en doute pas un
seul instant.

La Syrie, comme je l'ai souvent dit, est le dernier rempart de la dignité arabe. Mon seul regret
est d'avoir à vous demander votre aide à nouveau.

Ce convoi partira
simultanément le 18 Septembre 2010 de Londres, Casablanca et du
Golfe. Les colonnes de véhicules de Londres et du Golfe convergeront
vers Lattaquié et navigueront à partir de là à Al Arish. La colonne de
Casablanca espère nous joindre à Al Arish et nous espérons
que l'ensemble des trois colonnes - des centaines de véhicules -
entreront à Gaza par Rafah sans encombre.

L'aide à bord des véhicules
sera composée pour moitié d'équipements médicaux et pour moitié de
fournitures pour l'enseignement, la construction et d'autres aides. Les
organisateurs du convoi Viva Palestina sont au Royaume-Uni, Viva Palestina
Etats-Unis, Viva Palestina arabie saoudite, Viva Palestina Malaisie, Viva
Palestina Irlande, l'ONG turque IHH, le Comité international pour briser le
Seige sur la bande de Gaza, Kia Ora - l'organisation soeur de Viva
Palestina organisation en Nouvelle-Zélande, Viva Palestina Australie,
Viva Palestina Afrique du Sud, Viva Palestina Espagne, Viva Palestina
Italia, et Viva Palestina France.

Il est prévu que les véhicules et les passagers navigueront
vers Al Arish [Egypte] à bord du Mavi Marmara, qui, comme
vous le savez, est la propriété de l'IHH.

Si Son Excellence le Président Bachar al-Assad et son gouvernement peuvent
accepter cette proposition, en principe, pourriez-vous, peut être, désigner
l'organisation partenaire (s) et des personnes avec lesquelles mes collègues
pourraient assurer la liaison sur les détails pratiques ? La liaison de notre
côté serait M. Kevin Ovenden et M. Zaher Birawi de Viva Palestina Royaume-Uni
(si, comme nous le croyons, 2 suffisent).

En tout cas,
transmettez s'il vous plaît, mon respect et mon admiration
à Son Excellence le Président.

Avec tous mes meilleurs
vœux

George Galloway

samedi 11 février 2012

Chef du Hamas à Gaza : Le Hamas ne reconnaîtra jamais Israël !

Le Parisien cite les paroles "modérées et pragmatiques"  du HAMAS qui marquent un "revirement" total par rapport à son jusqu'au boutisme habituel. Oui vraiment il y a avec qui négocier lorsqu'on lit ces propos ! \Sarcasme


Le Hamas "ne reconnaîtra jamais Israël", a réaffirmé samedi le chef du gouvernement du mouvement islamiste palestinien à Gaza, Ismaïl Haniyeh, dans un discours à Téhéran devant la foule célébrant le 33ème anniversaire de la Révolution islamique de 1979.

"La lutte (des Palestiniens) continuera jusqu'à la libération de la totalité de la terre de Palestine [C'est à dire d’Israël et de Jérusalem et le retour de tous les réfugiés palestiniens chez eux"
[C'est à dire que les survivants des juifs seront minoritaires en "Palestine libérée" ]

"On veut que nous reconnaissions l'occupation israélienne et que nous abandonnions la résistance, mais en tant que représentant du peuple palestinien et au nom de ceux qui sont épris de liberté dans le monde, je réaffirme comme nous l'avons toujours dit que nous ne reconnaîtrons jamais Israël"

"Si Dieu le veut, nous vous retrouverons (...) à al-Qods (NDLR : Jérusalem), capitale de la Palestine libérée"


vendredi 10 février 2012

Interpol aide l'Arabie Saoudite à arrêter un apostat en Malaisie : il risque la décapitation. Mise à Jour : il est extradé.

L'extradition n'a pas traîné, il n'y a pas de procédure d'appel comme habituellement dans les pays démocratiques où la justice est indépendante de l’exécutif (cf l'affaire de l'extradition de Batista vers l'Italie...) 

"Il risque la mort dans son pays pour des propos jugés blasphématoires, mais les autorités malaisiennes n’en ont pas moins décidé hier de renvoyer chez lui le jeune journaliste saoudien Hamza Kashgari. «La nature des accusations contre cet individu est une affaire qui regarde les autorités d’Arabie Saoudite», a affirmé le ministère malaisien de l’Intérieur, arguant des accords d’extradition entre les deux Etats."



Hamza Kashgari 
Un jeune journaliste saoudien, qui a fui son pays après avoir reçu des menaces de mort pour des propos jugés blasphématoires sur Twitter, a été arrêté en Malaisie, a-t-on appris vendredi de source policière.

Hamza Kashgari a été placé en détention jeudi, à sa descente de l'avion à l'aéroport international de Kuala Lumpur, a indiqué le porte-parole de la police Ramli Yoosuf. L'interpellation fait suite à un mandat d'arrêt émis par Interpol à la demande des autorités saoudiennes, a-t-il expliqué sans plus de précision. L'agence officielle malaisienne Bernama a indiqué que Hamza Kashgari était accusé d'avoir "offensé l'islam et le prophète".

Hamza Kashgari, qui travaille pour un quotidien local de Jeddah, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, avait publié la semaine dernière sur Twitter des messages adressés au prophète Mahomet au jour anniversaire de sa naissance.

Voici les Tweets (The Daily Beast)
"Le jour de votre anniversaire, je dirai que j'ai aimé le rebelle en vous, que vous avez toujours été une source d'inspiration pour moi, et que je n'aime pas les halos de la divinité autour de vous. Je ne vais pas prier pour vous", écrit-il dans un tweet.

"Le jour de votre anniversaire, je vous trouve où que je me tourne. Je dirai que j'ai aimé certains de vos aspects, haï d'autres, et je ne peux pas comprendre beaucoup plus d'autres aspects », écrit-il dans un second.

"Le jour de votre anniversaire, je ne m'inclinerai pas devant vous. Je ne vais pas non plus vous baiser la main. Plutôt, je vais la serrer comme le font des égaux, vous sourire tandis que vous me sourirez. Je vous parlerai comme à un ami, sans plus", a-t-il conclu dans un troisième. 



"Tous les grands dieux que nous adorons, cette peur que nous redoutons, ces désirs que nous attendons impatiemment, ne sont que le fruit de notre imagination" ; "Aucune Saoudienne n’ira en enfer, parce qu’il est impossible de s’y rendre deux fois" (cité par l'Orient le Jour




Les Tweets @Theblaze

Le ministre saoudien de l'Information, Abdel Aziz Khoja, a immédiatement réagi en annonçant sur Twitter la décision d'interdire au jeune homme de travailler pour tout média dans le royaume.
[comme quoi c'est le ministre de l'information saoudien qui a tout pouvoir sur les médias]
Les propos du jeune homme ont provoqué une levée de boucliers sans précédent sur la Toile tandis que le comité saoudien des fatwas (édits religieux) a affirmé que le tweet constituait "une apostasie", un crime passible de la peine de mort dans le pays ultra-conservateur.



Les membres saoudiens de Twitter se sont indignés avec près de 30.000 tweets sur le sujet en moins de 24 heures. Beaucoup de gens croyaient qu'il avait insulté le Prophète en s'adressant à lui familièrement sans vénération. Ils l'ont accusé de blasphème, d'athéisme et d'apostasie. Beaucoup ont dit qu'il doit être puni et certains ont dit qu'il devrait être tué. D'autres sont même allés jusqu'à menacer de le tuer ou à offrir de l'argent pour sa tête.

Son adresse a été publiée sur le net avec des appels à le tuer : il a fui immédiatement l'Arabie Saoudite.

Le tollé a entraîné le revirement de Kashgary, qui a supprimé les tweets controversés et a publié des excuses en disant qu'il a péché et qu'il est maintenant repentant: "... je demande pardon à Dieu, mais ces propos  ne représentent pas vraiment ma foi dans le Prophète."

Les excuses ne suffisent pas pour beaucoup de gens, en particulier les conservateurs religieux qui demandaient que Kashgari soit jugé dans un tribunal de la charia. Une de ces personnes est un clerc nommé Nasser al-Omar, qui est apparu dans une vidéo YouTube en pleurant parce qu'il a dit qu'il ne pouvait pas supporter de voir le Prophète insulté.




«Ces gens [comme Kashgari] devraient être mis à l'épreuve dans les tribunaux de la Sharia," a dit al-Omar. "On sait que maudire Dieu et son Prophète est l'apostasie. Et le fait qu'il s'est repenti avec des mots froids ne va probablement pas le sauver devant la cour. "

Al-Omar et d'autres insistent disant que, même s'il s'est repenti, Kashgari devrait encore être condamné pour apostasie, crime passible de la mort par décapitation. Al-Omar a appelé ses partisans à envoyer des messages au roi, au prince héritier et au Grand Mufti pour punir Kashgari.